Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Léiomyomatose utérine héréditaire associée à un syndrome de Demons-Meigs : à propos d’un cas - 14/11/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.08.012 
C. Mottaz a, M. Belhadia a, P.-L. Tran a, M. Marty b, J.-L. Brun a,
a Pôle d’obstétrique gynécologie reproduction, centre Aliénor d’Aquitaine, hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
b Service d’anatomo-pathologie, hôpital Haut Leveque, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La léiomyomatose héréditaire cutanée et utérine est une maladie génétique résultant de la mutation de l’intron 3 du gène de la fumarate hydratase. Cette mutation est à l’origine du développement de léiomyomes cutanés et utérins et majore aussi le risque de cancer papillaire de type 2 du rein. Le risque de léiomyosarcome est quant à lui exceptionnel. À notre connaissance, aucune donnée dans la littérature ne rapporte à ce jour de cas de léiomyomatose héréditaire associée à un syndrome de Demons-Meigs. Ce syndrome associe, classiquement, une tumeur ovarienne bénigne avec des épanchements des séreuses, qui régressent après exérèse de la tumeur ovarienne.

Cas clinique

Nous rapportons le cas d’une nulligeste de 29ans, sans antécédent personnel. Ses antécédents familiaux comportent des léiomyomes utérins chez sa cousine, sa mère et sa grand-mère maternelle, ainsi que des léiomyomes cutanés chez son oncle maternel et chez le fils de celui-ci. Il a été découvert chez notre patiente, lors d’un bilan de douleurs abdominales, un volumineux fibromyome sous-séreux de 13cm de grand axe accompagné de plusieurs autres myomes de petite taille. Un traitement par ulipristal acétate (UPA) avait été mis en place avant de réaliser une chirurgie. Deux mois après ce premier bilan, la patiente a constaté une augmentation de son périmètre abdominal. Celle-ci était accompagnée d’une altération de l’état général ainsi que d’un amaigrissement. L’échographie puis un scanner ont retrouvé une ascite ainsi qu’une pleurésie bilatérale de moyenne abondance. Le myome dominant a augmenté de volume, mesurant à ce stade 19cm de grand axe. Par crainte d’un processus néoplasique, la date de chirurgie a été avancée. La laparotomie révélait une ascite modérée sans carcinose péritonéale. Une myomectomie multiple a été réalisée. Celle-ci a nécessité la transfusion de plusieurs culots sanguins en raison de la haute vascularisation des myomes. Au décours de cette chirurgie, la régression des épanchements a pu être constatée, ce qui confirme a posteriori le syndrome de Demons-Meigs.

Conclusion

Outre la description originale de cette association léiomyomatose et syndrome de Demons-Meigs ou plutôt pseudo-syndrome de Demons-Meigs car ne concernant pas une tumeur ovarienne, ce dossier soulève aussi le problème de la « résistance » des myomes à l’UPA. Ce traitement est efficace sur les symptômes associés aux myomes (90 % d’aménorrhée) et permet une régression du volume du ou des myomes dans des proportions variables. Il n’y a pas de données disponibles sur l’absence de régression des myomes sous traitement. Plusieurs hypothèses peuvent s’envisager dans cette observation : l’âge jeune, le volume initial du myome, le contexte de la maladie génétique, etc. Les essais cliniques et les études en population devraient nous donner ces informations manquantes d’ici peu.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 9

P. 1201 - novembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypertension artérielle pulmonaire et grossesse : à propos d’un cas
  • M. Bedoucha, M. Rois, M.-A. Coustel, F. Coatleven, J. Horovitz
| Article suivant Article suivant
  • Grossesse extra-membraneuse sur j1 avec syndrome polymalformatif au cours d’une grossesse gémellaire bichoriale biamniotique induite : à propos d’un cas
  • J. Lucas, M.-C. Soudan, F. Lanse, M.-A. Coustel, D. Carles, O. Tandonnet, B. Maugey-Laulom, J. Horovitz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.