Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Armes à grenailles : une menace oculaire qui persiste - 08/03/08

Doi : JFO-11-2003-26-9-0181-5512-101019-ART9 

E. Assaf,

H. Emadisson,

K. Bendeddouche,

F. Forestier,

A. Salvanet-Bouccara

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Armes à grenailles : une menace oculaire qui persiste

À propos d'un cas récent de traumatisme oculaire perforant bilatéral par grenailles multiples, les auteurs présentent une revue des traumatismes par grenailles reçus en urgence et opérés dans le service d'ophtalmologie de l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges au cours de ces quinze dernières années.

Les tirs par armes à grenaille peuvent entraîner en cas de tir à bout portant ou de proximité, des tatouages cornéo-conjonctivo-palpébraux par poudre, et dans ces cas, l'atteinte est souvent heureusement monoculaire.

En cas de tir à plus grande distance, les lésions de tatouage cornéo-cutané sont absentes mais, en raison de la dispersion en gerbe des tirs de grenaille, les atteintes binoculaires sont plus fréquentes.

Les différentes lésions causées par ces corps étrangers non magnétiques à forte pénétration intra-oculaire sont souvent très graves. Une cataracte traumatique de développement précoce voire très rapide, est parfois difficilement équipable sur ces yeux polytraumatisés. Le pronostic visuel est d'autant plus réservé que le pôle postérieur et la région maculaire sont souvent impliqués dans la ou les zones d'impacts. L'acuité visuelle récupérée est au mieux de 7 à 8/10 avec des altérations du champ visuel, mais le criblage du globe oculaire par de multiples grenailles peut dans certains cas aboutir à une atrophie du globe.

Les auteurs insistent sur la gravité de ce type de traumatismes oculaires heureusement plus rares, mais non totalement éradiqués depuis le décret du 6 mai 1995 réglementant de façon plus restrictive la détention de ces armes à grenailles.

Abstract

Pellet guns: a persistent threat to the eye

Following a recent case of bilateral perforating ocular trauma by multiple pellets, the authors reviewed pellet traumatisms treated in the Emergency Department and operated on in the Ophthalmology Department of the Villeneuve-St-Georges Hospital over the past 15 years.

At close range, pellet weapon shootings can generate lid, conjunctiva, and powder cornea tattoos; in these cases, the lesions are often unilateral.

Shooting at longer range does not result in corneodermic tattoos, but because pellets scatter, binocular lesions frequently occur.

The different lesions caused by these nonmagnetic foreign bodies are often very serious. An early, even very early, traumatic cataract is sometimes very difficult to treat in these polytraumatized eyes. The visual prognosis is more reserved, as the impact zones often involve the posterior pole and the macular area. The best recovered visual acuity is 30–35/20, with visual field alterations, but the injury to the eyeball by multiple pellets can generate globe atrophy.

The authors stress the gravity of these ocular traumas, fortunately rarer but not completely eradicated since the law of May 6, 1995, which restricted the possession of these pellet guns.


Mots clés : Armes à grenailles , traumatisme oculaire perforant par arme à grenailles , corps étrangers intraoculaires , éléments pronostiques , mécanisme des complications secondaires , conduite thérapeutique , intérêts de la vitrectomie , endophotocoagulation , gaz , prefluorocarbones liquides , huile de silicone , législation

Keywords: Pellet guns , perforative ocular pellet injuries , intraocular foreign bodies , prognosis elements , mechanism of secondary complications , therapeutic behavior , vitrectomy , endophotocoagulation , gas , liquid prefluorocarbonates , silicone oil , legislation


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 9

P. 960-966 - novembre 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le traitement urgent de l'emphysème orbitaire post-traumatique : à propos d'un cas
| Article suivant Article suivant
  • Cécité après une anesthésie comprenant du protoxyde d'azote en présence d'un tamponnement interne par gaz
  • L. Kodjikian, J. Fleury, J. Garweg, F. Rouberol, J. Gambrelle, C. Burillon, J.-D. Grange

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.