Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pronostic chirurgical respectif du syndrome de traction vitréomaculaire et de la membrane épimaculaire idiopathiques - 08/03/08

Doi : JFO-09-2005-28-7-0181-5512-101019-200506597 

A.-C. Gribomont

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Pronostic chirurgical respectif du syndrome de traction vitréomaculaire et de la membrane épimaculaire idiopathiques

Introduction : Non traitée, la membrane épimaculaire progresse moins que le syndrome de traction vitréomaculaire. Nous testons l’hypothèse que le pronostic chirurgical, dans les formes idiopathiques, est également meilleur pour la membrane épimaculaire.

Méthodes : L’étude rétrospective comporte une série consécutive de 63 membranes épimaculaires (groupe I) et 25 syndromes de traction vitréomaculaire (groupe II) opérés avec un suivi d’au moins 6 mois. Sont exclus les yeux avec antécédent chirurgical ou lésions rétiniennes postérieures ou périphériques. Si les 2 yeux sont opérés, seul le premier est étudié. Les paramètres analysés sont l’acuité visuelle de loin et de près, pré-opératoire et à 6 mois en tenant compte du cristallin, de l’incidence des déchirures et décollements de rétine et des récidives de membrane épimaculaire.

Résultats : À 6 mois, si le cristallin est stable ou opéré, l’acuité visuelle augmente d’au moins 2 lignes de loin et de près dans 100 % des cas (12/12) pour le groupe I et 60 % des cas (3/5) pour le groupe II. L’incidence du décollement de rétine et des déchirures est respectivement de 1,5 % (1) et 1,5 % (1) dans le groupe I et 8 % (2) et 4 % (1) dans le groupe II. Celle des récidives de membrane épimaculaire est de 6 % (4) dans le groupe I et 8 % (2) dans le groupe II.

Discussion et conclusion : Dans les cas idiopathiques, l’absence d’adhérence vitréomaculaire pré-opératoire semble déterminer un meilleur pronostic chirurgical pour la membrane épimaculaire que pour le syndrome de traction vitréomaculaire.

Abstract

Surgical prognosis in idiopathic vitreomacular syndrome and epimacular membrane

Introduction: The natural history shows less progression for epimacular membrane than for vitreomacular traction syndrome. We tested the hypothesis that the surgical prognosis in idiopathic cases is also better for epimacular membrane.

Methods: This retrospective study investigated a consecutive series of 63 epimacular membrane cases (group I) and 25 vitreomacular traction syndrome cases (group II) that were operated on and followed up for a minimum of 6 months. Eyes that had undergone previous surgery or had posterior or peripheral retinal lesions were excluded. In bilateral macular surgery cases, only the first eye was included. The outcome measures were far and near visual acuities preoperatively and 6 months after surgery, taking into account the crystalline lens condition, the incidence of retinal tears, detachments, and epimacular membrane recurrences.

Results: At 6 months, if the lens was stable or operated on, the visual acuity showed at least a two-line improvement in 100% of the cases (12/12) in group I, and 60% (3/5) in group II. The incidence of retinal detachment and tears was 1.5% (1) and 1.5% (1), respectively, in group I, and 8% (2) and 4% (1), respectively, in group II. Recurrence of an epimacular membrane was observed in 6% of the cases (4) in group I and 8% (2) in group II.

Discussion and conclusion: In idiopathic cases, the absence of preoperative vitreomacular adhesion seems to carry a better surgical prognosis for epimacular membrane than vitreomacular traction syndrome.


Mots clés : Syndrome de traction vitréomaculaire , membrane épimaculaire , pronostic chirurgical

Keywords: Vitreomacular traction syndrome , epimacular membrane , surgical prognosis


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 7

P. 739-742 - septembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison de l’échographie à 10 MHz, à 20 MHz et de la tomographie en cohérence optique dans l’évaluation des trous maculaires
  • K. Siahmed, O. Berges, G. Brasseur
| Article suivant Article suivant
  • Les ésotropies précoces : comparaison des résultats chirurgicaux en fonction de la date opératoire avant et après 30 mois
  • C. Vasseneix, A. Retout, D. Ducrotte, G. Brasseur

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.