Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt et pratique de la rééducation « basse-vision » à domicile en région Rhône-Alpes - 08/03/08

Doi : JFO-12-2002-25-10-0181-5512-101019-ART12 

E. Dubois [1],

C. Pesenti [1],

M. Mauget-Faÿsse [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Intérêt et pratique de la rééducation « basse-vision » à domicile en région Rhône-Alpes

Introduction : Démontrer l'intérêt du déplacement à domicile pour effectuer une rééducation « basse-vision » et encourager les orthoptistes à l'intégrer dans leur méthode de travail.

Patients et méthodes : Quatre-vingt-cinq patients consécutifs justifiant une rééducation « basse-vision », et vus dans un centre ophtalmologique privé, étaient pris en compte. Les exercices utilisés à domicile étaient les mêmes que ceux utilisés au cabinet. Le choix de l'organisation de cette rééducation était toujours fonction de l'état général du patient, de son entourage et de son contexte social.

Résultats : Parmi les 85 patients, 60 (70,6 %) étaient rééduqués exclusivement au cabinet, 11 (12,9 %) exclusivement à domicile et 14 (16,5 %) une combinaison des deux. Les raisons de ces rééducations à domicile s'analysaient essentiellement en des problèmes d'isolement, de mobilité physique, mais aussi de conditions d'installation.

Discussion : Face aux quelques inconvénients relevés (activité chronophage et fort mal rémunérée, baisse d'efficacité liée à l'accoutumance) des avantages certains sont aisément opposables : ergonomie, apprentissage aux systèmes optiques et confort psychologique.

Conclusion : L'intérêt de la rééducation « basse-vision » au domicile des patients réside dans la prise en charge correcte de chacun. Elle répond à une demande et doit donc faire partie intégrante du travail de l'orthoptiste impliquée dans la rééducation « basse-vision ».

Abstract

Interest and practice of in-home low-vision rehabilitation in Rhone-Alp region of France

Introduction: To demonstrate the interest of patient's home orthoptist deplacement to realize an in-home low-vision rehabilitation and encourage orthoptists to integrate this task in their usual work methods.

Patients and methods: Eighty-five consecutive patients coming from a private ophthalmic rehabilitation Center and needing low-vision rehabilitation, were studied. The exercises used at patient's home were usually the same as those used in the rehabilitation Center. The choice in the organization of rehabilitation was always function of patient general health, people vicinity, and social context.

Results: Among the 85 patients, 60 (70.6%) were rehabilitated only in the ophthalmic Center, 11 (12.9%) could have a low-vision rehabilitation only thanks to the organization of the home's patient rehabilitation and 14 (16.5%) were both rehabilitated at the ophthalmic Center and, in the patient's home, some training was necessary too.

The reasons for in-home low-vision rehabilitation were mainly represented by isolation problems, mobilisation physical capacities, but also, home installation conditions making difficult to realize the orthoptist recommendations.

Discussion: Besides some disadvantages: time-consuming, badly paid, decrease of efficiency in familiar environment, advantages are easily objected: ergonomy, training on optic systems, and psychological comfort.

Conclusion: In-home low-vision rehabilitation is represented by the necessity of correctly taking care of each patient. It is an answer to a social demand and must be an integral part of low-vision orthoptist work.


Mots clés : Chronophage, entourage , équipement optique , installation au domicile , isolement , mobilité , rééducation « basse-vision » à domicile

Keywords: Home installation , in-home low-vision rehabilitation , isolation , mobilization capacity , optic equipment, patient's home, people vicinity, time-consuming


Plan



© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 10

P. 1057-1060 - décembre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypertonie cortisonique après injection sous-ténonienne de triamcinolone acétonide au cours de l'uvéite
  • E. Bui Quoc, B. Bodaghi, R. Adam, T. Burtin, N. Cassoux, S. Dreifuss, C. Fardeau, P. LeHoang
| Article suivant Article suivant
  • Insuffisance limbique bilatérale associée à un syndrome KID
  • J.-J. Gicquel, M.-C. Lami, A. Catier, S. Balayre, P. Dighiero

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.