Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Reconstruction clitoridienne après mutilation génitale féminine au CHU Yalgado de Ouagadougou, Burkina Faso. À propos de 68 patientes opérées - 14/11/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.08.016 
C.M.R. Ouédraogo a, , S. Madzou b, A. Simporé a, V. Combaud b, A. Ouattara a, F. Millogo a, A. Ouédraogo a, S. Kiemtore a, H. Zamane a, Y.A. Sawadogo a, P. Kaien a, B. Dramé a, B. Thieba a, J. Lankoandé a, P. Descamps b
a Service de gynécologie obstétrique, CHU Yalgado Ouédraogo, Ouagadougou, Burkina Faso 
b Pôle Femme-Mère-Enfant, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49000 Angers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 7
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

But

L’objectif de notre étude était d’évaluer les résultats anatomiques, fonctionnels et la morbidité liée à une nouvelle technique opératoire de transposition clitoridienne dans le service de gynécologie obstétrique du CHUYO.

Matériel et méthodes

Une cohorte de 68 femmes victimes de mutilation génitale a bénéficié d’une reconstruction clitoridienne par une nouvelle technique de transposition du clitoris. Elles ont été opérées et suivies pendant une période de 12 mois dans le service de gynécologie du CHUYO de Ouagadougou. Nous avons évalué la gestion de la douleur, l’aspect anatomique, fonctionnel et la survenue de complications.

Résultats

Sur le plan anatomique ont relevait une absence de réascension du néoclitoris et une proportion très satisfaisante de 100 % des femmes présentant un massif clitoridien visible au 12e mois d’évaluation. Sur le plan fonctionnel, avant la reconstruction clitoridienne la moitié des femmes présentait des douleurs ou gênes légères au cours des rapports sexuels. Cependant, après la reconstruction clitoridienne au 6e mois et au 12e mois, ces douleurs ou gênes légères étaient respectivement de 3,18 % et 0 %. De plus, nous avons noté un néoclitoris sensible chez toutes les femmes, au bout d’une année. Très peu de complications postopératoires ont été relevées dans la présente série comparativement aux précédentes séries.

Conclusion

Ces résultats suscitent l’intérêt de cette nouvelle technique de transposition clitoridienne au profit des femmes victimes de mutilation génitale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

The objective of this survey was to assess the results of a new clitoral transposition technique in the obstetrics and gynecology department of CHUYO.

Materials and method

A cohort of 68 women victims of genital mutilation has received clitoral reconstruction by a new technique of transposition of the clitoris. They were operated and followed for 12 months in CHUYO gynecology ward in Ouagadougou. We evaluated the management of pain, anatomical aspect, functional and occurrence of complications.

Results

Anatomically have no new increase was within a neoclitoris, and a very satisfactory ratio of 100 % of women with clitoral massif visible in the 12th month assessment. Functionally, before clitoral reconstruction half of the women had mild pain or discomfort during sexual intercourse. However, clitoral reconstruction after the 6th month and 12th month this pain or mild discomfort were 3.18 % and 0 % respectively. In addition, we noted a sensitive neoclitoris in all women, after one year. Very few postoperative complications were observed in this series compared to previous series.

Conclusion

These results are of interest in this new clitoral transposition technique in favor of women victims of genital mutilation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Transposition clitoridienne, Excision, Mutilations génitales féminines

Keywords : Clitoral transposition, Excision, FGM


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 9

P. 1099-1106 - novembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le statut hyperandrogénique, dans le syndrome des ovaires polykystiques, est t-il une entrave à la réussite de la fécondation in vitro ?
  • M. Gaddas, N. Chaouache, M. Ajina, Z. Tabka, M. Zaouali Ajina
| Article suivant Article suivant
  • La simulation pour améliorer l’apprentissage de l’échographie obstétricale chez les débutants : étude pilote et revue de la littérature
  • G.E. Chalouhi, T. Quibel, C. Lamourdedieu, N.J. Hajal, A. Gueneuc, N. Benzina, V. Bernardi, Y. Ville

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.