Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Transferts in utero médicalisés - 09/03/08

Doi : JGYN-04-2003-32-2-0368-2315-101019-ART6 

E. Menthonnex [1],

P. Menthonnex [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs. L'application du plan de périnatalité de 1994 et la parution des décrets de périnatalité a entraîné une augmentation des transferts in utero (TIU) médicalisés par les services mobiles d'urgence et de réanimation (SMUR). Les transferts longue distance ont fait leur apparition par manque de place en réanimation néonatale. L'objectif de ce travail est d'analyser les causes de cette augmentation, de mieux définir les critères de médicalisation et les contre-indications au transport, en aval d'une régulation médicale adaptée et mieux préciser les modalités de transport médicalisé.

Matériel et méthodes. Une étude rétrospective a concerné 167 transferts in utero réalisés par le SMUR de Grenoble de 1998 à 2001. L'évolution des transports de nouveau-nés de poids < 1 500 g à partir des maternités de Grenoble a été analysée parallèlement.

Résultats. Entre 1998 et 2001, le nombre de TIU a doublé. Les menaces d'accouchement prématuré (MAP) sont responsables de cette augmentation. Dans 28 % des cas de MAP, il s'agissait d'une grossesse gémellaire. Aucun accouchement n'a eu lieu pendant le transfert. Pendant le transfert, la tocolyse était assurée dans 74 % des cas avec des bêta-mimétiques, dans 20 % des cas de la nicarpidine. L'atosiban n'a été utilisé qu'une seule fois durant cette période. En cas de MAP, le délai moyen d'accouchement après le transport était égal à 7 jours pour les parturientes non ressorties (extrêmes 0-51 jours). Presque 50 % des patientes ont accouché plus d'une semaine après le transport. Le retour à la maternité d'origine sans avoir accouché s'est fait dans 30 à 35 % des cas. La quasi-totalité des enfants de PN < 1 000 g et 85 % des nouveau-nés de poids 1 001-1 500 g sont nés en maternité type 3.

Conclusion. L'augmentation des transferts in utero médicalisés observés dans les SAMU-SMUR depuis la parution des décrets périnatalité est liée à l'augmentation des transferts pour menace d'accouchement prématuré. L'amélioration des résultats périnatals, demande une meilleure prédiction pour sélectionner les parturientes à fort risque d'accouchement. prématuré. L'utilisation de procédures et protocoles de prise en charge est fondamentale, pour limiter les risques associés à ces transferts. Les transferts in utero pour MAP sur grossesse multiple sont fréquents. L'atosiban devrait donc être plus systématiquement utilisé comme tocolytique à la place des bêta-mimétiques. Son absence d'effets secondaires devrait réduire les indications de médicalisation du transfert, une fois éliminé le risque d'accouchement pendant le transport.

Abstract

In utero medicalized transfers: medical regulation and transport process.

Objectives. Application of the perinatality plan has led to an increase in utero medicalized transfers with an emergency mobile medical service (SAMU-SMUR). Sometimes pregnancies are transferred very far from the mother's home because of the unavailability of infant care units. This work aims to analyze the raisons for this rising trend in order to improve the features of medicalization, to define contrindications for transfers (after an appropriate medical decision) and to identify the best the modes of medicalized transports.

Equipment and methods. This retrospective study concerned 167 in utero transfers performed by the Grenoble mobile emergency unit from 1998 to 2001. The rise in the number of transports involving newborn children weighing less than 1500g and born in Grenoble maternities was also analyzed.

Results. From 1998 to 2001, the number of in utero medicalized tranfers increase twofold. Transfers were made because of threatening premature delivery. Twin pregnancy was involved in 28% of the cases; 50% of the pregnancies had not been delivery at 7 days, and 35% were referred back to the referring institution undelivered. For preterm labor, tocolysis was instituted in 74% of those cases with b-adrenergic agents, 20% with nicarpine, and only one with atosiban. Almost all the newborn children weighting less than 1000g, as well as 85% of the babies with a 1000-1500g birthweight, were born in level 3 centers.

Conclusion. The rising trend for medicalized in utero transfers, which can be observed in mobile emergency medical services since the publication of perinatality orders is undoubtly linked with the increase of transfers for threats of premature delivery. The improvement concerning perinatal results depends on implementing better transfer practices, which would enable selecting pregnant women presenting high risks of delivering. The use of well-designed procedures and protocols is fundamental in order to limit transfer risks. Atosiban is better tolerated than ß-adrenergic agents and nicarpine, and should be considered for use as a first-line tocolytic agent in in utero transfer for preterm labor, specially for twin pregnancies. A formalized decision making protocol and use of atosiban as tocolytic agent for preterm labor, should help lower the number of medical indications for in utero transfer.


Mots clés : Transferts in utero , Transport médicalisé , SAMU , SMUR , Menace d'accouchement prématuré , Tocolyse , Bêta-mimétiques , Atosiban , Pré-éclampsie

Keywords: Perinatality plan , Emergency medical service , Premature delivery threat , Tocolytic , Atosiban , ß-adrenergic agents


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 2

P. 157-168 - avril 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Développement d'un auto-questionnaire évaluant la satisfaction des femmes à l'égard des maternités
| Article suivant Article suivant
  • Les infections nosocomiales chez la mère et l'enfant : à propos d'une enquête d'incidence portant sur 804 accouchements
  • S. Malavaud, E. Bou-Segonds, A. Berrebi, R. Castagno, C. Assouline, L. Connan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.