Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Surveillance, signalement et prévention des infections nosocomiales en ophtalmologie - 08/03/08

Doi : JFO-11-2005-28-9-0181-5512-101019-200504055 

A. Salvanet-Bouccara,

J.-L. Seegmuller et le Comité d’organisation de l’ONDE

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Surveillance, signalement et prévention des infections nosocomiales en ophtalmologie. Création de l’Observatoire National Des Endophtalmies (ONDE)

Introduction : La lutte contre les infections nosocomiales (IN) est inscrite parmi les missions de tout établissement de santé (Décret n° 99-1034 du 6 décembre 1999 et circulaire n° DGS-DHOS-2000-645 du 29 décembre 2000). La mise en place d’une surveillance épidémiologique des IN est un élément essentiel pour leur prévention, et celle des infections du site opératoire (ISO), et fait partie des priorités définies par le Comité Technique National des Infections Nosocomiales (CTIN). Dans ce cadre est né l’Observatoire National Des Endophtalmies (ONDE) sous l’égide de l’Académie d’Ophtalmologie afin de coordonner une surveillance épidémiologique des ISO en ophtalmologie, essentiellement après chirurgie de la cataracte. Par ailleurs, le décret n° 2001-671 du 26 juillet 2001 et la circulaire DHOS/E2-DGS/SD/5C n° 2001-383 du 30 juillet 2001 ont introduit le signalement obligatoire de certaines IN aux Centres de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN) et aux DDASS, dans un but d’alerte et d’aide aux établissements. Une articulation entre ces initiatives de professionnels et les obligations réglementaires est à définir.

Matériel et méthodes : Le projet de l’ONDE consiste en la mise en place d’une surveillance des endophtalmies post-opératoires par le recueil d’information sur les cas d’ISO et leurs circonstances de survenue grâce à un questionnaire standardisé et anonyme. Ce questionnaire est consultable en ligne sur le site cliquez ici. Conjointement, il est essentiel comme le stipule le décret 671 du 26 juillet 2001 de mettre en place le signalement en continu des endophtalmies d’origine infectieuse dans chaque établissement de santé ; permettant ainsi la transmission des données de l’I.N. en ophtalmologie aux diverses instances sanitaires (C-CLIN, DDASS, In Vs). Ce signalement ne se substitue pas aux obligations de signalement liées aux vigilances. L’information au patient, autre aspect du dispositif réglementaire est indispensable à la relation de confiance patient-professionnel.

Résultats : Un courrier a permis d’annoncer début 2003 à l’ensemble des ophtalmologistes Français la création de l’ONDE et d’expliquer ses objectifs : 424 réponses ont été recueillies, 346 (82 %) ophtalmologistes se déclarant prêts à participer à ce projet. Malgré la longueur du questionnaire, les coordonnateurs du projet espèrent recueillir un nombre suffisant d’observations, répétant ainsi le succès de la première enquête prospective hexagonale pilotée par le GEEP en 1991. Ce projet a été présenté au Réseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales (RAISIN) qui associe les CCLIN et l’Institut de Veille Sanitaire. La démarche de l’ONDE a été reçue avec intérêt et le RAISIN a proposé son soutien méthodologique. La synergie potentielle entre le travail de l’ONDE et d’autres études du RAISIN a été soulignée. Les résultats du réseau de surveillance des ISO ont révélé un taux en chirurgie ophtalmologique pour 2002 de 0,27 ISO pour 100 actes opératoires. Les signalements d’endophtalmies reçus depuis 2001 participent pour 3 % des signalements reçus à l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), ce qui en fait un événement sentinelle justifiant des études spécifiques et la mise en place d’une étude cas-témoin pour mieux connaître les facteurs de risque de cette infection ; l’ONDE sera associé au groupe de travail du RAISIN sur ce dernier thème.

Discussion : L’instauration d’un dialogue entre les professionnels de l’ophtalmologie (chirurgiens, fabricants de dispositifs médicaux), de l’hygiène et de la surveillance des IN au niveau régional et national permettra de renforcer une coopération propice à la mise en place de procédures de qualité et à une meilleureconnaissance du risque infectieux en ophtalmologie. Si l’envoi de données à l’ONDE ne peut se substituer au signalement réglementaire, il permettra de recueillir des éléments complémentaires permettant d’améliorer cette connaissance. Le SENIC Project (Study of the Efficacy of Nosocomial Infection Control) américain avait prouvé dans les années 1970 que la mise en place d’une surveillance épidémiologique permettait de réduire de 30 % les IN.

Conclusion : La nécessité d’actualiser de façon régulière les données épidémiologiques de l’IN en chirurgie ophtalmologique justifie ce nouvel effort demandé à la profession et permet de s’inscrire dans une démarche d’évaluation permanente du risque infectieux multifactoriel. Les ophtalmologistes ont démontré depuis longtemps leurs implications historiques dans la mobilisation contre la lutte contre l’infection.

