Médecine

Paramédical

Autres domaines


Outils prédictifs de l’accouchement prématuré dans une population asymptomatique à haut risque - 06/12/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.09.009 
J. Blanc a, , F. Bretelle a, b, 1
a Service de gynécologie-obstétrique, gynépôle, hôpital Nord, AP–HM, chemin des Bourrely, 13015 Marseille, France 
b Unité de recherche sur les maladies infectieuses tropicales et émergentes, CNRS UMR 7278, Inserm U1095, Aix-Marseille université, 13385 Marseille cedex 5, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 19
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Décrire les outils étudiés pour prédire un accouchement prématuré (AP) au sein d’une population asymptomatique à haut risque et déterminer leur caractère prédictif.

Matériel et méthodes

Consultation de la base de données MedLine, de la Cochrane Library et des recommandations des sociétés savantes françaises et étrangères.

Résultats

L’interrogatoire et la prise en compte des antécédents obstétricaux en particulier l’antécédent de prématurité spontanée permettent d’identifier une population à risque d’AP pour la grossesse en cours (NP3). Ce risque est corrélé au nombre d’accouchements prématurés antérieurs et est d’autant plus élevé que le terme de l’événement antérieur est précoce et qu’il concerne la dernière grossesse (NP3). Les données de la littérature sont insuffisantes pour recommander la réalisation systématique du toucher vaginal à chaque consultation prénatale chez les patientes asymptomatiques à haut risque (grossesse multiple, malformation utérine, antécédent d’accouchement prématuré, de traitement cervical, d’au moins deux IVG) (accord professionnel). Un enregistrement régulier de l’activité utérine ainsi que les visites à domicile pour une population asymptomatique à haut risque ne permettent pas de prédire ni de réduire le risque d’accouchement prématuré (NP2) et ne sont pas recommandés (grade B). Au sein d’une population asymptomatique à haut risque, la mesure échographique de la longueur cervicale (LC) permet d’estimer le risque d’AP (NP2). Plus le col est court précocement plus le risque d’AP est important (NP3). Au sein d’une population présentant un antécédent d’accouchement prématuré, la mesure échographique de la LC permet d’estimer le risque d’AP (NP2). Une stratégie de cerclage écho-indiquée est discutée dans le chapitre dédié. La mesure de la longueur cervicale par échographie endovaginale chez les patientes enceintes asymptomatiques présentant une malformation utérine, un antécédent de traitement cervical, d’au moins deux IVG ou présentant une grossesse multiple permettrait d’estimer le risque d’accouchement prématuré (NP3). Un raccourcissement de plus de 10 % de la LC à 3 semaines d’intervalle est associé à une augmentation du risque d’AP (NP3). Il n’est pas recommandé de réaliser une détection systématique de fibronectine fœtale en population asymptomatique à haut risque (grade C). L’association d’une mesure échographique du col et d’une détection de fibronectine fœtale permet d’améliorer modestement la prédiction de l’accouchement prématuré (NP3). Cependant, les données de la littérature sont insuffisantes pour recommander la mesure systématique de la longueur du col utérin par échographie endovaginale et/ou la détection de la fibronectine fœtale dans une population à haut risque asymptomatique, car cette politique n’a jamais démontré son intérêt dans la prévention de l’accouchement prématuré et dans la réduction de la morbi-mortalité néonatale (accord professionnel).

Conclusion

Plusieurs outils prédictifs sont ainsi décrits permettant d’estimer le risque d’AP mais il n’existe pas à ce jour de preuve de l’efficacité d’une stratégie de dépistage systématique sur la prévention de l’AP en population asymptomatique à haut risque à l’exception de la mesure échographique du col par voie endovaginale dans la population de patientes présentant un antécédent d’AP.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

Describe tools designed to predict preterm birth in asymptomatic high-risk pregnancy and determine their predictive value.

Methods

The PubMed database, the Cochrane Library and the recommendations from the French and foreign obstetrical societies or colleges have been consulted.

Results

Obstetric history particularly spontaneous preterm birth identifies a population at risk for preterm birth for the current pregnancy (LE3). This risk is related to the number of prior preterm birth and is even higher than the term of the prior event is more premature and that the event concerns the last pregnancy (LE3). The literature data are insufficient to recommend systematic cervical examination at each prenatal visit in asymptomatic high-risk pregnancy (multiple pregnancy, uterine malformations, history of spontaneous preterm birth, excisional cervical procedure or at least two voluntary first trimester abortion) (professional consensus). Regular recording of uterine activity and home visits for asymptomatic high-risk pregnancy did not predict nor reduce the risk of preterm birth (LE2) and are not recommended (grade B). In asymptomatic high-risk pregnancy, ultrasonographic measurement of cervical length estimates the risk of preterm birth (LE2). Shorter is the cervical length higher is the risk of preterm birth (LE3). In asymptomatic patient with prior preterm birth, ultrasonographic measurement of cervical length estimates the risk of preterm birth (LE2). The strategy of ultrasound indicated cerclage are discussed in dedicated chapter. The measurement of cervical length by transvaginal ultrasonography in asymptomatic pregnancy with uterine malformation, a history of cervical treatment, at least two voluntary abortions or having a multiple pregnancy would estimate the risk of preterm birth (LE3). A shortening of more than 10% of the cervical length at 3-week interval is associated with an increased risk of preterm birth (LE3). Systematic detection of fetal fibronectin is not recommended in asymptomatic high-risk population (grade C). The combination of ultrasound measurement of cervical length and fetal fibronectin detection improves modestly the prediction of preterm birth (LE3). However, literature data are insufficient to recommend routine measurement of cervical length by transvaginal ultrasonography during surveillance ultrasounds and/or detection of fetal fibronectin because this policy has never demonstrated its interest in preventing preterm birth and in the reduction of neonatal morbidity and mortality (professional consensus).

Conclusion

Several predictive tools are described to define the risk of preterm birth but there is no evidence to date of the effectiveness of systematic screening strategy on the prevention of prematurity in asymptomatic high-risk population, except the ultrasound measurement of the cervical length in the population of patients having had a prior preterm birth.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Accouchement prématuré, Outils prédictifs, Toucher vaginal, Longueur cervicale, Fibronectine fœtale

Keywords : Preterm birth, Predictive tools, Cervical length, Fetal fibronectin


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 10

P. 1261-1279 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vaginose bactérienne et prématurité spontanée
  • G. Brabant
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt des progestatifs dans la prévention de la prématurité spontanée
  • E. Azria

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.