Médecine

Paramédical

Autres domaines


Le(s) cancer(s) de Lucy : une origine préhistorique ? - 05/12/16

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2016.10.001 
G. Chene a, , b , G. Lamblin a, K. Le Bail-Carval a, E. Beaufils a, P. Chabert a, P. Gaucherand a, G. Mellier a, Y. Coppens c
a Département de gynécologie, hôpital Femme-Mère-Enfant, HFME, hospices civils de Lyon, CHU de Lyon, 59, boulevard Pinel, 69000 Lyon, France 
b EMR 3738, université Claude-Bernard Lyon 1, 69000 Lyon, France 
c Chaire de paléoanthropologie, collège de France, 75005 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 8
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

La découverte récente du plus vieux cancer, un ostéosarcome d’un métatarse, chez un hominidé datant de 1,7 millions d’années fait poser la question de l’origine du cancer et de ses déterminants. Nous avons voulu connaître s’il y avait des cancers ou tumeurs bénignes décrites dans littérature pendant la préhistoire et l’antiquité.

Méthodes

Nous avons réalisé une revue de la littérature via Pubmed et Google. Seuls les cas confirmés par un examen morphologique et au moins un examen paraclinique complémentaire ont été retenus. Les mots clés suivant ont été utilisés : cancer; paleopathology; malignant neoplasia; benign tumor; leiomyoma; myoma; breast cancer; mummies; soft tissue tumor; Antiquity.

Résultats

Trente-cinq articles ont répondu à nos critères de sélection dans lesquelles étaient décrits 34 tumeurs malignes, 10 tumeurs bénignes et 11 tumeurs bénignes gynécologiques.

Conclusions

Même s’il y avait peu de tumeurs, leur nombre étant probablement sous-estimé, leur description et leur confirmation ne font pas de doute. Le cancer ne serait donc pas une maladie liée uniquement à l’industrialisation et au mode vie de l’époque moderne. Nous avons probablement hérité de nos ancêtres d’une prédisposition génétique dont l’interaction avec les carcinogènes de l’environnement et notre longévité pourrait conduire aux cancers.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

The recent discovery of the earliest hominin cancer, a 1.7-million-year-old osteosarcoma from South Africa has raised the question of the origin of cancer and its determinants. We aimed to determine whether malignant and benign tumors exist in the past societies.

Methods

A review of literature using Medline database and Google about benign and malignant tumors in prehistory and antiquity. Only cases with morphological and paraclinical analysis were included. The following keywords were used: cancer; paleopathology; malignant neoplasia; benign tumor; leiomyoma; myoma; breast cancer; mummies; soft tissue tumor; Antiquity.

Results

Thirty-five articles were found in wich there were 34 malignant tumors, 10 benign tumors and 11 gynecological benign tumors.

Conclusions

The fact that there were some malignant tumors, even few tumors and probably underdiagnosed, in the past may be evidence that cancer is not only a disease of the modern world. Cancer may be indeed a moving target: we have likely predisposing genes to cancer inherited from our ancestors. The malignant disease could therefore appear because of our modern lifestyle (carcinogens and risk factors related to the modern industrial society).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Australopithecus afarensis, Anthropologie, Évolution, Cancer, Paleopathologie, Fibrome utérin

Keywords : Australopithecus afarensis, Anthropology, Evolution, Cancer, Paleopathology, Leiomyoma


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 12

P. 690-700 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Injection de produit de contraste iodé en cours de grossesse et fonction thyroïdienne néonatale
  • P. Chauvet, D. Terral, M. Colombier, A. Mulliez, C. Suarez, A. Brunhes, D. Gallot
| Article suivant Article suivant
  • Cancer du sein et diabète de type 2 : des interactions complexes
  • L. Bernard, N. Reix, J.-C. Benabu, V. Gabriele, C. Mathelin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.