Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Éviscération suivie d’énucléation avec implantation secondaire à la suite d’endophtalmie - 08/03/08

Doi : JFO-06-2005-28-6-0181-5512-101019-200504945 

M.-C. Gaillard,

F. Gianoli,

B. Spahn

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Éviscération suivie d’énucléation avec implantation secondaire à la suite d’endophtalmie

But : La technique d’éviscération primaire suivie d’énuléation et implantation secondaires permet de récupérer la sclère d’un patient présentant un problème infectieux (endophtalmie). Cette sclère sera utilisée lors de l’implantation secondaire.

Matériel et méthode : Quatre cas d’endophtalmie avec perforation oculaire dont 3 infections bactériennes et une infection mycotique ont été éviscérés dans un premier temps, puis énucléés 4 à 6 semaines plus tard. Lors de l’énucléation secondaire, la sclère récupérée a servi à envelopper l’implant (alumine de 20 et 22 mm de diamètre). Entre les deux opérations, un traitement antibiotique ou antimycotique par voie générale et locale a été administré.

Résultats : Aucune complication n’a été constatée aussi bien lors de la première que de la seconde intervention. La sclère énucléée au cours de la seconde intervention était dans les 4 cas rétractée et déformée. Un étalement de celle-ci a permis d’enrober les implants. Une prothèse oculaire a été posée 4 à 5 semaines après la seconde intervention. Aucune complication n’a été constatée à ce jour (suivi de 10 à 32 mois).

Conclusion : L’implantation primaire après un processus infectieux prête à controverse car elle n’exclut pas une complication infectieuse. L’utilisation de sclère pour enrober une bille diminue nettement les risques d’extériorisation en particulier si la conjonctive et la capsule de Tenon ont déjà été fragilisées par d’autres chirurgies ou par une infection. La technique d’éviscération primaire avec mise en place d’un conformateur suivie d’une énucléation et une implantation secondaires semble la solution idéale car elle permet l’utilisation de la sclère du patient.

Abstract

Evisceration and secondary enucleation with implantation following endophthalmitis

Purpose: Primary evisceration followed by secondary enucleation and implant placement makes it possible to use the sclera of a patient with endophthalmitis. This sclera will be used for secondary implantation.

Patients and methods: Four patients with endophthalmitis and corneal perforation (bacterial infection in three cases and fungal infection in one case) underwent evisceration and, 4-6 weeks later, enucleation. During the secondary enucleation, the sclera was recovered and used as wrapping material for the alumina implant (Al2O3) (20 and 22mm in diameter). Between the two operations, the patients were treated with systemic and topical antibiotics or antifungal agents.

Results: No complications were observed for both the first and the second operation. Enucleated sclera was crumpled and bent in all four cases. The sclera was spread out and used as wrapping material. Prosthetic fitting was performed 4-5 weeks after the second operation. No complications have been observed to date (10 to 32 months follow-up).

Conclusion: Primary implantation following endophthalmitis is debatable because an infectious complication cannot be excluded. The use of sclera for implant wrapping decreases the risk of implant extrusion, especially when the conjunctiva and Tenon’s facia have been weakened by previous surgery or infection. Primary evisceration with a conformer placement followed by enucleation and implantation is an ideal solution in endophthalmitis because this technique allows the use of patient’s own sclera.


Mots clés : Endophtalmie , éviscération , énucléation , implant , sclère

Keywords: Endophthalmitis , evisceration , enucleation , implant , sclera


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 6

P. 618-622 - juin 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Difficultés diagnostiques face à une tumeur papillaire pigmentée. À propos d’un cas
  • Z. Hajji, M. Charif Chefchaouni, Z. Chaoui, L. Agnaou, A. Berraho
| Article suivant Article suivant
  • Le tonus oculaire chez les Béninois : dépistage du glaucome primitif à angle ouvert
  • S. Tchabi, C. Doutétien, A. Amoussouga, M. Babagbéto, R. Lawani, J. Déguénon, S.K. Bassabi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.