Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ablation des indentations épisclérales en Miragel® - 08/03/08

Doi : JFO-12-2002-25-10-0181-5512-101019-ART3 

J.-F. Le Rouic [1],

O. Bettembourg [1],

F. D'Hermies [1],

F. Azan [1],

C. Tran [1],

G. Renard [1],

D. Chauvaud [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Ablation des indentations épisclérales en Miragel® : étude clinique rétrospective

Introduction : Les implants en Miragel ® doivent être désormais souvent extraits en raison de leur dégradation chimique tardive responsable d'un gonflement de l'implant. Le but de cette étude est de déterminer les caractéristiques et le devenir des patients ayant nécessité l'ablation d'un implant en Miragel ® .

Patients et méthodes : Étude rétrospective des dossiers des patients traités avec succès d'un décollement de rétine chez qui une indentation en Miragel ® a été ôtée entre 1997 et 1999 avec un suivi de plus de 6 mois après l'explantation.

Résultats : Le groupe étudié comportait 24 yeux de 13 femmes et 11 hommes. L'âge moyen lors de l'ablation était de 47,1 ans ( 18,4). L'implant extrait était circulaire dans 9 cas (37,5 %), longitudinal dans 11 cas (45,8 %) et radiaire dans 4 cas (16,7 %). La durée moyenne d'indentation était de 91,9 mois ( 28,7) (de 20 à 120). L'ablation était motivée par l'infection d'un implant extrus dans un cas. Dans tous les autres cas, l'ablation était liée à des désordres oculomoteurs secondaires au gonflement excessif de l'implant. Un cas de perforation sclérale est survenu pendant l'extraction. Une récidive de décollement de rétine et trois cas de persistance d'un trouble oculomoteur ont été observés.

Conclusion : Un gonflement excessif de l'implant est le principal motif d'explantation. Les patients nécessitant l'ablation d'un implant en Miragel ® doivent être prévenus du risque de perforation sclérale, de récidive possible du décollement de rétine et de la possible persistance d'un trouble oculomoteur après extraction.

Abstract

Episcleral Miragel® buckling elements removal. A clinical case-series

Introduction: Due to a long-term alteration in their chemical composition, resulting in excessive swelling, Miragel ® scleral buckles are now commonly removed. The aim of this study was to determine the characteristics and the outcome of patients needing Miragel ® buckling removal.

Methods: Retrospective analysis between 1997 and 1999 of the charts of patients successfully treated for retinal detachment and in whom a Miragel ® episcleral buckle was removed after surgery with a minimal follow-up of 6 months after removal.

Results: The study group consisted of 24 eyes of 13 women and 11 men. Their mean age at removal was 47.1±18.4 years. The removed buckle was encircling in nine cases (37.5%), circumferential (<180°) in 11 cases (45.8%) and radial in four cases (16.7%). An exposed buckle was observed in two cases (8.3%). Reasons for removal were excessive swelling of the buckle inducing ocular motility disturbance in 23 cases and infection of an extruded buckle in only one case. The mean time between implantation and removal was 91.9±28.7 months (range 20-120). One case of scleral perforation during removal and one case of retinal redetachment were observed. Three cases of persistent ocular motility disturbance after removal were also noted.

Conclusion: Late swelling of the buckle was the main reason for removal. Patients undergoing Miragel ® buckling removal should be informed of scleral perforation during removal, retinal redetachment and persistence of ocular motility disturbance as possible complications.


Mots clés : Décollement de rétine , indentation sclérale , implant en hydrogel , Miragel ®

Keywords: Retinal detachment , scleral buckle , hydrogel implant , Miragel ®


Plan



© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 10

P. 1002-1006 - décembre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effets inhibiteurs du dipeptide N-acétyl- aspartyl-glutamate (NAAGA) sur l'adhérence des leucocytes humains aux cellules endothéliales activées et l'expression des molécules d'adhésion CD11b, CD49d, ICAM-1, ICAM-2, VCAM-1 et ELAM-1
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge clinique et pronostic des kératites amibiennes
  • S. Cardine, T. Bourcier, C. Chaumeil, O. Zamfir, V. Borderie, L. Laroche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.