Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La microalbuminurie est-elle un facteur de risque épidémiologique de la rétinopathie diabétique ? - 08/03/08

Doi : JFO-09-2003-26-7-0181-5512-101019-ART4 

P. Romero Aroca [1 et 2],

M. Salvat Serra [1],

I. Mendez Marin [1],

I. Martinez Salcedo [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La microalbuminurie est-elle un facteur de risque épidémiologique de la rétinopathie diabétique ?

Introduction : La relation entre rétinopathie diabétique et microalbuminurie n'est pas encore clairement établie.

Matériel et méthodes : L'objectif de cette étude est de rechercher une corrélation entre la rétinopathie diabétique et la microalbuminurie. Il s'agit d'une étude prospective menée sur une période de 10 ans dans laquelle ont été inclus 104 patients diabétiques de type I, ne présentant ni rétinopathie diabétique, ni microalbuminurie au début de l'étude. Au cours du suivi, la rétinopathie diabétique a été dépistée grâce à la réalisation de rétinographies de fond d'oeil dans deux champs de 45º, et la microalbuminurie par analyse d'urine.

Résultats : Une rétinopathie diabétique est apparue chez 39 patients (37,5 %), liée à la durée du diabète, des taux élevés d'HbA 1c , le sexe masculin et la présence d'une hypertension artérielle diastolique. La présence d'une microalbuminurie a été notée chez 21 patients (20,2 %), corrélée à des taux élevés d'HbA 1c . À la fin de l'étude, 4 groupes de patients ont pu être individualisés : le groupe 1 composé de 56 patients ne présentant ni affection rétinienne ni microalbuminurie ; le groupe 2 composé de 16 patients présentant une rétinopathie et une microalbuminurie ; le groupe 3 formé par 23 patients atteints de rétinopathie diabétique sans microalbuminurie ; et le groupe 4 formé par 9 patients présentant une microalbuminurie sans rétinopathie. La microalbuminurie était statistiquement corrélée à des taux élevés d'HbA 1c et la rétinopathie diabétique avec la durée du diabète et des taux élevés d'HbA 1c .

Conclusions : Dans cette étude, la microalbuminurie n'est pas un bon marqueur de la microangiopathie diabétique, entendue comme affection rénale et rétinienne.

Abstract

Is microalbuminuria a risk factor for diabetic retinopathy?

Purpose: To determine the relationship between microalbuminuria and diabetic retinopathy.

Methods: A prospective 10-year study of 104 younger-onset diabetic patients. The diabetic retinopathy diagnosis was made by fundus retinography, and determination of microalbuminuria was made from urine samples.

Results: The incidence of diabetic retinopathy in this group of patients was 39 (37.5%). The epidemiological factors implicated were diabetes duration, higher levels of HbA 1c , male sex, and diastolic arterial hypertension. The incidence of microalbuminuria was 21 patients (20.2%), with high levels of HbA 1c the epidemiological factor implicated. The association between microalbuminuria and diabetic retinopathy grouped the patients as follows: 56 patients without microalbuminuria or retinopathy, 16 patients who developed microalbuminuria and diabetic retinopathy, 23 patients who developed retinopathy but not microalbuminuria, and nine patients who developed only microalbuminuria. The discriminant analysis showed that the high levels of HbA 1c were associated with microalbuminuria and diabetes duration and high levels of HbA 1c were associated with diabetic retinopathy.

Conclusions: In the population studied, microalbuminuria was not a good marker for diabetic retinopathy.


Mots clés : Microalbuminurie , rétinopathie diabétique , épidémiologie

Keywords: Diabetic retinopathy , microalbuminuria , epidemiology


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 7

P. 680-684 - septembre 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Retentissement conjonctival des conservateurs : étude comparative de collyres bêta-bloquants conservés et non conservés chez des patients glaucomateux
  • P.J. Pisella, E. Lala, V. Parier, F. Brignole, C. Baudouin
| Article suivant Article suivant
  • Lithiase lacrymale : diagnostic par l'endoscopie nasale
  • J.-M. Piaton, P. Keller, J.-A. Sahel, R. Nguyen, S. Quesnot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.