Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Médicaments antalgiques de la douleur aiguë en médecine buccale - 23/12/16

[28-005-J-10]  - Doi : 10.1016/S1877-7864(12)55517-5 
V. Baaroun a,  : Docteur en chirurgie dentaire, V. Descroix b : Maître de conférence des Universités, praticien hospitalier, docteur en chirurgie dentaire, docteur en pharmacie
a Service d'odontologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris, France 
b UFR d'odontologie de l'université Paris Diderot, 5, rue Garancière, 75006 Paris, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 2

Résumé

La douleur est une notion quotidiennement rencontrée en médecine buccale, qu'elle soit symptomatique d'une pathologie ou secondaire à un acte. La prévention et le traitement de la douleur nécessitent une approche la plus globale possible. Les thérapeutiques médicamenteuses font partie des moyens possibles à mettre en œuvre, tout en gardant à l'esprit que le traitement premier de la douleur reste étiologique (pulpotomie, extraction, drainage, curetage, etc.). Devant le nombre important de molécules antalgiques actuellement disponibles, le choix du ou des médicaments prescrit(s) se fait en fonction de différents critères : l'état de santé du patient, la physiopathologie de la douleur, son intensité et l'évaluation scientifique du traitement. Finalement, en médecine buccale, les traitements présentant un intérêt au regard de ces critères sont assez limités, mais généralement suffisants. Il s'agit du paracétamol, associé ou non aux opioïdes faibles, des anti-inflammatoires non stéroïdiens et, dans certains cas très précis, de la morphine. Le choix du praticien parmi ces différentes molécules et associations possibles est guidé notamment par la situation clinique (intensité prévue de la douleur, durée, coantalgiques, etc.). En tout état de cause, une connaissance approfondie de la pharmacologie de ces substances est indispensable à leur bonne prescription.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Antalgiques non morphiniques, Opioïdes faibles, Morphine, Douleur buccale aiguë


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Conduite à tenir en odontologie face à un patient sous traitements anticancéreux
  • G. Lescaille
| Article suivant Article suivant
  • Conduite à tenir devant un patient anxieux
  • Q. Timour, M. Timour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.