Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Gestion des anticoagulants oraux directs pour la chirurgie et les actes invasifs programmés : propositions réactualisées du Groupe d’intérêt en hémostase périopératoire (GIHP) – septembre 2015 - 03/01/17

Doi : 10.1016/j.anrea.2016.08.016 
Pierre Albaladejo 1, , Fanny Bonhomme 2, Normand Blais 3, Jean Philippe Collet 4, David Faraoni 5, Pierre Fontana 6, Anne Godier 7, Juan V. Llau 8, Dan Longrois 9, Emmanuel Marret 10, Patrick Mismetti 11, Nadia Rosencher 12, Stéphanie Roullet 13, Charles Marc Samama 12, Jean-François Schved 14, Pierre Sie 15, Annick Steib 16, Sophie Susen 17
et le

GIHP

1 Pôle d’anesthésie-réanimation, CS10217, CHU de Grenoble, 38043 Grenoble cedex 9, France 
2 Service d’anesthésiologie, hôpital universitaire de Genève, Genève, Suisse 
3 Hématologie et oncologie médicale, CHUM, hôpital Notre-Dame, Montréal, Canada 
4 Service de cardiologie, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, CHU La Pitié Salpêtrière, 75013 Paris, France 
5 Département d’anesthésie pédiatrique, hôpital universitaire Reine Fabiola, avenue Jean Joseph Crocq 15, 1020 Bruxelles, Belgique 
6 Service d’angiologie et d’hémostase, hôpital universitaire de Genève, Genève, Suisse 
7 Service d’anesthésie-réanimation, Fondation Rothschild, 27, rue Manin, 75019 Paris, France 
8 Hospital clínic universitari, universidad Católica “San Vicente Mártir”, servicio de anestesiología-reanimación, Valencia, Espagne 
9 Département d’anesthésie-réanimation, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, CHU Bichat–Claude-Bernard, 75018 Paris, France 
10 Institut hospitalier franco-britannique, 92300 Levallois Perret, France 
11 Service de pharmacologie, hôpital Bellevue, 25, boulevard Pasteur, 42100 Saint-Étienne, France 
12 Département d’anesthésie-réanimation, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, CHU Cochin–Port-Royal, 75014 Paris, France 
13 Service d’anesthésie-réanimation, CHU Pellegrin, place Amélie Raba-Léon, 33076 Bordeaux, France 
14 Laboratoire central d’hématologieCHU de Montpellier, hôpital Saint-Éloi, 80, avenue Augustin-Fliche, 34090 Montpellier, France 
15 Laboratoire d’hématologie, hôpital Purpan, place du Docteur Baylac, 31300 Toulouse, France 
16 Hôpitaux universitaires de Strasbourg, département d’anesthésiologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 1, place Hôpital, 67000 Strasbourg, France 
17 Institut d’hématologie transfusion, CHRU de Lille, 2, avenue Oscar Lambret, 59000 Lille, France 

Pierre Albaladejo, CHU de Grenoble, pôle d’anesthésie-réanimation, CS10217, 38043 Grenoble cedex 9, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Depuis 2011, l’expérience et les données concernant les patients traités par anticoagulants oraux directs (AOD) et bénéficiant d’un acte invasif programmé se sont enrichies. Dans le même temps, un accroissement du risque hémorragique lors de la réalisation de relais anticoagulants préopératoires a été mis en évidence, sans réduction du risque thrombotique. Ces données nouvelles conduisent à adapter les propositions émises par le GIHP en 2011. Pour les actes programmés à risque hémorragique faible, il est proposé de ne pas prendre d’AOD la veille au soir ni le matin de l’intervention, quel que soit le schéma thérapeutique du patient ; et de reprendre le traitement selon le schéma habituel du patient et au moins 6heures après la fin du geste invasif. Pour les actes invasifs à risque hémorragique élevé, il est proposé une dernière prise à j–3 pour le rivaroxaban, l’apixaban et l’edoxaban ; une dernière prise de dabigatran à j–4 si la clairance de la créatinine est supérieure à 50mL/min, à j–5 si la clairance est comprise entre 30 et 50mL/min. Dans le cas de la neurochirurgie intracrânienne et de l’anesthésie neuraxiale, des délais plus longs sont conseillés. Il n’y a plus de place pour les relais anticoagulants ni pour la mesure des concentrations d’AOD sauf situations exceptionnelles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 2 - N° 6

P. 414-420 - décembre 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Un syndrome anticholinergique prolongé
  • Nicolas Jacques, Simon Karoutsos, Sébastien Ponsonnard
| Article suivant Article suivant
  • Réactualisation de la recommandation sur la douleur postopératoire
  • Frédéric Aubrun, Karine Nouette Gaulain, Dominique Fletcher, Anissa Belbachir, Hélène Beloeil, Michel Carles, Philippe Cuvillon, Christophe Dadure, Gilles Lebuffe, Emmanuel Marret, Valéria Martinez, Michel Olivier, Nadia Sabourdin, Paul Zetlaoui, Société française d’anesthésie et de réanimation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.