Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le statut hyperandrogénique, dans le syndrome des ovaires polykystiques, est t-il une entrave à la réussite de la fécondation in vitro ? - 14/11/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.08.007 
M. Gaddas a, , N. Chaouache a, M. Ajina b, Z. Tabka a, M. Zaouali Ajina a
a Laboratoire de physiologie et des explorations fonctionnelles, faculté de médecine « Ibn el Jazzar », avenue Mohamed Karoui, 4000 Sousse, Tunisie 
b Unité de médecine de la reproduction, CHU Farhat Hached, avenue « Ibn el Jazzar », 4000 Sousse, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

But

Est d’évaluer l’impact du statut androgénique des patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) sur les résultats de la fécondation in vitro (FIV).

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective effectuée chez 61 patientes SOPK infertiles, ayant toutes bénéficié d’un cycle de FIV/ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes). Nous avons réparti notre population en deux groupes selon leur statut hormonal androgénique : groupe avec hyperandrogénie et groupe sans hyperandrogénie. Nous avons procédé à un relevé des paramètres anthropométriques et hormonaux ainsi que des résultats obtenus en FIV pour chacun des deux groupes.

Résultats

Les patientes SOPK avec hyperandrogénie sont significativement plus obèses que leurs homologues. Aussi, elles ont un nombre plus élevé d’ovocytes recueillis après induction ovarienne. Par ailleurs, nous n’avons pas relevé de différences statistiquement significatives entre nos deux groupes d’étude concernant les autres paramètres définissant la réponse en FIV.

Conclusion

Nos résultats objectivent que l’hyperandrogénie de la patiente SOPK ne semble pas compromettre les résultats de la FIV, au contraire, elle permettrait d’optimiser les chances de ponctionner un nombre plus important d’ovocytes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

The aim of this study was to evaluate the impact of initial androgenic statute of women with polycystic ovary syndrome (SOPK) on the expected results of in vitro fertilization (FIV).

Materials and methods

It is about an exploratory study carried out in 61 unfertile SOPK patients, having profited all from a cycle of FIV/ICSI (intracytoplasmic sperm injection). We have divided our population in two groups according to their hormonal androgenic statute: groups with hyperandrogenism and without hyperandrogenism. We proceeded to note the anthropometric and hormonal parameters as well as results of FIV for each of the two groups.

Results

SOPK patients with hyperandrogenism are more obese than their counterparts. Also, they have more oocytes collected after ovarian induction. In addition, we did not reveal any significant differences between our two study groups concerning parameters defining FIV response.

Conclusion

Our findings suggest that hyperandrogenism statute in SOPK infertile women does not seem to compromise the results of FIV. On the contrary, it would make it possible to optimize the chances to puncture more significant number of oocytes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hyperandrogénie, FIV, Syndrome des ovaires polykystiques

Keywords : Hyperandrogenism, IVF, Polycystic ovarian syndrome


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 9

P. 1091-1098 - novembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Plaies digestives à l’insertion des trocarts en cœlioscopie. Analyse de la base de données de retour d’expérience de Gynerisq
  • E. Cesario, P. Crochet, F.-X. Boyer de Latour, G. Eglin, B. De Rochambeau, A. Agostini, le Groupe d’experts Gynesrisq 1
| Article suivant Article suivant
  • Reconstruction clitoridienne après mutilation génitale féminine au CHU Yalgado de Ouagadougou, Burkina Faso. À propos de 68 patientes opérées
  • C.M.R. Ouédraogo, S. Madzou, A. Simporé, V. Combaud, A. Ouattara, F. Millogo, A. Ouédraogo, S. Kiemtore, H. Zamane, Y.A. Sawadogo, P. Kaien, B. Dramé, B. Thieba, J. Lankoandé, P. Descamps

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.