Abstract

Monitoring, reporting, and preventing nosocomial infections in ophthalmology. Creation of the National Endophthalmitis Observation Database (ONDE)

Introduction: Fighting against nosocomial infections (NI) is one of the missions of every healthcare institution (Decree No. 99-1034, 6 December 1999 and circular No. DGS-DHOS-2600-645, 29 December 2000). Setting up epidemiological surveillance for NI is an essential factor in preventing such infection as well as operation-site infections (OSI). It forms one of the priorities defined by the National Technical Committee for Nosocomial Infections (CTIN). In this context, the National Observation Endophthalmitis Database (ONDE) was born under the auspices of the Académie d’Ophtalmologie to coordinate epidemiological surveillance of OSI in ophthalmology, principally after cataract surgery. In addition, recent legislation (Decree N°2001-671 of 26 July 2001 and circular N°DHOS/E2-DGS/SD/5C n°2001-383 of 30 July 2001) introduced the obligatory reporting of certain NI through the coordination centers to fight nosocomial infections (CCLIN) and to the DDASS, with the aim of alerting and assisting medical institutions. The interaction between these professional initiatives and regulatory obligations remains to be defined.

Materials and methods: The ONDE project establishes surveillance of postoperative endophthalmitis by collecting information on cases of OSI and their circumstances of onset using a standardized, anonymous questionnaire. This questionnaire can be viewed online on the website cliquez ici. In conjunction, and as stipulated in Decree 671 dated 26.07.2001, it is essential to install the continuous reporting of endophthalmitis of infectious origin in every health care institution, thereby enabling transmission of these NI data in ophthalmology to various healthcare bodies (C-CLIN, DDASS, In Vs). This reporting does not replace the reporting obligations associated with safety monitoring. Patient information, another aspect of the regulatory device, is essential to the patient-healthcare professional confidence relationship.

Results: The creation of ONDE and an explanation of its objectives were announced by mail at the beginning of 2003 to all French ophthalmologists: 424 answers were received, 346 (82%) ophthalmologists stating that they were ready to take part in this project. Despite the length of the questionnaire, the project coordinators hoped to recover a sufficient number of observations, thereby repeating the success of the first prospective national survey piloted by GEEP in 1991. This project was presented to the Network for Advancing and Investigating the Surveillance of Nosocomial Infections (RAISIN), which is an association of CCLIN and the Institute for Health Monitoring. The ONDE process was received with interest and RAISIN offered its methodological support. The potential synergism between the ONDE work and that of other RAISIN studies was highlighted. The results of the surveillance network for OSI identified an ophthalmological infection rate in surgery in 2002 of 0.27 OSI per 100 operative procedures. The endophthalmitis reports received since 2001 make up 3% of the reports received at InVs, making this a warning event and justifying specific studies and the need for a case-control study to better understand the risk factors for this type of infection: ONDE will be associated with the RAISIN working group on this subject.

Discussion: Setting up a dialogue between ophthalmology professionals (surgeons, manufacturers of medical devices), and those in hygiene, and the surveillance of NI on regional and national scales, will help to increase the cooperation specifically required to introduce quality procedures and improve the understanding of the risk of infection in ophthalmology. Although sending data to ONDE cannot substitute for regulatory reporting, it will help to obtain additional information and to improve this knowledge. The American SENIC Project (Study of the Efficacy of Nosocomial Infection Control) in the 1970s found that the introduction of epidemiological surveillance could reduce NI by 30%.

Conclusion: The need to regularly update epidemiological data on NI in ophthalmological surgery justifies this new effort required from the profession and will enable it to perform part of a permanent evaluation process for the multifactorial risk of infection.

Ophthalmologists have long shown their involvement in mobilizing forces to fight infection.


Mots clés : Infections nosocomiales en ophtalmologie , endophtalmies , Observatoire National Des Endophtalmies , obligations réglementaires

Keywords: Nosocomial infection in ophthalmology , endophthalmitis , National Endophthalmitis Observation Database , regulatory obligations


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 9

P. 939-943 - novembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Kératites stromales amibiennes : épidémiologie et facteurs pronostiques
  • E.K. Agla, M. Cornet, V. Pierre-Khan, A. Girard, F. d’Hermies, J.-M. Legeais, G. Renard, J.-L. Bourges
| Article suivant Article suivant
  • Résultats du traitement du décollement de rétine rhegmatogène par vitrectomie et tamponnement interne par huile de silicone
  • E. Bui Quoc, A. Bernard, F. Azan, G. Renard, D. Chauvaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.