Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dispositif intra-utérin en médecine générale : à propos d'une étude prospective sur 300 poses - 09/03/08

Doi : JGYN-09-2002-31-5-0368-2315-101019-ART4 

H. Marret [1],

F. Golfier [4],

F. Vollerin [2],

M.-F. LeGoaziou [3],

D. Raudrant [4]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif. Notre objectif principal était d'apprécier par une étude multicentrique prospective, la tolérance, l'efficacité et la prise en charge de dispositifs intra utérins (DIU) posés dans des cabinets de médecine générale en les comparant aux données de la littérature.

Matériel et méthodes. Trente-quatre médecins généralistes volontaires et expérimentés en gynécologie médicale ont posé 300 DIU pour une durée de 4 ans. 297 patientes ont pu être évaluées. Un contrôle à 3, 12, 24, 36, et 48 mois était prévu. Il s'agissait de DIU au cuivre de 375 mg minimum. Les résultats ont été exprimés en pourcentage Année-Femme (%AF)

Résultats. Les résultats lors de la clôture de l'étude retrouvaient 59 patientes perdues de vue. Le temps d'exposition des patientes au DIU a représenté 9 245 cycles, soit une moyenne d'exposition de 39 (±17) mois ou cycles. Le taux de continuité des DIU était respectivement de 82 % à 12 mois, 67 % à 36 mois, et 31 % à 48 mois. Le taux de retrait cumulé pour raisons médicales est de 6,1 % AF. L'index de Pearl pour notre étude est de 0,51 % AF.

Conclusion. Ces résultats sont comparables à ceux de la littérature, témoignant de la fiabilité des généralistes pour poser et surveiller les stérilets. Ils sont tout à fait convaincants quant à la sélection et à la qualité de la prise en charge de ces patientes. Ce travail doit encourager tout omnipraticien qui s'intéresse à la contraception à pratiquer la pose du stérilet. Une formation adéquate doit être assurée par les gynécologues.

Abstract

Intrauterine devices in general practice: a prospective study of 300 insertions.

Objective. To assess the effectiveness of management practices of copper intrauterine devices (IUD) in general medicine.

Material and methods. A prospective study was conducted over a four-year period. Thirty-four experimented and volunteer general practitioners inserted 300 IUDs. Two hundred and ninety-seven patients were evaluated. A 375-mg copper IUD was used. Results are presented by 12-month device survival, cumulative discontinuation, and event rates per hundred women.

Results. At the end of the study 19.8% (n=59) of the women were lost to follow-up. Exposure time to IUD was 9245 cycles. Mean exposure time was 3917 cycles. Discontinuation rates for IUD were 82%, 67%, and 31% at 12, 36, and 48 months respectively. Renewal rate for this contraceptive device was 31.5%. Results confirmed that IUD were highly effective in this population: Pearl index 0.51% with four pregnancies. A very low expulsion rate (1.68%) and good tolerance (cumulative removal rate for medical reasons at 60 months = 6.1%) were observed. At the end of the study, 61.3% of the women included had no complaints and had their IUD removed for desired pregnancy, replacement or personal reasons.

Conclusions. Our findings are similar to reports in the literature; there was no evidence of differences between general practitioners and gynecologists. IUDs inserted by experimented general practitioners are safe and should continue to be offered as a contraceptive option for properly selected women. These findings suggest that specific training on contraceptives should be provided to interested general practitioners


Mots clés : Stérilet , Complication , Médecine générale

Keywords: Intrauterine device , General practice , Complications


Plan



© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 5

P. 465-470 - septembre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L'expérience parisienne du diagnostic génétique pré-implantatoire (DPI) : bilan des premières naissances
  • N. Achour-Frydman, S. Romana, P. Ray, S. Hamamah*, G. Tachdjian, A. Munnich, M. Vekemans, R. Frydman
| Article suivant Article suivant
  • Le syndrome de la veine ovarienne : à propos de huit cas et revue de la littérature

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.