Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypertension intracrânienne idiopathique sans signes cliniques d’hypertension intracrânienne : à propos d’un cas - 11/03/17

Doi : 10.1016/j.neurol.2017.01.047 
Hakim Deba , Saidi Karima, Hakim Leklou
 Neurologie, CHU Lamine Debaghine Bab El Oued, Alger, Algérie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Malgré le qualificatif bénin attribué à l’hypertension intracrânienne idiopathique (HICI), en l’absence de risque vital, elle reste redoutable vu le risque de cécité ; particulièrement en l’absence de céphalées.

Observation

Jeune femme de 20 ans présentant des éclipses visuelles évoluant depuis environ 15 mois, associées à une baisse progressive de l’acuité visuelle sans notion de céphalées ni de vomissement. L’examen neurologique ne retrouve pas de signes de focalisation. L’examen ophtalmologique :

– fond d’œil : présence d’un œdème papillaire bilatéral stade II ;

– acuité visuelle : 07/10 des deux côtés ;

– champ visuel : rétrécissement concentrique des 02 côtés ;

– potentiels évoqués visuels normaux des 02 côtés.

L’imagerie par résonance magnétique cérébrale :

– un élargissement de la gaine des nerfs optique ;

– une tortuosité des nerfs optiques et selle turcique vide ;

– un aplatissement postérieur du globe oculaire avec saillie de la papille à droite.

Ponction lombaire : pression d’ouverture=310 mmH2O alors que l’étude cytochimique et bactériologique de liquide céphalorachidien était sans anomalies. L’évolution s’est faite vers l’amélioration sous traitement médical.

Discussion

Notre observation illustre bien la difficulté diagnostique d’une HICI sans signes cliniques d’HIC. En effet, le diagnostic n’est envisagé qu’en présence de troubles visuels qui peuvent être parfois irréversibles ; néanmoins, chez notre patiente, le caractère progressif de l’atteinte visuelle et les données IRM nous ont fait évoquer le diagnostic et ont conduit à la mesure de la pression intracrânienne.

Conclusion

La possibilité d’une HICI doit être envisagée devant tout trouble visuel avec œdème papillaire, même en l’absence de signes d’HIC et dans le cas échéant, mesurer de la pression intracrânienne.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : IRM, Céphalées, Hypertension intracrânienne idiopathique


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 173 - N° S2

P. S54 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Neuropathie optique sur selle turcique vide primitive
  • Yamina Sekhara, Assia Belimame, Laieb Ibtissem, Yamina Sifi, Abdelmadjid Hamri
| Article suivant Article suivant
  • L’importance du neurologue aux urgences ophtalmologiques, l’expérience de la Fondation Adolphe de Rothschild
  • Manon Philibert, Samuel Bidot, Catherine Vignal-Clermont

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.