Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Influence des médicaments sur la fatigue à 6 mois d’un infarctus cérébral - 11/03/17

Doi : 10.1016/j.neurol.2017.01.174 
Amélie Ponchel 1, Julien Labreuche 2, Stephanie Bombois 3, , Christine Delmaire 4, Régis Bordet 5, Hilde Hénon 6
1 Université Lille, inserm u1171, département de pharmacologie médicale, CHRU de Lille, 59000, Lille, France 
2 Département de biostatistiques, CHRU de Lille, Lille, France 
3 Université Lille, Inserm U1171, CMRR & CNR-MAJ, CHRU de Lille, hôpital Roger Salengro, 59000, Lille, France 
4 Université Lille, inserm u1171, service de neuroradiologie, CHRU de Lille, 59000, Lille, France 
5 Université Lille, Inserm u1171, département de pharmacologie médicale, CHRU de Lille, f-59000, Lille, France 
6 Université Lille, Inserm u1171, service de neurologie vasculaire, CHRU de Lille, F-59000, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La fatigue post accident vasculaire (AVC) est fréquente et altère la qualité de vie de ces patients. Certains médicaments sont incriminés comme potentiellement responsables de la fatigue post-AVC.

Objectifs

Déterminer une relation potentielle entre la fatigue à 6 mois post-AVC et le prise de médicaments à la sortie d’hospitalisation et à 6 mois après un infarctus cérébral.

Patients et méthodes

Cette étude est ancillaire à la cohorte STROKDEM (clinicaltrials.gov : NCT01330160). Les patients étaient inclus dans les 72heures suivant un infarctus cérébral et bénéficiaient d’un suivi standardisé. Les médicaments prescrits à 7jours et 6 mois après l’AVC étaient relevés. La polymédication était définie par le nombre de catégories médicamenteuses. La fatigue post AVC était évaluée par le score de Chalder, la dépression par l’échelle Center for Epidemiological Studies Depression et l’anxiété par l’échelle d’Hamilton.

Résultats

Cent cinquante-trois patients (61 % d’hommes, âge moyen : 64±13 ans) ont été inclus. La fatigue à 6 mois de l’infarctus cérébral était présente chez 81 (53 %) patients et était associée à la dépression (p=0,025) et à l’anxiété (p=0,003). Elle n’était pas associée à la prise de médicament à la sortie de l’hospitalisation ou à 6 mois après l’AVC, après ajustements sur les co-morbidités. La sévérité de la fatigue augmentait avec la polymédication.

Discussion

Bien que de nombreux patients incriminent les traitements comme à l’origine de la fatigue post AVC, nos résultats ne confirment pas cette hypothèse. En revanche la sévérité de la fatigue était liée à la polymédication, ce qui pourrait suggérer la présence d’un plus grand nombre de co-morbidités, ou des interactions complexes entre plusieurs médicaments.

Conclusion

Il n’a pas été mis en évidence de lien entre fatigue à 6 mois après une ischémie cérébrale et aucune catégorie de médicaments, mais un lien entre sévérité de la fatigue et polymédication.

Informations complémentaires

La cohorte STROKDEM a été financé par un PHRC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Médicament, AVC, Fatigue


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 173 - N° S2

P. S106 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution de la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux ischémiques depuis l’ouverture d’une unité neurovasculaire au centre hospitalier de Roanne
  • Schlichting Marie-Alix De, Pascale Cavalli, Vincent Kottmann, David Grua, Thomas Guerin, Ahmed Farghali
| Article suivant Article suivant
  • Cause rare d’une thrombophlébite cérébrale pan-sinusale : la maladie de Vaquez
  • Younes Samia, Naima Sghaier, Machraoui Rrafik, Fkih Hssen Mohamed, Elatrous Souheil, Habib Sfar Mohamed

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.