Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES EN MATERNITÉ : UN RÉSEAU NATIONAL - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503593 

Branger Bernard [1],

RAISIN [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Contexte. Les infections nosocomiales en maternité (IN) concernent les infections de la mère et celles du nouveau-né. Leur incidence est variable de l’ordre de 1 à 10 %, et certaines peuvent être graves. Les données du réseau du C.CLIN-Sud-Est montrent, en 2001, 4,2 % d’infections après césarienne et 1,4 % après accouchement par voie basse. Les données de Toulouse montrent 5,8 % après césarienne et 1,9 % après accouchement par voie basse. La surveillance des IN est difficile et contraignante, mais elle est possible soit en continu, soit de manière ponctuelle et régulière, telle qu’elle est réalisée dans l’inter-région Sud-Est. Cette surveillance fait partie des recommandations des instances nationales (CTIN — Comité technique des IN et RAISIN — Réseau d’Alerte, d’Investigation, de Surveillance des Infections Nosocomiales) et de l’ANAES — Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé).

Méthode standardisée nationale. Sous l’égide du RAISIN, les 5 C.CLIN — Comités de coordination des IN — ont mis en place en 2004 un projet pilote. La population concerne les femmes accouchées et les enfants présents en maternité. La période d’étude doit inclure au moins 250 accouchements. Les définitions des IN sont celles des 100 recommandations et du document du C.CLIN-Paris-Nord, les infections materno-fœtales (IMF) n’étant pas considérées comme des IN. Trois types d’IN sont retenues pour la mère : endométrites, infections urinaires et infections de site opératoire en cas de césarienne. Quatre types d’IN sont retenues pour le nouveau-né : IN cutanées, IN du cordon, conjonctivites et infections graves. Les facteurs de risques sont ceux retenus par la littérature comme exposant à un risque d’infections tels que l’ouverture de la poche des eaux de plus de 12 heures, la fièvre maternelle, les antécédents d’infection urinaire, ou la césarienne pour les mères. Un protocole national a été élaboré pour 2004 et est disponible auprès de l’auteur ; il sera amélioré et précisé pour 2005. Un outil informatique est communiqué aux équipes d’hygiène et aux services de gynécologie-obstétrique pour leur permettre de faire la saisie sur place avec la possibilité de sortie d’un rapport automatisé. Les logiciels Epi-Info pour 2004 et 2055, et Access pour 2005 sont proposés.

Résultats. Les résultats de l’année 2004 ne sont pas encore parvenus mais seront présentés en octobre au Congrès. Selon l’analyse et les remarques de la phase pilote de 2004, un programme de surveillance nationale sera mis en place en 2005 et proposé par l’intermédiaire des C.CLIN et de leurs relais régionaux.

Contraintes. Les contraintes de ce type de surveillance sont connues. Elles sont de deux ordres : d’ordre conceptuel avec la difficulté de différencier les IN des IMF, par exemple, ou de diagnostiquer certaines infections comme les endométrites ; et d’ordre organisationnel pour retrouver des facteurs d’exposition de la grossesse, avec les durées de séjour écourtées et la nécessité de suivre la mère ou l’enfant en cas de transfert.

Perspectives. La surveillance des IN devra s’intégrer en routine dans le dossier de maternité pour la mère et le nouveau-né, soit dans le dossier de chaque maternité, soit dans le cadre d’un dossier des réseaux de maternité.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 288 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • ENQUÊTE DE PRÉVALENCE 2001 DES INFECTIONS NOSOCOMIALES : RÉSULTATS SUR LA POPULATION DES NOUVEAU-NÉS
  • Branger Bernard, RAISIN, CTIN
| Article suivant Article suivant
  • ÉTUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE MULTICENTRIQUE DU DEVENIR NEUROLOGIQUE ET PSYCHIQUE DES GRANDS PRÉMATURÉS (? 33 SEMAINES D’AMÉNORRHÉE) : MISE EN PLACE DE LA COHORTE PROSPECTIVE « AQUIPAGE » EN AQUITAINE
  • Pedespan Laurence, Leroy Valériane, Brun Jean-Luc, Hernandorena Xavier, Mansir Thierry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.