Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La dépersonnalisation : l’ambiguïté clinique d’une notion transnosographique - 06/01/17

Depersonalization: Clinical and nosographic ambiguities

Doi : 10.1016/j.evopsy.2016.12.003 
Sarah Troubé  : Psychologue clinicienne, chercheure post-doctorante
 Centre de recherches psychanalyse, médecine et société, EA 3522, LabEx « Who am I? », université Paris-Diderot, Sorbonne Paris Cité, Campus Paris Rive Gauche, 5, rue Thomas-Mann, 75205 Paris cedex 13, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Friday 06 January 2017
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Objectifs

L’article cherche à expliciter et à interroger l’ambiguïté nosographique qui caractérise l’usage psychiatrique du terme de dépersonnalisation, entre névrose et psychose. Il propose de formuler ce problème nosographique sous son versant clinique, en questionnant le caractère transnosographique de la dépersonnalisation à partir des mécanismes de dissociation ou de scission qu’elle implique pour le sujet.

Méthode

Nous proposons d’éclairer l’équivocité de cette entité clinique dans la psychiatrie contemporaine en la rapportant aux caractérisations classiques des vécus de dépersonnalisation, élaborées depuis la fin du xixe siècle. Cette perspective historique permettra de dégager des éléments pour une clinique différentielle des formes de dépersonnalisation, qui soit fondée sur un affinage des traits de leur sémiologie et de leur phénoménologie, et sur des hypothèses métapsychologiques portant sur les modalités défensives qu’ils incarnent.

Résultats

Après avoir souligné la filiation entre les définitions du syndrome de dépersonnalisation dans les classifications psychiatriques contemporaines et les descriptions classiques d’une dépersonnalisation névrotique, caractérisée par une expérience de dédoublement du sujet, on interrogera deux autres figures de la dépersonnalisation, mettant en jeu des phénoménologies et des fonctions psychiques différentes. Le dédoublement du moi dans la dépersonnalisation névrotique peut notamment être mis en regard avec une dépersonnalisation incarnant une tentative d’auto-neutralisation du sujet, qui questionne ses capacités de contenance psychique. Une tonalité psychotique de la dépersonnalisation interroge quant à elle l’angoisse d’anéantissement, et une tentative de lutter contre l’envahissement délirant ou hallucinatoire.

Discussion

Ces formes typiques – et non exhaustives – de la dépersonnalisation mettent en évidence les limites d’une approche syndromique qui associe ce phénomène à une sémiologie unique, issue des traits qu’il revêt le plus souvent dans les névroses. Elles soulignent la pertinence clinique d’une compréhension transnosographique de la dépersonnalisation, mais pointent la nécessité d’un affinage d’une sémiologie différentielle, reliée aux différentes modalités de défense et de protection qu’elle est susceptible d’incarner.

Conclusions

Préciser les mécanismes et fonctions de défense mis en œuvre dans les expériences de dépersonnalisation s’oppose à une conception déficitaire de ce phénomène, qui l’associerait à une dissolution des repères ou d’une capacité de synthèse du moi. Les différentes formes de scission du sujet à l’origine des vécus dépersonnalisants – dédoublement, désintrication soma-psyché, clivage – interrogent à la fois des éprouvés subjectifs et des fonctions défensives distinctes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

The aim of the paper is to examine the nosographic ambiguity of the term depersonalization in psychiatry, between neurosis and psychosis. We propose to formulate this nosographic issue in clinical terms, which means questioning the transnosographic nature of depersonalization on the basis of the mechanisms of dissociation or split that come into play for the subject.

Method

The ambiguities characterizing the concept of depersonalization in the present-day field of psychiatry can be set against the first descriptions of these experiences, at the turn of the xxth century. From this historical perspective, some clinical distinctions can be sketched out, making it possible to identifying various forms of depersonalization. This historical perspective enables elements to be identified for a differential clinical approach to the various forms of depersonalization, based on a refinement of the various features of their semiology and their phenomenology, and on meta-psychological hypotheses concerning the defense mechanisms involved.

Results

After pointing out the affiliations between the definitions of the syndrome of depersonalization in contemporary psychiatric classifications and the classic descriptions of neurotic depersonalization, characterized by an experience of split personality or dissociative identity disorder, two other instances of depersonalization are explored, which call on different phenomena and different psychic functions. The split ego in neurotic depersonalization in particular can be set against a form of depersonalization corresponding to an attempt at self-neutralization by the subject, who doubts his abilities for psychic containment.

Discussion

These typical – but non-exhaustive – forms of depersonalization demonstrate the limits of an approach in terms of syndrome, associating the phenomenon with a single semiology, derived from the features most often observed in neuroses. They point to the clinical relevance of a transnosographic view of depersonalization, and also to the need to refine a differential semiology, linked to the different modes of defense and protection that depersonalization can take on.

Conclusions

Defining the defense mechanisms and their functions in experiences of depersonalization is at odds with a deficit-related conception of the phenomenon, associating it with loss of bearings or loss of the ability to synthesize the self. The different forms of splitting in the subject leading to the experience of depersonalization – split identity, body-psyche dissociation, etc. – require consideration of both subjective experience and distinct defensive functions.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dépersonnalisation, Clivage, Étrangeté, Clinique différentielle, Métapsychologie

Keywords : Depersonalization, Splitting of the self, Feeling of strangeness, Differential clinical practice, Metapsychology


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : La dépersonnalisation : l’ambiguïté clinique d’une notion transnosographique. Evol psychiatr XXXX; vol (no): pages (pour la version papier) ou adresse URL et date de consultation (pour la version électronique).


© 2016  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.