Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

PRISE EN CHARGE DES RUPTURES PRÉMATURÉES DES MEMBRANES AVANT 25 SEMAINES D’AMÉNORRHÉE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503595 

Muris Catherine [1],

Girard Bénédicte [1],

Creveuil Christian [1],

Durin Luc [1],

Herlicoviez Michel [1],

Dreyfus Michel [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction. La rupture prématurée des membranes du deuxième trimestre est une complication rare et grave. L’objectif de notre étude était de déterminer les bénéfices et les risques de l’attitude expectative et de mettre en évidence des facteurs pronostiques maternels et néonatals dès l’admission.

Matériel et méthodes. Il s’agissait d’une étude rétrospective observationnelle portant sur 51 grossesses uniques admises entre janvier 1998 et juin 2003 pour une rupture prématurée des membranes entre 18 et 24 SA et 6 jours. Les patientes ont été hospitalisées avec un repos strict au lit. Elles ont reçu une antibiothérapie pendant une semaine et des corticoïdes après 24 SA. Avant janvier 2000, elles avaient eu une tocolyse systématique.

Résultats. Après information, 20 couples sur 49 ont eu recours à une interruption médicale de grossesse. Toutes ces dernières ont eu lieu avant 24 SA. Toutes les patientes présentaient un anamnios ou un oligoamnios sévère. Parmi les autres grossesses, 18 % des patientes avaient une quantité de liquide amniotique normale à l’admission. La latence moyenne était de 2,1 semaines. Le terme moyen de l’accouchement était de 23,2 SA. Dix-neuf patientes ont accouché après 24 SA, mais 14 d’entre elles avant 28 SA. Les facteurs pronostiques majeurs mis en évidence en comparant les survivants et les non survivants parmi les enfants nés après 24 SA sont la quantité de liquide initiale (2,9 vs 0,9 cm) et le terme de l’accouchement (28,7 vs 24,6 SA). Aucun cas d’hypoplasie pulmonaire n’a été retrouvé. Les complications infectieuses maternelles ont concerné 2 % des patientes.

Discussion. Le premier point à aborder avec les patientes lors de l’admission est la faible incidence des complications maternelles et l’absence de séquelles à long terme. Par ailleurs, un des deux facteurs pronostiques majeurs à l’admission est la quantité de liquide : l’oligoamnios augmente le risque de chorioamniotite et diminue les chances de survie néonatale. Le deuxième facteur est le terme à la rupture. Celle-ci semble de moins bon pronostic si elle survient avant 23 SA alors que la phase de croissance canaliculaire du poumon n’est pas terminée.

Conclusion. Si l’attitude expectative doit être largement proposée, l’interruption médicale de grossesse garde sa place dans les cas les plus défavorables : anamnios à l’admission et le terme de la rupture inférieur à 20 SA.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 289 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • ÉTUDE ÉPIDÉMIOLOGIQUE MULTICENTRIQUE DU DEVENIR NEUROLOGIQUE ET PSYCHIQUE DES GRANDS PRÉMATURÉS (? 33 SEMAINES D’AMÉNORRHÉE) : MISE EN PLACE DE LA COHORTE PROSPECTIVE « AQUIPAGE » EN AQUITAINE
  • Pedespan Laurence, Leroy Valériane, Brun Jean-Luc, Hernandorena Xavier, Mansir Thierry
| Article suivant Article suivant
  • SULFATE DE MAGNÉSIUM ET PRÉ-ÉCLAMPSIE SÉVÈRE : INNOCUITÉ EN PRATIQUE COURANTE DANS DES INDICATIONS CIBLÉES
  • Girard Bénédicte, Beucher Gaël, Muris Catherine, Dreyfus Michel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.