Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diagnostic et prise en charge des épilepsies secondaires aux AVC - 11/03/17

Doi : 10.1016/j.neurol.2017.01.370 
Athanase Millogo
 CHU Sourô Sanou, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’épilepsie vasculaire se définit par la répétition de crises spontanées plus d’une semaine après une lésion vasculaire cérébrale confirmée, en rapport avec cette lésion vasculaire. Elle touche 2 à 4 % des patients. La période à risque maximal de développer une épilepsie vasculaire est comprise entre le 1er et le 18e mois après un AVC. L’AVC est une pathologie fréquente de la personne âgée, survenant dans 75 % après 65 ans. L’épilepsie vasculaire touche essentiellement des personnes âgées. Le diagnostic de crises d’épilepsie n’est pas toujours facile chez ces patients aux antécédents d’AVC. La récurrence des crises chez le sujet âgé définissant la maladie épileptique peut être rencontrée dans d’autres pathologies neurologiques notamment telles que les maladies infectieuses en zone tropicale, tumorales, ou post-traumatiques. Les crises partielles motrices avec ou sans généralisation secondaire seront plus facilement repérées par l’entourage, d’où leur fréquence relative plus importante. La gravité initiale de l’AVC et la présence d’une lésion corticale dans un territoire carotidien favoriseraient la survenue d’une épilepsie vasculaire. Si l’EEG reste un examen indispensable au diagnostic, c’est l’enregistrement d’une crise en EEG-vidéo qui confirme le diagnostic. L’évolution de l’épilepsie vasculaire est souvent favorable, les crises étant habituellement peu fréquentes. Elles sont souvent contrôlées par un traitement antiépileptique en monothérapie. Au-delà d’une période de deux semaines après l’AVC, la survenue d’une crise liée à cette lésion expose à un risque de récidive suffisamment élevé, il semble logique de proposer un traitement antiépileptique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Antiépileptique, Accident vasculaire cérébral, Épilepsie


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 173 - N° S2

P. S189-S190 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quelle place des patients intervenants dans l’ETP de la maladie de Parkinson ? Quel rôle de l’Association France Parkinson ?
  • Amandine Lagarde, Delamoye Florence
| Article suivant Article suivant
  • Coût direct des accidents vasculaires cérébraux au CHU de Parakou
  • Thierry Armel Adoukonou, Mendinatou Agbétou, Oyéné Richard Kossi, Richmine Covi, Dieudonné Gnonlonfoun, Kodjo Constant Adjien, Dismand Houinato

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.