Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

EFFET D’UN EXERCICE SUPRA-MAXIMAL SUIVI D’UNE RÉCUPÉRATION PASSIVE DE 30 MINUTES SUR LA LEPTINE PLASMATIQUE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503616 

Aloulou Ikram [1],

Zaouali Monia [2],

Tabka Zouhair [2],

Abdelkarim Zbidi [2],

Zouari Nouri [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs. Déterminer l’effet d’un exercice supra-maximal de 45 secondes sur les concentrations plasmatiques de leptine, d’insuline et de cortisol

Matériels et méthodes. Douze filles (22,6 ± 0,4 ans ; IMC : 22,1 ± 0,5 kg/m2) et cinq garçons (22,8 ± 0,7 ans ; IMC : 25,6 ± 1,5 kg/m2) réalisent un exercice supra-maximal de 45 secondes à 120 % de la VO2 max suivi d’une récupération passive de 30 min Les prélèvements sont faits avant exercice, juste après effort et à 30 min de récupération passive.

Résultats. Il existe une corrélation significative entre la leptine et l’IMC chez les filles (r = 0,37 ; p ≪ 0,05) et surtout chez les garçons (r = 0,93 ; p ≪ 0,0001). Les filles présentent des valeurs de leptine plasmatique significativement plus importantes que les garçons à la fin de l’exercice (p ≪ 0,01) et à 30 min de récupération (p ≪ 0,05). La leptinémie de base étant de significativité limite (p ≪ 0,05). L’exercice supra-maximal de 45 secondes n’entraîne pas de variation significative de la leptinémie ni de l’insulinémie à la fin de l’exercice et à 30 min de récupération passive, par contre on observe une augmentation significative de la cortisolémie à la fin de l’exercice (p ≪ 0,05) qui perdure à 30 min de récupération.

Discussion et conclusion. Les concentrations de leptine ne sont pas affectées après un exercice supra-maximal chez des sujets moyennement entraînés. Une des explications possibles des valeurs relativement constantes de la leptine implique la glycémie puisque l’infusion de glucose chez les humains diminue la sécrétion de leptine.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 297 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • À PROPOS D’UNE OBSERVATION DE DIABÈTE NÉONATAL TRANSITOIRE
  • Bruel Henri, Kibelo Marcellin, Amusini Pierre, Cave Helene, Polak Michel, Chabrolle Jean Pierre
| Article suivant Article suivant
  • ACIDURIE GLUTARIQUE DE TYPE II À RÉVÉLATION NÉONATALE
  • Bruel Henri, Nimubona Laurent, Iscandar Claude, Mantion Karine, Read Marie-Hélène, Kibelo Marcellin, Bouige Daniel, Chabrolle Jean-Pierre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.