Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Enquête Propause : profil de patientes traitées par progestatif en périménopause - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503567 

P. Lopès [1],

B. Schatz [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La classe des progestatifs est largement utilisée en France pour le traitement de la préménopause.

But. Évaluer l’utilisation réelle des progestatifs en pratique quotidienne.

Matériels et méthodes. Enquête épidémiologique transversale effectuée de mai à juin 1998, par 284 gynécologues représentatifs des gynécologues en activité libérale en France qui ont sélectionné les 4 premières consultantes traitées par progestatif pour leur préménopause.

Résultats. Sur 887 observations recueillies, les indications essentielles de prescription sont : troubles fonctionnels de la périménopause (57 %), mastodynies (47 %), syndrome prémenstruel (38 %), pathologies de l’endomètre (29 %), le blocage de l’ovulation (28 %). Elles sont multiples dans 81 % des cas : lorsque le progestatif est prescrit plus de 10 jours par cycle, les pathologies mammaires sont l’indication essentielle et l’ancienneté du traitement est de plus d’un an ; lorsque le progestatif est prescrit 10 jours par cycle, les irrégularités menstruelles isolées (sans pathologie mammaire ou endométriale) sont dominantes, et l’ancienneté du traitement est d’un an ou moins ; les classes de progestatifs les plus utilisées sont les pregnanes et norpregnanes ; la co-prescription d’estrogènes intervient dans 17 % des cas, le plus souvent dans les troubles de la préménopause.

Conclusion. Le schéma de prescription des progestatifs en périménopause est : dans 1/3 des cas de 10 jours, 1/3 des cas de 11 à 15 jours, et 1/3 des cas de 20 jours par cycle. Par conséquent, on observe un certain décalage avec les recommandations des schémas posologiques, mais ceci peut être dû soit à la prescription initiale, soit à son adaptation en fonction de l’évolution de la symptomatologie.

Abstract

Propause survey: profile of patients treated with progestins in perimenopause.

Progestins are widely used in France for treatment of perimenopause.

Objectives. To evaluate the real use of progestins in daily practice.

Material and methods. A transverse epidemiological survey conducted between May and June 1998, by 284 gynecologists representative of French private practitioner gynecologists, who selected the first 4 patients treated with progestins for perimenopause.

Results. For 887 observations collected, the most frequent indications of prescription were: functional disorders of perimenopause (57%), mastalgia (47%), premenstruel syndrome (38%), endometrial pathology (29%) and ovulation inhibition (28%). Multiple reasons were present in 81% of patients: when progestin was prescribed more than 10 days per cycle, breast pathologies were the most frequent indication and the length of treatment was more than one year; when progestin was prescribed 10 days per cycle, isolated menstrual irregularities (without breast or endometrium pathology) predominated and the length of treatment was one year or less. The most widely used progestin classes were pregnanes and norpregnanes; there was an estrogene co-prescription in 17% of cases, more frequently in women with perimenopause disorders.

Conclusion. We found the following pattern for progestin prescription in perimenopause: 10-day prescription for one-third of the women, 11 to 15 days for one-third, and 20 days per cycle for one-third. We thus observe some differences with recommended use. This difference is observed either with the initial prescription or with symptom-related dose adaptation.


Mots clés : Progestatif , Périménopause , Irrégularités menstruelles , Mastodynie , Pregnanes et norpregnanes

Keywords: Progestin , Perimenopause , Menstrual irregularities , Mastalgia , Pregnanes and norpregnanes


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 232-240 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quelle est la place des signes d’appels échographiques dits « mineurs » dans le dépistage prénatal de la trisomie 21 au 2e trimestre de la grossesse ?
  • P. Viossat, C. Cans, D. Marchal-André, M. Althuser, T. Tomasella, J.-C. Pons, P.-S. Jouk
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs du choix de la voie d’abord des hystérectomies pour lésions utérines bénignes (prolapsus et indications obstétricales exclus)
  • A. Melis, S. Buisson, J.-M. Lutz, J. Salvat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.