Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude épidémiologique de la rétinopathie du prématuré : les facteurs de risque au CHU de Tours - 08/03/08

Doi : JFO-04-2007-30-4-0181-5512-101019-200700385 

E. Lala-Gitteau [1],

S. Majzoub [1],

E. Saliba [2],

P.-J. Pisella [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Étude épidémiologique de la rétinopathie du prématuré : les facteurs de risque au CHU de Tours

Introduction : L’objectif était d’analyser les données de notre expérience de dépistage de la rétinopathie du prématuré, de les comparer à celles de la littérature et de rechercher des facteurs de risque de développer une rétinopathie du prématuré.

Matériel et méthode : Entre mars 2002 et avril 2004, 161 prématurés, ayant un terme inférieur ou égal à 32 semaines d’aménorrhée et/ou un poids de naissance inférieur à 1 500 g, ont eu un dépistage de la rétinopathie du prématuré par ophtalmoscopie directe avec un verre de Layden, selon les recommandations de la CRYO-ROP. Les facteurs de risque de développer une rétinopathie du prématuré ont été analysés avec les tests de Student et de Fischer.

Résultats : Une rétinopathie du prématuré a été diagnostiquée dans 15 % des cas, dont 20 % à des stades pré-seuils ou seuils. Le terme (p ≪ 0,0001), le poids de naissance (p ≪ 0,0001), le nombre de jours d’hospitalisation en réanimation (p ≪ 0,0001), de ventilation mécanique (p ≪ 0,0001) et d’oxygénodépendance (p ≪ 0,0001), les transfusions de culots globulaires (p ≪ 0,0001), la maladie des membranes hyalines (p = 0,0257), et la bronchodysplasie (p = 0,0012) étaient des facteurs de risque significatifs de développer une rétinopathie du prématuré.

Conclusion : Malgré les progrès de réanimation néonatale, la persistance de la rétinopathie du prématuré s’explique par une prématurité de plus en plus importante, et un diagnostic de plus en plus précoce. Un dépistage efficace, réalisé entre 4 et 6 semaines de vie, tenant compte des facteurs de risque de l’enfant peut en améliorer le pronostic.

Abstract

Epidemiology for retinopathy of prematurity: risk factors in the Tours hospital (France)

Background: A prospective analysis of the incidence of retinopathy of prematurity (ROP) by documenting clinical perinatal characteristics of affected infants, in an attempt to describe risk factors for ROP.

Materials and methods: Between March 2002 and April 2004, 161 infants, with a gestational age under 31 weeks and/or a birth weight under 1500 g, were screened according to CRYO-ROP guidelines, using direct ophthalmoscopy with a Layden contact lens. Risk factors for ROP were analyzed with the Student and Fischer tests.

Results: ROP developed in 15% of the cases studied, with one out of five at prethreshold or threshold levels of ROP. Gestational age at birth (p≪0.0001), low birth weight (p≪0.0001), the length of the infant’s stay in the neonatal intensive care unit (p≪0.0001), the duration of mechanical ventilation (p≪0.0001), the duration of oxygen provided (p≪0.0001), blood transfusions (p≪0.0001), hyaline membrane disease (p=0.0257), and bronchodysplasia (p=0.0012) were significant risk factors for ROP.

Conclusion: Despite progress in neonatal intensive care, ROP persists and can be explained by greater and greater prematurity and earlier screening. Effective screening, done between 4 and 6 weeks of life, taking risk factors into account, can improve prognosis.


Mots clés : Rétinopathie du prématuré , prématurité , dépistage , vasculopathie

Keywords: retinopathy of prematurity , prematurity , screening , vasculopathy


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 4

P. 366-373 - avril 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Tear lipid layer thickness and ocular comfort with a novel device in dry eye patients with or without Sjogren’s syndrome
  • A. Spiteri, M. Mitra, G. Menon, A. Casini, D. Adams, C. Ricketts, P. Hickling, E.T. Fuller, J.R. Fuller
| Article suivant Article suivant
  • Les abcès graves de la cornée : à propos de 100 cas
  • R. Limaiem, F. Mghaieth, A. Merdassi, K. Mghaieth, A. Aissaoui, L. El Matri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.