Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépistage des troubles visuels entre 3 et 5 ans : expérience du service départemental de la Protection Maternelle et Infantile dans les Hauts-de-Seine - 08/03/08

Doi : JFO-06-2007-30-6-0181-5512-101019-200702637 

C. Bois [1],

M.C. Binot [1],

F. Jonqua [1],

G. Guillemot [1],

D. Brémond-Gignac [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Dépistage des troubles visuels entre 3 et 5 ans : expérience du service départemental de la Protection Maternelle et Infantile dans les Hauts-de-Seine

Introduction : La prévalence des troubles visuels est estimée à 15 % à l’âge de 5 ans. Le dépistage précoce apparaît essentiel pour prévenir le risque d’amblyopie définitive et traiter au plus tôt les strabismes. Le service de PMI des Hauts de Seine (France) organise un dépistage systématique des troubles visuels lors du bilan de santé en petite section de maternelle à l’âge de 3-4 ans. Dans cette population, 4 % des enfants étaient porteurs d’une correction avant le bilan, et 12 % des enfants étaient orientés vers une consultation ophtalmologique. L’objectif de cette étude est de documenter les performances et limites d’utilisation des deux tests utilisés pour la mesure de l’acuité visuelle : le Stycar-test (présentation isolée des lettres), ou le test du Cadet lettres (présentation groupée).

Patients et méthode : Douze médecins effectuant des bilans dans 56 écoles maternelles du département ont constitué par tirage au sort des deux échantillons représentatifs d’enfants. Nous avons inclus dans le premier échantillon 201 enfants âgés de 3-4 ans ayant eu un dépistage de l’acuité visuelle positif avec les tests Cadet ou Stycar, et collecté les résultats des orientations. Nous avons inclus dans le deuxième échantillon 238 enfants ayant eu un premier dépistage de l’acuité visuelle négatif à 3-4 ans avec le Stycar-test, puis nous avons pratiqué auprès de ces enfants un 2nd dépistage de l’acuité visuelle à 4-5 ans avec le test Cadet lettres, et collecté les résultats des orientations.

Résultats : Dans le premier échantillon de 201 enfants, 73 enfants ont été perdus de vue, 40 avaient un examen ophtalmologique documenté normal, 63 nécessitaient un port de lunettes et 25 une surveillance. La valeur prédictive positive du Stycar-test est très significativement supérieure à celle du Cadet lettres (79 % versus 48 %, p ≪ 10–4). À l’issue de ce premier dépistage, la prévalence des troubles visuels connus chez les enfants de 3-4 ans a été estimée à 8 %. Dans le deuxième échantillon de 238 enfants, 4 enfants ont eu récemment une adaptation de verres correcteurs, et 36 enfants ont été orientés vers une consultation ophtalmologique. Parmi ces 36 enfants, 11 ont été perdus de vue (dont 2 présentaient une acuité visuelle à 2/10e et 3/10e), 4 avaient un examen normal, 13 ont nécessité un port de lunettes et 8 une surveillance visuelle. Sur la totalité de l’échantillon, 10,5 % des enfants présentaient ainsi une insuffisance documentée du premier dépistage Stycar-test. La valeur prédictive positive du Cadet lettres était de 84 % (IC95 % [70 % ; 98 %]). Le résultat du dépistage Cadet lettres était indépendant du délai existant entre les deux tests.

Conclusion : Malgré l’absence préoccupante de retour d’orientation pour environ un tiers des enfants, nous mettons en évidence une orientation insuffisante à 3-4 ans, et un excellent rattrapage à 4-5 ans avec le Cadet lettres. Les médecins doivent être conscients de la difficulté du Cadet à 3-4 ans, mais aussi de l’insuffisance du dépistage lorsque le Stycar-test est normal à cet âge. Un deuxième dépistage prenant en compte les troubles de la séparation avec le Cadet lettres est alors souhaitable à 4-5 ans. Le Stycar-test doit être abandonné après 4-5 ans, âge où la compliance et la valeur prédictive du Cadet lettres devient excellente.

Abstract

Visual screening in 3- to 5-year-old preschool children: Maternal and Infant Welfare evaluation program in the Hauts-de-Seine district, France.

Introduction: Prevalence of visual impairment is estimated at 15% at the age of 5 years. Early visual screening is essential to prevent the risk of amblyopia and treat strabismus. The Maternal and Infant Welfare department of the Hauts-de-Seine district (France) organized a systematic visual screening during a routine health check-up in 3- to 4-year-old preschool children. In this population, 4% of children were wearing corrected lenses before check-up and 12% of children were referred to an ophthalmic consultant. The aim of this study was to document the performance and limitations of two visual acuity measurement tests: the Stycar test (separated presentation of letters) and Cadet letters test (grouped presentation).

Patients and methods: Twelve physicians conducting check-ups in 56 of the department’s preschools constituted two random samples of representative children. The first sample of 201 children included 3- to 4-year-olds with a positive visual screening on the Cadet or Stycar test and the results and recommendations were collected. The second sample included 238 children who had a first negative visual screening at 3-4 years old with the Stycar test. We then conducted a second visual screening at 4-5 years-old with the Cadet letters test and collected results.

Results: In the first sample of 201 children, 73 were lost to follow-up, 40 had a normal documented ophthalmic examination, 63 needed glasses and 25 needed follow-up. The positive predictive value (PPV) of the Stycar test was much higher than the PPV of the Cadet test (79% versus 48%, p≪10–4). After this first screening, prevalence of visual impairment at 3-4 years old was estimated at 8%. In the second sample of 238 children, four children were recently lens adapted and 36 were referred to an ophthalmic consultant. Of these 36 children, 11 were lost to follow-up (of these children, two had a very low visual acuity (2/10 and 3/10), four had a normal ophthalmic examination, 13 needed glasses, and eight needed a follow-up. Of the total sample, 10.5% of the children had a documented visual insufficiency on the primary Stycar test screening. The PPV of the Cadet letters test was 84% (IC95%[70%; 98%]). Results of the Cadet letters test was independent of the delay between the two tests.

Conclusion: Although one-third of the children did not follow the recommendations for follow-up consultation, we demonstrate that visual acuity evaluation was insufficient at 3-4 years of age, and the problems were caught at 4-5 years of age with the Cadet test. Physicians must be aware of the difficulty of the Cadet test at 3-4 years of age but also that screening is inadequate when the Stycar test is normal. A second visual screening, taking into account separating problems on the Cadet test is justified at 4-5 years of age The Stycar test must be discontinued after 4-5 years of age when compliance and the predictive value of the Cadet letters test become excellent.


Mots clés : Enfant , test du Cadet , test de Stycar , dépistage visuel

Keywords: Kindergarten , preschool children , Cadet test , Stycar test , vision screening


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 6

P. 570-576 - juin 2007 Retour au numéro
Article suivant Article suivant
  • Quels bénéfices visuels peut-on attendre d’un implant sans aberration sphérique dans la chirurgie de la cataracte ?
  • A. Denoyer, J. Halfon, S. Majzoub, P.-J. Pisella

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.