Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’apport protéique a-t-il une influence sur la composition corporelle et la fonctionnalité musculaire en situation de surnutrition lipidique ? - 06/09/17

Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.084 
F. Rossignon 1, V. Martin 2, J. Salles 1, V. Patrac 1, O. Le Bacquer 1, A. Berry 1, A. Pion 1, C. Giraudet 1, C. Montaurier 1, S. Ratel 2, B. François 2, C. Roussillat 2, S. Walrand 1, K. Combe 1, C. Domingues Faria 1, Y. Boirie 1, C. Guillet 1,
1 Unité de nutrition humaine, UMR 1019, Inra/université d’Auvergne, France 
2 EA 3533, Laboratoire des adaptations métaboliques à l’exercice en conditions physiologiques et pathologiques, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction et but de l’étude

L’obésité est associée à une altération des capacités oxydatives, une infiltration lipidique et une insulinorésistance musculaire qui peuvent agir de concert pour entraîner une perte de masse et de fonction musculaire. Connaissant le rôle de l’apport protéique dans la préservation de la masse et l’amélioration de la fonctionnalité musculaire, l’objectif du travail était de déterminer les effets préventifs potentiels d’une augmentation des apports protéiques sur les changements du métabolisme et de la fonction musculaire induits par l’obésité.

Matériel et méthodes

Des rats mâles adultes Wistar, âgés de 9 mois ont été randomisés en quatre groupes de 15 animaux sur la base du poids, de la masse grasse et de la masse maigre. Ils ont été nourris durant 10 semaines soit avec un régime standard normolipidique (13,8 % de l’apport énergétique total), soit avec un régime hyperlipidique (45 % de l’apport énergétique total). Pour chaque régime, deux niveaux d’apports protéiques ont été testés : 12 % de l’apport énergétique total (STD12, HFD12) et 25 % de l’apport énergétique total (STD25, HFD25). Les poids et consommations alimentaires des animaux ont été quantifiés de manière hebdomadaire. Des mesures de composition corporelle, de dépense énergétique et de fonctionnalité musculaire ont été réalisées. Les données sont présentées sous forme de moyenne±SEM et ont été analysées par Anova à deux voies (régime et apport protéique).

Résultats

La quantité de calories ingérées et la dépense énergétique n’étaient pas différentes entre les groupes. Le gain de poids et de masse grasse était significativement plus important avec le régime hyperlipidique HFD12 (respectivement, +176,2±13,9g et +121,5±7,8) qu’avec les régimes standard (STD12 : +95,3±20,2g et +62,5±4,3g ; STD25 : +65,6±15,3g et +53,4±3,6g, p<0,05 contre HFD12). Ces augmentations étaient moindres dans le groupe HFD25 (+133,9±17,2g et +98,2±6,0g, p=NS contre HFD12). Les poids des muscles n’étaient pas différents entre les groupes. Une tendance à une baisse plus marquée de la force et de la puissance musculaire était observée dans le groupe HFD12 (−0,97±0,33N et −0,23±0,07W) par rapport aux groupes STD (STD12 : −0,39±0,32N et −0,07±0,1W ; STD25 : −0,35±0,31N et −0,07±0,1W). Ces variations de force et de puissance observées dans le groupe HFD12 étaient plus atténuées dans le groupe HFD25 (−0,51±0,18N et −0,17±0,06W).

Conclusion

Les différences de composition en macronutriments des régimes conditionnent plus l’évolution du poids et de la composition corporelle que l’apport calorique total. De plus, l’enrichissement en protéines lors d’une surnutrition lipidique pourrait permettre de limiter les conséquences musculaires de l’obésité à long terme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 3

P. 253-254 - septembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution de l’activité physique mesurée par accélérométrie après chirurgie bariatrique
  • A. Bellicha, C. Ciangura, C. Roda, J.-L. Bouillot, A. Torcivia, M.-L. Tanguy, C. Poitou, J.-M. Oppert
| Article suivant Article suivant
  • Effet de la chirurgie bariatrique sur la survenue de cancers à court terme chez les sujets avec obésité morbide en France
  • S. Vandendorpe, G. Ficheur, H. Verkindt, P. Nesslany, M. Romon, F. Pattou, R. Caiazzo, M. Pigeyre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.