Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Effet de la chirurgie bariatrique sur la survenue de cancers à court terme chez les sujets avec obésité morbide en France - 06/09/17

Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.085 
S. Vandendorpe 1, 2, , G. Ficheur 3, H. Verkindt 4, P. Nesslany 1, M. Romon 1, F. Pattou 4, 5, R. Caiazzo 4, 5, M. Pigeyre 1, 5
1 Nutrition, CHRU de Lille, Lille, France 
2 Endocrinologie-diabétologie, centre hospitalier de Valenciennes, Valenciennes, France 
3 Santé publique, France 
4 Chirurgie endocrinienne, CHRU de Lille, Lille, France 
5 Inserm U1190, European Genomic Institute for Diabetes (EGID), FR 3508, université de Lille, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction et but de l’étude

L’obésité touche 15 % de la population française et représente un facteur de risque de nombreuses affections chroniques, dont les cancers. Des études réalisées au Canada, aux États-Unis d’Amérique et en Suède ont mis en évidence une diminution du risque de cancers après chirurgie bariatrique. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’effet de la chirurgie bariatrique sur l’incidence du cancer chez les sujets souffrant d’obésité morbide en France, à partir d’une base de données nationale exhaustive.

Matériel et méthodes

Nous avons constitué une cohorte rétrospective d’adultes âgés de 18 à 60 ans, identifiés à partir de la base de données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), avec obésité morbide (IMC40kg/m2), sans antécédent de cancer ni de chirurgie bariatrique. Nous avons inclus des sujets qui ont eu une chirurgie bariatrique en 2010 et les avons appariés sur l’âge, le sexe, le degré d’obésité et le score de Charlson avec des témoins n’ayant pas eu de chirurgie bariatrique. Nous avons évalué l’apparition d’un cancer jusqu’à la fin de l’année 2013, par l’apparition d’un code de cancer en diagnostic principal ou diagnostic associé dans le PMSI, par l’utilisation d’un modèle de Cox.

Résultats

Nous avons inclus 11 321 sujets dans le groupe chirurgie bariatrique et 11 321 dans le groupe témoin. Les interventions réalisées incluaient des anneaux gastriques (n=3663), des bypass gastriques (n=3425), des gastroplasties verticales calibrées (n=3255), des gastrectomies longitudinales (n=651) et des dérivations biliopancréatiques (n=237). À la fin des 3,5 ans de suivi, 152 cancers ont été diagnostiqués dans le groupe chirurgie bariatrique (1,35 %) et 165 dans le groupe témoin (1,47 %). L’incidence du cancer était de 4,7 pour 1000 personnes–années dans le groupe chirurgie bariatrique et 5,1 personnes–années dans le groupe témoin, avec un hazard ratio (HR) à 0,90 [IC 95 % 0,67–1,12], p=0,332. Un cancer lié à l’obésité a été diagnostiqué chez 84 sujets du groupe chirurgie bariatrique et 82 sujets du groupe témoin, avec un HR à 1,05 [IC 95 % 0,74–1,36], p=0,75.

Conclusion

Nous n’avons pas mis en évidence de réduction du risque de survenue d’un cancer dans la population française obèse morbide par rapport aux témoins n’ayant pas été opérés durant la période de suivi de 3,5 ans. L’effet de la chirurgie bariatrique sur la diminution du risque de cancer semble donc être plus tardif et nécessite d’être réévalué à plus long terme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 3

P. 254 - septembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’apport protéique a-t-il une influence sur la composition corporelle et la fonctionnalité musculaire en situation de surnutrition lipidique ?
  • F. Rossignon, V. Martin, J. Salles, V. Patrac, O. Le Bacquer, A. Berry, A. Pion, C. Giraudet, C. Montaurier, S. Ratel, B. François, C. Roussillat, S. Walrand, K. Combe, C. Domingues Faria, Y. Boirie, C. Guillet
| Article suivant Article suivant
  • Implication du remodelage de la membrane plasmique par les acides gras dans la régulation de l’activité de l’inflammasome NLRP3 dans des macrophages humains
  • M. Gianfrancesco, J. Dehairs, K. Bloch, L. L’homme, O. Jansen, M. Frederich, J. Piette, J. Swinnen, N. Paquot, N. Esser, S. Legrand-Poels

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.