Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dazzling spikes in the dark - 11/03/17

Doi : 10.1016/j.neurol.2017.01.128 
Marie Fournier 1, , Hannah Doudoux 2, Laurent Vercueil 2
1 CHU Grenoble Alpes, La Tronche, France 
2 EFSN, CHU de Grenoble, La Tronche, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les LPDs « Lateralized Periodic Discharges » sont des figures EEG définies comme des anomalies paroxystiques périodiques. Leur nature ictale ou non est débattue. Elles sont le plus souvent considérées asymptomatiques.

Observation

Mr G., 60 ans, présentant un méningiome occipital droit récidivant après chirurgie, était admis aux urgences dans les suites d’une possible crise généralisée. Il relatait la présence depuis plusieurs mois dans son hémichamps visuel gauche de flashs périodiques de durée prolongée. Cliniquement on retrouvait une hémianopsie latérale homonyme gauche. L’EEG réalisé montrait des LPDs à prédominance occipitale droite à environ 1 évènement/seconde. Il était alors demandé au patient de taper avec son index sur l’accéléromètre abdominal (sangle respiratoire) à chaque fois qu’il percevait un flash (Figure 1). On observait alors une corrélation temporelle étroite entre le LPD et la perception du flash dans le champ visuel aveugle. Le patient pouvait ainsi littéralement « voir ses pointes ».

Discussion

Les LPDs sont considérées ictales lorsqu’elles sont contemporaines de manifestations cliniques continues. Ici, les LPDs ont une traduction clinique immédiate, avec corrélation temporelle stricte entre chaque élément de symptomatologie paroxystique et chaque LPD. Nous proposons : les LPDs témoignent d’une lésion cérébrale, désorganisent l’activité physiologique sous-jacente, ET possèdent une symptomatologie propre, renforçant l’hypothèse d’une nature critique des LPDs.

Conclusion

Les LPDs sont des figures EEG dont la nature critique est débattue. Nous montrons grâce à cette observation qu’il est possible, facilement, de mettre en évidence ce caractère critique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lateralized periodic discharges, Epilepsie, Electro-encéphalographie


Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 173 - N° S2

P. S87-S88 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt du rapport d’amplitude sural/radial dans le diagnostic des neuropathies distales symétriques
  • Tareq Alhennawi, Asma Nasr, Pascal Auzou
| Article suivant Article suivant
  • Vidéo-EEG « à la demande » : carpe Diem
  • Anne Oerthel, Hannah Doudoux, Laurent Vercueil, Lorella Minotti, Anne-Sophie Job

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.