Médecine

Paramédical

Autres domaines


Contraception après interruption volontaire de grossesse - 06/12/16

Doi : 10.1016/j.jgyn.2016.09.017 
A. Ohannessian a, , C. Jamin b
a Service de gynécologie-obstétrique, hôpital de la Conception, 147, boulevard Baille, 13005 Marseille, France 
b 169, boulevard Haussmann, 75008 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Établir des recommandations du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) concernant la contraception après interruption volontaire de grossesse (IVG).

Matériels et méthodes

Une revue systématique de la littérature concernant la contraception après IVG a été réalisée sur Medline et Cochrane Database entre 1978 et mars 2016, ainsi que la consultation des recommandations des sociétés savantes françaises et étrangères.

Résultats et discussion

Après une IVG, si la femme souhaite une contraception, celle-ci doit être débutée le plus tôt possible car la reprise de l’ovulation est très rapide. Le choix de la contraception doit être fait en accord avec les attentes et le mode de vie de la femme. Une information claire, objective et personnalisée sur tous les moyens de contraception utilisables par la femme devrait lui être délivrée. Les contre-indications de chaque moyen de contraception doivent être respectées. Les méthodes contraceptives réversibles à longue durée d’action, dispositifs intra-utérins et implant, pourraient être privilégiées (grade C) car elles n’engendrent pas de problème d’adhésion et pourraient ainsi mieux prévenir la répétition des IVG (NP3). Le DIU doit être proposé et inséré de manière préférentielle immédiatement au décours d’une IVG instrumentale (grade A), de même que l’implant (grade B). En cas d’IVG médicamenteuse, l’implant peut être inséré à partir du jour de la prise de mifépristone, le DIU dès la confirmation échographique de l’absence de grossesse intra-utérine (grade C).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To establish guidelines of the French National College of Gynecologists and Obstetricians about post-abortion contraception.

Materials and methods

A systematic review of the literature about post-abortion contraception was performed on Medline and Cochrane Database between 1978 and March 2016. The guidelines of the French and foreign scientific societies were also consulted.

Results and discussion

After an abortion, if the woman wishes to use a contraception, it should be started as soon as possible because of the very early ovulation resumption. The contraception choice must be done in accordance with the woman's expectations and lifestyle. The contraindications of each contraception must be respected. The long-acting reversible contraception, intra-uterine device (IUD) and implant, could be preferred (grade C) as the efficacy is not dependent on compliance. Thus, they could better prevent repeat abortion (LE3). In case of surgical abortion, IUD should be proposed and inserted immediately after the procedure (grade A), as well as the implant (grade B). In case of medical abortion, the implant can be inserted from the day of mifépristone, the IUD after an ultrasound examination confirming the success of the abortion (no continuing pregnancy or retained sac) (grade C).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Contraception, Interruption volontaire de grossesse, Contraception orale, Dispositif intra-utérin, Implant, Contraception progestative

Keywords : Contraception, Abortion, Termination of pregnancy, Pill, Intra-uterine device, Implant


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 10

P. 1568-1576 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Aspects psychologiques de l’IVG
  • L. Attali
| Article suivant Article suivant
  • Interruption volontaire de grossesse : le cadre juridique français
  • P. Fournet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.