Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traumatismes oculaires perforants de l’enfant - 08/03/08

Doi : JFO-01-2006-29-1-0181-5512-101019-200504226 

F. Beby [1],

L. Kodjikian [2],

O. Roche [3],

D. Donate [1],

N. Kouassi [1],

C. Burillon [1],

P. Denis [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Traumatismes oculaires perforants de l’enfant. Étude rétrospective de 57 cas

Objectifs : Le but de l’étude est d’étudier les caractéristiques épidémiologiques ainsi que les séquelles fonctionnelles des traumatismes perforants de l’enfant à partir d’une étude rétrospective de 57 cas.

Patients et méthodes : Nous avons examiné rétrospectivement les données cliniques et épidémiologiques concernant les enfants de moins de 14 ans qui ont été admis dans le service d’ophtalmologie de l’Hôpital Édouard Herriot à Lyon pour prise en charge d’une plaie oculaire perforante, entre janvier 1999 et décembre 2003.

Résultats : Cette étude rétrospective a porté sur 57 enfants âgés en moyenne de 6,8 ± 3,5 ans, dont 41 garçons et 16 filles. La prise en charge chirurgicale a été effectuée moins de 24 heures après l’accident pour 45 enfants sur 57. La plaie touchait l’œil droit dans 27 cas et l’œil gauche dans 30 cas. La plupart des accidents sont survenus au domicile de l’enfant avec des objets coupants ou pointus. La plaie était limitée à la cornée chez 41 enfants. L’examen initial notait une hernie de l’iris dans 21 cas, un hyphéma dans 15 cas, une issue vitréenne dans 14 cas, une atteinte cristallinienne dans 12 cas et une athalamie dans 11 cas. La durée moyenne du suivi clinique a été de 12 mois. La complication la plus fréquente à distance du traumatisme a été la cataracte traumatique, justifiant une seconde chirurgie chez 15 enfants. À la fin du suivi clinique, 27 enfants avaient récupéré une acuité visuelle de 5/10e ou plus.

Conclusion : La majorité des traumatismes oculaires perforants se sont produits au domicile, alors que l’enfant manipulait des objets coupants ou pointus. Si la prévention de ces accidents reste difficile, certaines mesures préventives (éducation, surveillance adaptée aux activités de l’enfant, rangement des objets coupants) doivent être prises pour tenter de diminuer le nombre de ces accidents à l’origine de nombreuses amblyopies unilatérales.

Abstract

Perforating ocular injuries in children: a retrospective study of 57 cases

Purpose: The purpose of this study was to investigate the current causes and outcomes of open eye injuries in children.

Patients and methods: We reviewed the hospital records of 57 patients under 14 years of age who were treated for open globe injuries at Edouard Herriot Hospital, Lyon, France, between January 1999 and December 2003.

Results: This review includes 57 patients: 41 males and 16 females. The mean age at admission was 6.8 ± 3.5 years. The injury involved the right eye in 27 cases and the left eye in 30 cases. Sharp or pointed objects accounted for the majority of injuries. The most common location for a perforating ocular injury to occur was at home. Wounds involved the cornea in 41 cases. There was iris hernia in 21 cases, hyphema in 15 cases, vitreous prolapse in 14 cases, lens damage in 12 cases, and shallow anterior chamber in 11 cases. The most frequent complication was traumatic cataract. Secondary lens removal was performed in 15 cases. Visual acuity was 0.5 or better in 27 of the 57 eyes, with a mean follow-up period of 12 months.

Conclusions: Perforating ocular injuries are a frequent cause of unilateral visual loss. The highest proportion of injuries occurred at home and sharp objects were the most frequent causative agents. More adequate adult supervision and educational measures are necessary in order to reduce the prevalence of these accidents.


Mots clés : Plaie perforante , traumatisme oculaire , enfant , France

Keywords: Open globe injury , ocular trauma , child , France


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 1

P. 20-23 - janvier 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation in vivo par échographie à très haute fréquence des modifications épithéliales cornéennes induites par un bêta-bloquant avec 0,01 % de chlorure de benzalkonium
  • A. Denoyer, F. Ossant, B. Arbeille, F. Fetissof, F. Patat, P.-J. Pisella
| Article suivant Article suivant
  • Les pathologies neuro-visuelles chez l’enfant cérébrolésé
  • H. Dalens, M. Solé, M. Neyrial

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.