Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Principes de l’évaluation médico-économique à l’usage des soignants - 08/02/17

Doi : 10.1016/j.lpm.2016.10.014 
Hélène Derumeaux-Burel 1, 2, Christian Derancourt 3, Christine Rambhojan 4, Olivier Branchard 5, Nathalie Hayes 5, Antoine Bénard 6, 7,

le groupe accompagnement de l’innovation et de l’évaluation médico-économique du groupement interrégional de recherche clinique et d’innovation (GIRCI SOOM)

1 CHU de Toulouse, pôle santé société, département d’information médicale, 31000 Toulouse, France 
2 University Toulouse 3, Inserm, UMR 1027, 31000 Toulouse, France 
3 CHU de Martinique, direction de la recherche clinique et de l’innovation, 97200 Fort-de-France, France 
4 CHU de Pointe-à-Pitre, direction de la recherche clinique et de l’innovation, 97100 Pointe-à-Pitre, France 
5 CHU de Bordeaux, direction de la recherche clinique et de l’innovation, évaluation et accompagnement de l’innovation, 33000 Bordeaux, France 
6 CHU de Bordeaux, pôle de Santé publique, service d’information médicale, USMR & CIC-EC 14-01, 33000 Bordeaux, France 
7 University of Bordeaux, ISPED, centre Inserm U1219-Bordeaux population health research center, 33000 Bordeaux, France 

Antoine Bénard, CHU de Bordeaux, université Bordeaux Segalen, pôle de Santé publique, CS61292, case 75, 146, rue Léo-Saignat, 33076 Bordeaux, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

L’évaluation médico-économique permet de choisir entre plusieurs interventions celle qui permettra de maximiser l’état de santé d’une population dans la limite des ressources financières disponibles. Elle est par définition comparative et repose sur l’estimation des coûts et des résultats moyens des interventions comparées. Ces paramètres permettent de calculer le ratio d’efficience qui représente le coût moyen différentiel pour le gain d’une unité d’efficacité supplémentaire (une année de vie par exemple) avec l’intervention évaluée comparativement à l’intervention de référence. On parle de ratio d’efficience car on met en relation les résultats cliniques avec les efforts (ici financiers) consentis pour les obtenir. Le raisonnement médico-économique s’applique à tous les domaines de la santé. Nous ne devons pas disposer des ressources de la collectivité (assurance maladie) sans nous interroger sur les usages alternatifs que nous pouvons en faire. Il peut être utile aux soignants de s’approprier ce raisonnement afin de mieux comprendre les décisions de financement public ainsi que les recommandations. Les soignants peuvent utilement s’approprier ce champ d’expertise car leur place est au cœur de cette réflexion stratégique qui participe à la définition du paysage sanitaire français de demain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

The aim of health economic evaluation is to maximize health gains from limited resources. By definition, health economic evaluation is comparative, based on average costs and outcomes of compared interventions. Incremental costs and outcomes are used to calculate the cost-effectiveness ratio, which represents the average incremental cost per gained unit of effectiveness (i.e.: a year of life) with the evaluated intervention compared to the reference. The health economic rationale applies to all health domains. We cannot spend collective resources (health insurance) without asking ourselves about their potential alternative uses. This reasoning is useful to caregivers for understanding resources allocation decisions and healthcare recommandations. Caregivers should grab this field of expertise because they are central in this strategic reflection for defining the future French healthcare landscape.

Glossaire

Horizon temporel : correspond à la durée du recueil des résultats et des coûts. Il doit être suffisamment long pour permettre l’analyse des coûts et des conséquences médicales que l’on veut étudier. Le recueil des résultats et des ressources se fait sur le même horizon temporel, sur la même durée.
Perspective : désigne le payeur, celui qui finance les ressources en santé consommées. Elle permet de définir à la fois les ressources en santé à recueillir et les coûts unitaires pour leur donner une valeur monétaire.
Plan coût-efficacité : représentation graphique du différentiel de coûts (en ordonnées) et du différentiel de résultats cliniques (en abscisses) entre l’intervention évaluée et l’intervention de référence. Il permet d’interpréter facilement le ratio d’efficience en fonction du cadran dans lequel celui-ci est situé.
QALY : quality ajusted life years. Il s’agit littéralement de la durée de vie (en années) ajustée sur le bien-être. Le bien-être est mesuré par un score d’utilité compris entre 0 (le décès) et 1 (état de parfait bien-être).
Ratio d’efficience : c’est le différentiel de coût entre l’intervention évaluée et l’intervention de référence divisé par le différentiel de résultats cliniques entre ces mêmes interventions. Il représente le coût moyen différentiel pour le gain d’une unité d’efficacité supplémentaire avec l’intervention évaluée comparativement à l’intervention de référence.
Ratio d’efficience seuil (λ) : c’est la valeur monétaire seuil d’une unité d’efficacité. L’Organisation mondiale de la santé recommande d’utiliser le produit national brut par an par habitant pour définir la valeur seuil d’un QALY dans un pays [10]. Soit environ 30 000 € pour les pays d’Europe de l’Ouest. Certains pays comme le Royaume-Uni (entre 20 000 et 30 000 £) ont clairement défini la valeur du QALY [11]. Ce n’est pas le cas pour la France.
Ressources : nous ne faisons pas allusion ici aux revenus d’un individu mais aux ressources sanitaires (temps médical ou para-médical, examens biologique, examens radiologiques, actes médicaux, actes paramédicaux, traitements…) qui sont dépensées pour une intervention et par conséquent plus disponibles pour une autre.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 46 - N° 1

P. 36-41 - janvier 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’amnésie épileptique transitoire (AET)
  • Audrey-Anne Fouchard, Karl Mondon, Bertrand De Toffol
| Article suivant Article suivant
  • Histiocytoses : mieux comprendre pour mieux soigner
  • Jean Donadieu, Abdellatif Tazi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.