Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

« État des lieux » en rééducation orthoptique Basse Vision dans la région Nord-Pas-de-Calais - 08/03/08

Doi : JFO-03-2003-26-3-0181-5512-101019-ART3 

T. Desmettre [1],

K. Hladiuk [1 et 2],

S. Bourgois [3],

C. Boursier [4],

X. Calmet [5],

P. Duquesne [6],

B. Pinoche [7],

Ph. Razemon [8],

C. Rossi [9],

M. Ryckewaert [10],

B. Hecquet [3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

« État des lieux » en rééducation orthoptique Basse Vision dans la région Nord-Pas-de-Calais

But de l'étude : Déterminer un état des lieux de la réadaptation orthoptique basse vision pratiquée par les orthoptistes dans la région Nord-Pas-de-Calais en préalable à la constitution d'un réseau régional de soins concernant la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge).

Méthodes : À l'initiative d'un promoteur, l'ASO (Association Septentrionale d'Ophtalmologie), une enquête financée par l'URCAM (Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie) dans le cadre du FAQSV (fond d'aide à la qualité des soins de ville) a consisté en l'établissement et au recueil de données correspondant à deux questionnaires adressés aux orthoptistes de la région Nord-Pas-de-Calais

Résultats : L'analyse a porté sur 46 questionnaires (échantillon représentatif concernant 69 % de réponses) permettant d'abord une description de la population des orthoptistes de la région : 19 % d'hommes, 81 % de femmes ; ancienneté dans la profession : 13,3 ans en moyenne. Les orthoptistes avaient eu dans 34 % des cas une formation à la réadaptation basse vision. Cette formation a été dispensée pendant les études dans 21 % des cas et dans un cadre post universitaire dans 79 % des cas. L'activité des orthoptistes est libérale dans 64 % des cas, salariée dans 9 % des cas et mixte dans 27 %. Le lieu principal d'activité est un cabinet d'orthoptie dans 60 % des cas, un cabinet d'ophtalmologie dans 20 % des cas, un établissement de soins public dans 16 % des cas, un établissement de soin privé dans 4 % des cas.

Le nombre moyen de patients traités était de 70 par semaine par orthoptiste. Le type de patient principalement pris en charge était dans 21 % des cas des enfants, dans 36 % des cas des adultes de 16 à 60 ans, et des personnes âgées dans 7 % des cas alors que dans 36 % des cas aucune spécificité concernant l'âge n'était observée. En moyenne, le nombre de patients pris en charge pour basse vision en rapport avec la DMLA était de 4,1 par mois par orthoptiste. Le nombre moyen de patients pris en charge pour basse vision sans rapport avec la DMLA était de 1,5 par mois. Le prescripteur de la réadaptation basse vision était dans 88,9 % des cas un ophtalmologiste et dans 11,1 % des cas un médecin généraliste.

Pour les patients atteints de DMLA, l'acuité visuelle initiale n'était pas suffisante pour pouvoir lire un texte de taille courante (P4) dans 83,8 % des cas. Dans 40,4 % des cas les patients nécessitaientl'aide d'une tierce personne, et 59,6 % des patients étaient autonomes. Dans 7,1 % des cas la prise en charge en basse vision était effectuée moins d'un mois après la stabilisation des lésions rétiniennes mais dans 35,3 % des cas cette prise en charge était effectuée plus de 2 ans après la stabilisation des lésions. L'attente des patients concernait majoritairement une amélioration de la vision de près (89,9 % des cas).

Conclusion : Cet état des lieux sera le préalable à la constitution d'un réseau régional de soins coordonnant la prise en charge ophtalmologique et orthoptique de la DMLA.

Abstract

Status of low-vision rehabilitation for age-related macular degeneration by orthoptists in the North of France

Aim of the study: To evaluate the status of low-vision rehabilitation carried out by the orthoptists in the North of France. This study was a preliminary step in setting up a network between different vision professionals for the management of age-related macular degeneration (AMD) the North of France.

Methods: The ASO (Association Septentrionale d'Ophtalmologie) conducted a survey funded by the URCAM (Union Régionale des Caisses d'Assurance Maladie) with the FAQSV (fond d'aide à la qualité des soins de ville). The survey was based on the analysis of two forms sent to orthoptists of the North region of France.

Results: The survey analyzed 46 responses (a representative sample with 69% responses) providing a description of the orthoptists of the North of France: 19% males, 81% females whose mean professional experience was 13.3 years. Thirty-four percent of the orthoptists have had training in low-vision rehabilitation. This training was given during the university courses for 21% of responders and during a postgraduate course for 79%. Of the orthoptists surveyed, 64% worked in a private context, 9% in a public context, and 27% in both public and private contexts. Their main activity was in their own private practice for 60%, in an ophthalmologist's office for 20%, in a public institution for 16%, and a private institution for 4%.

The mean number of patients treated was 70 per week per orthoptist, with 21% working mostly with children, 36% working mainly with adults between 16 and 60 years of age, and 7% with the elderly, whereas 36% reported no specificity related to patient age. The mean number of patients dealt with for low vision related to AMD was 4.1 per month per orthoptist. The average number of patients dealt with for low vision with no relation to AMD was 1.5 per month. The prescriber of low-vision rehabilitation was an ophthalmologist for 88.9% of the orthoptists and a general practitioner for 11.1%.

Questions addressed to AMD patients: at the beginning of the survey, 83.8% of the patients did not have sufficient visual acuity to be able to read a text of current size (Parinaud 4); 40.4% of the patients required help for everyday life, and 59.6% were autonomous. For 7.1% of the patients, low-vision rehabilitation was carried out less than 1 month after the stabilization of retinal lesions, but in 35.3%, rehabilitation was carried out more than 2 years after lesions were stablized. The main request of the patients involved improvement of near vision (89.9%).

Conclusion: This survey will be a preliminary step in setting up a regional health network coordinating the ophthalmological and orthoptic management of AMD.


Mots clés : DMLA , rétine , réadaptation Basse Vision , épidémiologie

Keywords: AMD , retina , low-vision rehabilitation , epidemiology


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 3

P. 241-248 - mars 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Désinfection de lentilles de contact rigides perméables vis-à-vis des prions
  • E. Comoy, C. Bonnevalle, A. Métais, F. Auvré, F. Letessier, F. Lamoury, J. Spittler, D. Dormont, J.-P. Deslys (
| Article suivant Article suivant
  • Occlusions veineuses rétiniennes et hyperhomocystéinémie
  • J. Blondel, A. Glacet-Bernard, N. Bayani, J. Blacher, F. Lelong, J.-P. Nordmann, G. Coscas, G. Soubrane

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.