Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L'ophtalmologiste doit-il prescrire des médicaments génériques ? - 08/03/08

Doi : JFO-10-2003-26-HS2-0181-5512-101019-ART5 

J.-P. Nordmann

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L'ophtalmologiste doit-il prescrire des médicaments génériques ?

À la question « L'ophtalmologiste doit-il prescrire des médicaments génériques ? », une réponse positive semble évidente. Cependant, il est nécessaire de savoir exactement à quoi correspond un générique en ophtalmologie et quelles études ont été faites pour s'assurer de la stricte équivalence entre générique et produit princeps. On entend par spécialité générique d'une autre spécialité, une spécialité qui a la même composition quantitative et qualitative en principes actifs, la même forme pharmaceutique et dont la biodisponibilité a été démontrée par des études appropriées de biodisponibilité. Un collyre associe un principe actif et de nombreux adjuvants. On peut globalement considérer que le principe actif correspond à l'efficacité d'un collyre et les agents adjuvants à la tolérance. L'efficacité est ainsi probablement équivalente entre un générique et un produit princeps dans la mesure où des études de bioéquivalence sont réalisées avant la mise sur le marché d'un générique. Il faut néanmoins savoir que ces études ne sont pas menées chez l'homme, mais chez l'animal uniquement. La tolérance d'un générique est quant à elle beaucoup moins clairement équivalente à celle du produit princeps car les adjuvants peuvent être différents. Une enquête réalisée récemment auprès de 520 ophtalmologistes a montré que ceux-ci ne prescrivaient que rarement des génériques. Les problèmes de coût sont rarement pris en compte par les ophtalmologistes. Cette perception « mitigée » est partagée par les patients qui acceptent volontiers la prescription d'un médicament générique par leur médecin, mais ne souhaitent pas que le pharmacien prenne cette initiative ayant alors parfois l'impression de ne plus être aussi bien traités. Les ophtalmologistes doivent favoriser au mieux l'usage des génériques, en s'assurant de leur bonne tolérance.

Abstract

Should the ophthalmologist prescribe generic drugs?

It seems obvious that an ophthalmologist should encourage the use of generic drugs. However, it is important to know the exact definition of a generic drug and the type of studies to be conducted before a generic drug is released on the market. A generic drug is a drug that has the same composition quantitatively as well as qualitatively of the active compound as the original drug. It also has the same pharmaceutical mode of action and the same bioavailability, as determined with bioavailability studies. Ophthalmic drops contain both an active compound and many adjuvants used to stabilize the drug. Globally speaking, the active compound corresponds to the efficacy of a topical drug and the adjuvant to its tolerance. It is likely that the efficacy of a generic drug is identical to that of the brand-name drug, even though only bioavailability studies in non-human models are required to evaluate tolerance which is less likely to be identical, as adjuvants can differ. A survey of 520 French ophthalmologists has recently been conducted. It shows that doctors rarely think of prescribing generic drugs, as they do not consider cost as a major issue in treating glaucoma. However, they see no reason not to prescribe generic drugs. This mixed perception is shared by patients who willingly accept that doctors prescribe a generic drug, but do not wish the pharmacist to take the initiative of filling a prescription with a generic drug, which sometimes gives patients the impression of being less well treated. The use of generic drugs should be encouraged, keeping in mind that good tolerance should be ensured.


Mots clés : Médicaments génériques , coût de la santé , glaucome

Keywords: Generic drugs , health costs , glaucoma


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° HS 2

P. 13-15 - octobre 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Glaucome et uvéite en pratique
  • I. Cochereau
| Article suivant Article suivant
  • J'ai testé pour vous… le Smartlens ®
  • P. Denis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.