Médecine

Paramédical

Autres domaines


Mode de vie et règles hygiénodiététiques pour la prévention de la prématurité spontanée chez la femme enceinte asymptomatique - 06/12/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.09.019 
E. Maisonneuve
 Pôle de périnatalité, service de médecine fœtale, hôpital Trousseau, 26, avenue du Dr-Arnold-Netter, 75012 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Établir des recommandations concernant les habitudes de vie des femmes enceintes et leur impact sur le risque d’accouchement prématuré.

Matériel et méthodes

Recherche bibliographique effectuée sur les bases de données Pubmed et Cochrane. Cette revue de la littérature ne concerne que les patientes asymptomatiques pour la grossesse en cours.

Résultats

Concernant l’activité professionnelle, il existe une légère augmentation du risque de prématurité seulement chez les patientes travaillant plus de 40heures par semaine ou ayant des conditions de travail physiquement éprouvantes selon un score évaluant la pénibilité au travail (NP2). Avec un temps de travail hebdomadaire de 35h, il n’est pas recommandé de proposer systématiquement un arrêt de travail afin de prévenir la prématurité (grade B). La pratique d’une activité sportive régulière pendant la grossesse n’augmente pas le risque d’accouchement avant 37 SA (NP2) et est recommandée chez les femmes présentant une grossesse normale (grade A). Les rapports sexuels pendant la grossesse n’augmentent pas le risque de prématurité (NP2), même chez les patientes avec un antécédent d’accouchement prématuré (NP3). L’alimentation riche en fruits, légumes et céréales complètes pourrait être associée à une réduction de la prématurité spontanée (NP3), alors que les supplémentations en vitamine D et oméga-3 n’ont pas d’effet sur le terme d’accouchement (NP1). Il est ainsi recommandé de conseiller un régime alimentaire riche en fruits, légumes et céréales complètes (grade C). La consommation tabagique est associée à une augmentation de la prématurité spontanée (NP2). Les interventions de sevrage tabagique aboutissent à un sevrage pendant la grossesse dans seulement 6 % des cas et sont associées à une diminution de la prématurité de 14 % (NP1), alors que les substituts nicotiniques seuls, tels que les patchs de nicotine, n’ont pas d’effet ni sur le sevrage tabagique ni sur la prématurité (NP1). Le sevrage tabagique est donc recommandé chez les patientes enceintes, quel que soit le stade de la grossesse (grade A). Les troubles psychologiques tels que la dépression, l’anxiété et le stress maternel sont significativement associés à la prématurité globale (NP1). Chez les patientes asymptomatiques avec un col court, le repos au lit n’est pas associé à une diminution de la prématurité (NP3) et n’est donc pas systématiquement recommandé (grade C). Pour les grossesses multiples asymptomatiques, l’hospitalisation préventive avec repos au lit n’est pas recommandée (grade A), d’autant plus que le repos au lit pendant la grossesse est associé à un risque accru de complications thrombo-emboliques (NP3).

Conclusion

Parmi les facteurs de risque modifiables de prématurité spontanée, le sevrage tabagique a fait la preuve de son efficacité sur la diminution de la prématurité. Le régime riche en fruits, légumes et fibres pourrait également être associé à une diminution de la prématurité spontanée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To establish recommendations for lifestyle of pregnant women and its impact on spontaneous preterm births.

Material and methods

We searched Pubmed and Cochrane databases and checked reference lists of retrieved studies. This review of the literature concerns only women who have no symptoms for the ongoing pregnancy.

Results

Concerning maternal occupation during pregnancy, there is a mild increase of the risk of preterm birth only for women who work more than 40hours a week or who have hard working conditions according to a fatigue score (LE2). With a weekly working time of 35hours, it is not recommended to prescribe routinely a sick leave to pregnant women in order to prevent preterm birth (grade B). Practicing exercise during pregnancy does not increase the risk of preterm birth before 37 weeks (LE2) and is recommended for women with normal pregnancy (grade A). Sexual intercourses during pregnancy do not increase the risk of prematurity (LE2), even for women with a history of preterm birth (LE3). A dietary pattern including vegetables, fruits and whole grain cereals during pregnancy might be associated with a lower risk of spontaneous preterm birth (LE3), while vitamin D and omega-3 supplementation has no effect on the gestational age of delivery (LE1). A dietary pattern including fruits, vegetables and whole grain cereals is thus recommended (grade C). Smoking is associated with spontaneous preterm birth (NP2). Smoking cessation interventions can result in 6 % smoking withdrawal in late pregnancy and 14 % reduction of preterm birth, while nicotine replacement therapies taken alone, such as nicotine-based patches, has no effect on both outcomes. Smoking cessation is also recommended in pregnant women, whatever the gestational age (grade A). Psychological disorders such as depression, anxiety and maternal stress are significantly associated with preterm birth (LE1). Among asymptomatic patients with a short cervix, bed rest is not associated with a reduction of preterm birth (LE3), and is also not systematically recommended (grade C). For multiple pregnancies without any symptoms, systematic hospitalization with bed rest is not recommended (grade A), especially since bed rest is associated with more thromboembolic events (LE3).

Conclusion

Among preventable risk factors of spontaneous prematurity, cessation of smoking has been demonstrated to be effective on the decrease of preterm birth. A dietary pattern including vegetables, fruits and whole grain cereals might be also associated with a reduction of spontaneous prematurity.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Prématurité spontanée, Mode de vie, Règles hygiénodiététiques, Prévention, Activité physique

Keywords : Spontaneous preterm birth, Lifestyle, Prevention, Physical activity


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 10

P. 1231-1246 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Épidémiologie et facteurs de risque de la prématurité
  • H. Torchin, P.-Y. Ancel
| Article suivant Article suivant
  • Vaginose bactérienne et prématurité spontanée
  • G. Brabant

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.