Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Analyse comparative des effets de 3 voies d’abord mini-invasives sur la posture en arthroplastie primaire de hanche : antérieure, Röttinger et postéro-latérale - 20/09/16

Doi : 10.1016/j.rcot.2016.05.005 
S. Van Driessche a, F. Billuart b, , L. Martinez b, H. Brunel b, P. Guiffault c, J. Beldame d, J. Matsoukis c
a Clinique de Montargis, 46, rue de la Quintaine, 45200 Montargis, France 
b Laboratoire d’analyse du mouvement, institut de formation en masso-kinésithérapie Saint-Michel, 68, rue du Commerce, 75015 Paris, France 
c Département de chirurgie orthopédique, groupe hospitalier du Havre, BP 24, 76083 Le Havre cedex, France 
d Clinique Mégival, 1328, avenue de la Maison-Blanche, 76550 Saint-Aubin-sur-Scie, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’engouement actuel pour les voies d’abord mini-invasives conduit à un regain d’intérêt pour l’arthroplastie totale de hanche. Les voies antérieure et de Röttinger sont valorisées par leur spécificité anatomique et leur caractère mini-invasif, mais aucune étude comparative publiée ne met en évidence une supériorité en termes de qualité de la récupération fonctionnelle. Dans ce contexte nous avons réalisé une étude cas–témoins afin d’évaluer si les paramètres posturaux des patients opérés par voie antérieure et de Röttinger étaient plus proches de ceux des sujets asymptomatiques que ceux des patients opérés par voie postérieure.

Hypothèse

Notre hypothèse était que les voies d’abord antérieure et de Röttinger altéraient moins les paramètres posturaux que la voie postérieure.

Méthodes

Soixante-dix sujets répartis en quatre groupes ont participé à l’étude. Il y avait, d’une part, un groupe de témoins asymptomatiques (n=26) et, d’autre part, trois groupes expérimentaux correspondant aux trois voies d’abord mini-invasives : postérieure (n=14), antérieure (n=15) et Röttinger (n=15). Deux tests posturaux en appui unipodal ont été effectués sur une plate-forme de stabilométrie chez tous les sujets : 10 secondes d’appui sur la jambe gauche, suivies de 10 secondes d’appui sur la jambe droite. Six paramètres significatifs ont été sélectionnés pour l’analyse statistique : réussite aux tests et paramètres XRa, YRa, PathLength, Vavg et Area95. Le paramètre XRa correspond à l’amplitude de déplacement du centre de pression (CDP) en cm selon l’axe médiolatéral. Le paramètre YRa correspond à l’amplitude de déplacement du CDP en cm selon l’axe antéropostérieur. Le paramètre PathLength correspond à la longueur totale parcourue en cm par le CDP. Le paramètre Vavg correspond à la vitesse moyenne du CDP, en centimètres/seconde. Le paramètre Area95 (Ellipse 95 %) correspond à la surface de l’ellipse (en cm2) contenant 95 % des projections du CDP. Les différents groupes ont été comparés à l’aide de tests statistiques non paramétriques.

Résultats

Les groupes étaient statistiquement homogènes (âge, taille, poids et IMC entre tous groupes) diagnostic et score WOMAC entre groupes expérimentaux. Aucune différence statistique n’a été observée entre les trois voies d’abord mini-invasives concernant la réussite aux tests posturaux unipodaux (p=0,14). Les sujets opérés par une voie d’abord antérieure ou de Röttinger ont présenté des différences statistiques avec les témoins asymptomatiques pour deux paramètres posturaux : PathLength (Röttinger p=0,04, antérieure p=0,03) et Vavg (Röttinger p=0,04, antérieure p=0,03). La comparaison entre les sujets opérés par voie postérieure et les témoins asymptomatiques n’a révélé aucune différence statistique.

Discussion

Notre hypothèse selon laquelle les voies d’abord antérieure et de Röttinger altèrent moins les paramètres posturaux que la voie postérieure n’a pas été vérifiée. Pour les sujets opérés par voie d’abord antérieure et de Röttinger, les paramètres Vavg et PathLength étaient plus élevés, ce qui suggère que la dépense énergétique de ces patients pour maintenir l’appui unipodal de 10 secondes est plus importante. Nous avons démontré que la voie postérieure perturbe moins les paramètres posturaux dans les deux premiers mois postopératoires.

Niveau de preuve

III, étude cas-témoins.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Arthroplastie totale de hanche, Voies d’abord mini-invasives, Équilibre postural statique


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais celle de l’article original paru dans Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, en utilisant le DOI ci-dessus.


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 102 - N° 6

P. 531-538 - octobre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un essai pilote comparant le comportement à l’arrachement des cupules metal-back vissantes et cimentées en polyéthylène : étude cadavérique cas témoin
  • R. Möbius, S. Schleifenbaum, R. Grunert, S. Löffler, M. Werner, T. Prietzel, N. Hammer
| Article suivant Article suivant
  • Y a-t-il intérêt à utiliser un calibre supérieur à 36 mm en arthroplastie primaire de hanche pour une meilleure récupération de mobilité ? Étude cas-témoin comparant le calibre 36 mm versus les têtes de diamètre anatomique
  • C. Delay, S. Putman, G. Dereudre, J. Girard, V. Lancelier-Bariatinsky, E. Drumez, H. Migaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.