Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les altérations du processus empathique chez les agresseurs sexuels - 19/12/16

Doi : 10.1016/j.lpm.2016.09.004 
Virginie Cailleau 1, , 2 , Bérangère Thirioux 1, Bernard Méry 2, 3, Jean-Louis Senon 1, 2, Nematollah Jaafari 1, 4
1 Centre hospitalier Henri-Laborit, unité de recherche clinique intersectorielle en psychiatrie à vocation régionale Pierre-Deniker, 370, avenue Jacques-Cœur, CS 10587, F-86022 Poitiers, France 
2 CRIAVS Poitou-Charentes, 1, allée de la Providence, F-86000 Poitiers, France 
3 Centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne, Le champ des Grolles, route de Lusignan, CS 80029, F-86370 Vivonne, France 
4 CHU de Poitiers, université Poitiers, Inserm CICP1402, Inserm U 1084 Experimental and Clinical Neurosciences Laboratory, groupement de recherche CNRS 3557, F-86022 Poitiers, France 

Virginie Cailleau, centre hospitalier Henri-Laborit, CRIAVS-recherche, unité de recherche clinique intersectorielle en psychiatrie à vocation régionale Pierre-Deniker, 370, avenue Jacques-Cœur, CS 10587, 86021 Poitiers cedex, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

L’examen de la littérature concernant les déficits empathique chez les agresseurs sexuels montre que ceux-ci éprouveraient, dans certains cas, des difficultés à identifier des émotions spécifiques.

Leurs capacités de prise de perspective varieraient entre, faibles pour certains, et normales pour d’autres.

Confrontés à la souffrance de leurs victimes, leur contagion émotionnelle serait inhibée.

Les altérations observées ne dénoteraient pas un déficit général d’empathie mais découleraient plutôt du contexte, de distorsions cognitives ou d’une indifférence pour les victimes.

Certains agresseurs sexuels seraient capables de se décentrer au point de comprendre les états mentaux de leurs victimes, mais en demeurant toutefois suffisamment égo-centrés pour ne pas s’identifier à elles et partager leur ressenti.

Cette mise au point permet de dépasser la considération générale commune concernant le manque d’empathie chez les agresseurs sexuels en éclairant plusieurs processus qui permettent d’expliquer, de justifier ou d’excuser à leurs yeux la genèse et le maintien de leur comportement.

Il serait intéressant d’étudier, par des techniques d’imagerie cérébrale, les mécanismes de changements de perspective chez les agresseurs sexuels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

The review of literature devoted to empathy deficits of sexual offenders shows that they have difficulties in identifying specific emotions in specific situations.

Their perspective taking abilities range from weak to normal.

Face to their victims suffering, their emotional replication would be inhibited.

Affective and cognitive impairments in sexual offenders do not result from a general empathy deficit but would however result from the context, cognitive distortions or indifference towards victims.

Some sexual offenders are able to decenter from themselves and understand their victims’ mental states, but maintain their viewpoint, leading them to not identify with their victims or share their feelings.

This focus overcomes the common general consideration regarding the lack of empathy among sex offenders by lighting several processes that explain, justify or apologize to them the genesis and persistence of their behavior.

It would be interesting to study by using brain imaging techniques the perspective switching mechanisms of sexual offenders.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 45 - N° 12P1

P. 1075-1083 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge de la douleur des personnes âgées en soins primaires : l’ouverture vers les interventions non médicamenteuses. Analyse qualitative de l’expérience des médecins généralistes
  • Agnes Oude Engberink, Beatrice Lognos, Melanie Badin, François Carbonnel, Marion Lalau, Hubert Blain, Gérard Bourrel
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome catastrophique des antiphospholipides (CAPS) : revue 2016
  • Nathalie Costedoat-Chalumeau, Laetitia Coutte, Véronique Le Guern, Nathalie Morel, Gaelle Leroux, Romain Paule, Luc Mouthon, Jean-Charles Piette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.