Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement des séquelles de brûlures oculaires par la greffe de limbe - 08/03/08

Doi : JFO-09-2003-26-7-0181-5512-101019-ART7 

V. Borderie,

O. Touzeau,

T. Bourcier,

C. Allouch,

S. Scheer,

L. Laroche

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Traitement des séquelles de brûlures oculaires par la greffe de limbe

Objectifs : Présenter les résultats de la greffe de limbe dans le traitement des séquelles de brûlures oculaires graves compliquées d'insuffisance limbique.

Patients et méthodes : Cette série inclut 6 autogreffes (brûlures unilatérales) et 5 allogreffes (brûlures bilatérales) de limbe réalisées sur 10 yeux de 10 hommes dont l'âge moyen était de 43 ans. La brûlure était d'origine caustique dans 8 cas et d'origine thermique dans 2 cas. Le délai moyen de la greffe par rapport à la brûlure initiale était de 79 mois et la taille moyenne des greffons était de 190° avec des extrêmes à 80°-120° pour les autogreffes et 120°-360° pour les allogreffes. En cas d'allogreffe, l'immunosuppression a été réalisée par la ciclosporine orale dans 3 cas, la ciclosporine topique dans 1 cas et des flashs périopératoires de méthylprednisolone dans 1 cas. Huit patients ont été opérés secondairement d'une kératoplastie transfixiante avec un délai moyen de 11 mois (5 à 24 mois) entre la greffe de limbe et la kératoplastie.

Résultats : Le suivi moyen est de 36 mois (7-77 mois). Le taux de succès (amélioration de la surface oculaire) est de 73 % (8/11) et celui de la kératoplastie transfixiante de 63 % (5/8). L'acuité visuelle moyenne initiale était de 0,4/10 et l'acuité visuelle finale de 1,6/10. Elle a augmenté de plus de 2 lignes dans 7 cas.

Discussion : La greffe de limbe permet une prise en charge de patients gravement brûlés. Ses résultats demeurent cependant insuffisants. L'avenir de cette chirurgie réside dans l'introduction des techniques de thérapie cellulaire.

Abstract

Limbal transplantation in severe ocular burns

Purpose: To report the results of limbal transplantation in patients with severe ocular burns and limbal stem cell deficiency.

Patients and methods: This series includes six autografts (unilateral ocular burns) and five allografts (bilateral ocular burns) performed in ten eyes of ten males with an average age of 43 years. The origin of the ocular burn was chemical in eight cases and thermal in the remaining two cases. The average time between the initial trauma and limbal transplantation was 79 months. The average size of limbal grafts was 190° (range: 80-20° for autografts and 120-360° for allografts). Patients with allografts received oral cyclosporine in three cases, topical cyclosporine in one case, and intravenous methylprednisolone in one case. Eight patients underwent penetrating keratoplasty an average of 11 months after limbal transplantation (range: 5-24 months).

Results: The average follow-up time was 36 months (range: 7-77 months). The overall success rate of limbal transplantation (ocular surface improvement) was 73% (8/11). The success rate of penetrating keratoplasty was 63% (5/8). The average initial visual acuity was 0.4/10 and the average final visual acuity was 1.6/10. Visual acuity improved by two lines or more in seven cases.

Discussion: Limbal transplantation is a useful surgical technique in patients with severe ocular burns. However, results remain insufficient and new techniques such as limbal stem cell culture and transplantation are needed to improve the visual prognosis of these patients.


Mots clés : Brûlure oculaire , cellule souche , greffe de limbe , kératoplastie transfixiante , surface oculaire

Keywords: Ocular burns , stem cell , limbal transplantation , penetrating keratoplasty , ocular surface


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 7

P. 710-716 - septembre 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les prédicteurs de qualité de vie en chirurgie réfractive
  • L. Lesueur, M.T. Munoz-Sastre, E Mullet, B. Dabadie, J.-L. Arné
| Article suivant Article suivant
  • Uvéite bilatérale et hypotonie définitive due au cidofovir intraveineux
  • P. Rapp, F. Pilon, F. Chiambaretta, J.-M. Ménérath, C. Jacomet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.