Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

CONTRÔLE QUALITÉ DE LA MESURE DE LA CLARTÉ NUCALE POUR LE DÉPISTAGE PRÉNATAL DE LA TRISOMIE 21 - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503575 

Baum Thierry-Pascal [1],

Cans Christine [2],

Althuser Marc [3],

Viossat Philippe [3],

Jouk Pierre-Simon [3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le dépistage prénatal de la trisomie 21 (T21) repose actuellement sur 2 tests : l’échographie du 1er trimestre faite à la 12e semaine d’aménorrhée pour mesurer la clarté nucale (CN), et les marqueurs sériques (MS) faits au 2e trimestre de la grossesse. Lorsqu’un des 2 tests pris individuellement est positif, il conduit à une amniocentèse permettant d’affirmer ou d’infirmer l’existence d’une T21. Actuellement, la CN est dite anormale si elle dépasse le seuil fixe de 3 mm. Une équipe londonienne a montré que si la valeur de la CN était déclarée anormale selon le terme de la grossesse estimé par la longueur cranio-caudale (LCC), et si on n’utilisait plus la CN et les MS individuellement, mais combinés à travers une équation dite du risque combiné (RC), il était possible de réduire d’environ 50 % le nombre d’amniocentèses faites par excès.

Les pratiques anglaise et française différent au niveau de la technique pour la réalisation des échographies, et nous avons montré que le calcul anglais du RC ne nous semble pas applicable en l’état. Dans un premier temps nous avons adapté ce calcul du RC à la pratique française au moyen de coefficients calculés à partir de données rétrospectives. L’utilisation d’une équation française pour le RC montre une diminution potentielle très importante du taux d’amniocentèses qui seraient demandées, ce taux restant supérieur à celui attendu si l’on utilisait l’équation anglaise. Pour garantir une bonne utilisation de ce nouveau calcul « français » du RC, un contrôle qualité (CQ) de la mesure de la CN est indispensable. Il a été mis en place au CPDPN de Grenoble à l’aide du logiciel NUCAL12â et recouvre 2 aspects : quantitatif où l’on évalue la valeur de la mesure de la CN et qualitatif où l’on évalue la façon d’effectuer cette mesure.

Évaluation quantitative. Pour chaque praticien la qualité initiale est évaluée par rapport à une équation dite de référence déterminée à partir de mesures effectuées par les référents experts. Les 200 mesures d’un praticien doivent rester dans un certain intervalle autour de l’équation de référence. Puis un contrôle identique est effectué régulièrement toutes les 50 nouvelles mesures de ce praticien. À l’aide de simulations, un seuil d’alerte en deçà duquel les mesures sont considérées comme non satisfaisantes a pu être déterminé. Lorsque le nombre de données sera suffisant, il sera procédé à une estimation de la Se et la Sp de cette méthode (calcul « français » du RC) pour la population couverte par le CPDPN de Grenoble.

Évaluation qualitative. Les échographies réalisées par différents praticiens (échographistes, radiologues, gynéco-obstétriciens) sont évaluées par un expert échographiste. La qualité de la mesure est appréciée à l’aide de 8 items : le plan sagittal, le positionnement des calipers, l’abord orthogonal, le zoom, la flexion de la tête, la différenciation d’avec amnios, le réglage (gain et contraste), et la LCC. Une valeur (de 1 à 4) est attribuée à chacun des 8 items, et un score global calculé. Une valeur seuil est déterminée pour chacun des items et pour le score global.

Les résultats du CQ montrent que deux experts différents notent de la même façon chacun des 8 items pris individuellement ainsi que le score global. Une fois ceci montré, nous avons pu évaluer la qualité de la mesure de la CN pour 12 praticiens grâce à une première série de 50 clichés par praticien. La qualité de la mesure a été jugée satisfaisante pour 10 des 12 praticiens testés.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 280 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Abstracts des communications libres et des posters
| Article suivant Article suivant
  • DIAGNOSTIC ANTÉNATAL ET NANISME MÉTATROPIQUE : À PROPOS D’UNE OBSERVATION
  • Bages Karine, Le Guern Hélène, Parent Philippe, Redon Jean-Yves, Marcorelles Pascale, Collet Michel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.