Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement du déficit en cellules souches limbiques. Revue de la littérature - 05/11/16

Doi : 10.1016/j.jfo.2016.08.001 
V. Kocaba a, , b, c, d, e , O. Damour c, C. Auxenfans c, C. Burillon c, d, e
a Cornea Center of Excellence, Harvard Medical School, Schepens Eye Research Institute, 20, Staniford Street, Boston, 02114-MA, États-Unis 
b Department of Ophthalmology, Massachusetts Eye and Ear Infirmary, 243, Charles Street, Boston, 02114-MA, États-Unis 
c Banque de cornée de Lyon, pavillon I, hôpital Edouard-Herriot, hospices civils de Lyon, 5, place d’Arsonval, 69003 Lyon, France 
d Service d’ophtalmologie, pavillon C, hôpital Edouard-Herriot, 5, place d’Arsonval, 69003 Lyon, France 
e Université Claude-Bernard Lyon-I, 43, boulevard du 11-Novembre-1918, 69100 Villeurbanne, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le déficit en cellules souches limbiques, causé principalement par des brûlures oculaires sévères, est à l’origine d’une destruction de la surface oculaire. La destruction du limbe implique la perte de ses fonctions : l’épithélium cornéen ne peut plus se régénérer par destruction du contingent de cellules souches limbiques et la barrière limbique ne peut plus lutter contre la conjonctivalisation. Ainsi, le tableau clinique associe des ulcérations cornéennes chroniques et une néovascularisation responsable d’une opacification progressive de la cornée pouvant entraîner la cécité. Une fois le limbe détruit, l’ensemble de l’homéostasie de la surface oculaire est altéré. Le déséquilibre de la surface oculaire aura notamment des répercussions sur ses autres composants (conjonctive, paupières, film lacrymal…). C’est pourquoi le traitement du déficit en cellules souches limbiques est long et complexe. Il doit s’efforcer de redonner progressivement leur fonction à l’ensemble des composants de la surface oculaire. Le management du déficit en cellules souches limbiques a radicalement changé durant les dernières décennies. La compréhension de l’anatomie et de la physiologie du limbe, ainsi que les avancées thérapeutiques en matière de cellules souches permettent désormais le traitement de patients jusqu’alors en impasse thérapeutique. Les cultures de cellules souches d’origine limbique ou muqueuse prennent désormais leur place aux côtés des auto- et allogreffes de tissu limbique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Limbal stem cell deficiency is predominantly caused by severe eye burns resulting in a decreased or a complete ablation of the regenerative potential of these stem cells. The inability to reconstruct the corneal epithelium further leads conjunctivalization of the gimbal-epithelial barrier. These abnormalities collectively result in the progressive opacification of the cornea responsible for blindness that is driven by chronic corneal ulceration and neovascularization. The underlying pathology of the cornea affects the homeostasis of the neighboring conjunctiva, eyelids, and tear film. Therefore, the ocular reconstruction to treat limbal stem cell deficiency is quite prolonged and involves a continued treatment plan. The management of limbal stem cell deficiency has undergone a multitude of changes over the past several decades. The understanding of limbal anatomy and physiology, as well as therapeutic advances in the stem cell field have propelled the development of new treatments offering new hope to severely disabled patients. Cultivated limbal epithelial and oral mucosal epithelial transplantations are therefore viable alternatives that could be utilized for the treatment of limbal stem cell deficiency.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cornée, Limbe, Déficit en cellules souches limbiques, Thérapie cellulaire, Reconstruction limbique

Keywords : Cornea, Limbus, Limbal stem cell deficiency, Cellular therapy, Limbal reconstruction


Plan


 Retrouvez cet article, plus complet, illustré et détaillé, avec des enrichissements électroniques, dans EMC-Ophtalmologie : Kocaba V, Burillon C. Chirurgie des pathologies sévères de la surface oculaire. EMC-Ophtalmologie 2016;13(2):1–14 [Article 21-200-A-05].


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 9

P. 791-803 - novembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une maculopathie unilatérale chez un patient jeune : un phototraumatisme induit par laser
  • R. Joubert, F. Farguette, O. Chevreaud, F. Chiambaretta, E.H. Souied
| Article suivant Article suivant
  • Pathologie vasculaire orbito-palpébrale
  • F. Heran Dreyfus, O. Galatoire, P. Koskas, F. Lafitte, E. Nau, O. Bergès

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.