Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’arthrose fémorotibiale : un ou deux clichés radiographiques ? Résultats d’une étude de cohorte - 15/03/17

Doi : 10.1016/j.rhum.2016.12.001 
Christian-Hubert Roux a, , Bernard Mazieres b, Evelyne Verrouil a, Anne-Christine Rat c, Patrice Fardellone d, Bruno Fautrel e, Jacques Pouchot f, Alain Saraux g, Francis Guillemin c, Liana Euller-Ziegler a, Joël Coste h, 1
a Rheumatology department, LAHMESS laboratory, EA 6309, university Sophia-Antipolis, hôpital l’Archet 1, CHU de Nice, 262, avenue Saint-Antoine-de-Ginestière, 06202 Nice, France 
b Department of rheumatology, Purpan university hospital, 31059 Toulouse cedex 9, France 
c EA 4360 Apemac, Lorraine university, 54505 Vandœuvre, France 
d Inserm ERI 12, service de rhumatologie, Amiens university hospital, CHU Nord, 80080 Amiens, France 
e Department of rheumatology, Pitié Salpêtrière hospital, université Pierre-et-Marie-Curie–Sorbonne universités, AP–HP, 75013 Paris, France 
f Department of internal medicine, hôpital européen Georges-Pompidou, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 75908 Paris, France 
g Rheumatology department Cavale-Blanche, university hospital, EA 2216, université Bretagne Occidentale, 29609 Brest cedex, France 
h Biostatistics and epidemiology unit, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, Hôtel-Dieu, 75004 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Notre objectif a été de comparer l’apport de l’association d’un cliché du genou de face en charge en extension et d’un cliché en semi-flexion (dit en schuss) (le gold standard actuel) versus un cliché en schuss seul dans le diagnostic de gonarthrose fémorotibiale.

Méthodes

Des sujets âgés de 40 à 75 ans, atteints d’arthrose symptomatique de la hanche et/ou du genou (de stade2 selon la classification de Kellgren/Lawrence [KL]) ont été recrutés par l’intermédiaire d’une enquête de prévalence multirégionale réalisée en France. Des clichés de face en extension et en schuss ont été réalisés, puis lus, deux ans plus tard, par le même examinateur, en insu des résultats de la première lecture, à une seconde lecture des incidences en schuss a été réalisée. La comparaison a porté sur les scores de KL de chaque genou mais aussi de façon indépendante sur les ostéophytes, pincement de l’interligne articulaire (JSN). L’influence de l’obésité a été étudiée.

Résultats

L’analyse a porté sur 350 participants atteints d’arthrose à différents stades. La comparaison des deux lectures a révélé une proportion plus élevée de patients de stade KL2 lorsque les deux clichés étaient associés (genou droit : p<0,0001 ; genou gauche : p<0,001). Il n’a été noté aucune différence entre le cliché en schuss seul et l’association du cliché en extension et du cliché en schuss pour la mesure du pincement articulaire et la détection des ostéophytes. Le cliché en schuss seul lorsque comparé au cliché en extension seul a montré une meilleure aptitude à détecter la présence d’un pincement fémorotibial (p=0,0001 et p=0,0001) mais aucune différence n’a été observée entre ces deux clichés pour la détection des ostéophytes.

Conclusion

Notre étude montre que le cliché en schuss est suffisant à lui seul pour détecter la présence d’ostéophytes et d’un pincement articulaire. L’utilisation d’un seul cliché radiographique permettrait de répondre à deux problématiques d’actualité que sont l’économie de la santé et la radioprotection. Le recours à deux clichés semble préférable dans le cadre d’études épidémiologiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Gonarthrose, Diagnostic, Radiographie du genou semi-fléchi


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le doi ci-dessus.


© 2016  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 2

P. 157-163 - mars 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La présence de tissu de comblement (« backfill ») sur les IRM est un signe spécifique de spondyloarthrite axiale
  • Zaiying Hu, Xiaohong Wang, Jun Qi, QingCong Kong, Minjing Zhao, Gu Jieruo
| Article suivant Article suivant
  • Premier cas décrit d’un homme porteur d’un syndrome de Klinefelter et d’une ostéopathie striée avec sclérose de la base du crâne
  • Mélanie Fradin, Corinne Collet, Isabelle Ract, Sylvie Odent, Pascal Guggenbuhl

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.