Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Protéinurie, microalbuminurie - 16/06/17

[1-1420]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(17)78352-4 
J.-M. Chemouny, E. Daugas
 Service de néphrologie, Hôpital Bichat, AP-HP, Inserm U1149, Université Paris Diderot, DHU FIRE, 46, rue Henri-Huchard, 75877 Paris cedex 18, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

La découverte d'une protéinurie chez un patient peut être fortuite et isolée, à l'occasion d'un examen de dépistage, ou ciblée lorsqu'une pathologie pouvant se compliquer d'atteinte rénale est présente. Dans ces deux situations, la démarche diagnostique initiale est semblable. Elle consiste à vérifier la réalité et la constance de cette protéinurie puis de déterminer sa composition afin d'identifier le segment du néphron en cause. Le raisonnement diagnostique doit également intégrer les données de l'anamnèse, de l'examen physique et des autres examens complémentaires qui, parfois, doivent comporter l'examen histologique du parenchyme rénal. Lorsqu'elle est d'origine glomérulaire, la protéinurie ou, plus exactement, l'albuminurie - y compris lorsque détectable uniquement par des techniques immunologiques, dite alors microalbuminurie - constitue un marqueur pronostique à la fois rénal mais également cardiovasculaire. Ainsi, un patient présentant une microalbuminurie ou une protéinurie plus abondante doit être considéré comme un patient à fort risque cardiovasculaire et pris en charge comme tel afin de réduire les facteurs de risque modifiables. Il est d'ailleurs probable que la réduction de la protéinurie elle-même confère un degré de cardioprotection en plus de son caractère néphroprotecteur, justifiant de la considérer comme un axe thérapeutique à part entière.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Protéinurie, Protéinurie glomérulaire, Protéinurie tubulaire, Albuminurie, Microalbuminurie


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Phosphatases alcalines
  • P. Houssel
| Article suivant Article suivant
  • Suspicion d'hypoglycémie chez l'adulte non diabétique
  • C. Amouyal

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.