Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SORTIE PRÉCOCE DANS LE POST-PARTUM : ÉTAT DES LIEUX EN FRANCE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503624 

Vendittelli Françoise [1],

Mamelle Nicole [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Position du problème. La sortie précoce dans le post-partum est une pratique récente et pour laquelle il y a peu de données nationales.

Méthodes. Le réseau Sentinelle AUDIPOG a été utilisé pour décrire la pratique de sorties précoces (≪ 3 jours en cas d’accouchement par voie basse et ≪ 5 jours en cas de césarienne) de 1994 à 2002, après standardisation sur la distribution en fonction du type d’établissement et de la région. Secondairement, les facteurs médicaux prédictifs d’une sortie précoce ont été recherchés, en analyse univariée puis multivariée, sur les naissances de 2001-2002.

Résultats. La sortie précoce concernait 3 % des accouchées en 1997 et 7 % en 2002. La sortie précoce est plus fréquente dans les maternités de niveau II et III, dans les centres hospitaliers généraux, dans les maternités de plus de 1 500 accouchements par an, dans les maternités urbaines et en Île-de-France. Les femmes sortant précocement après un accouchement par voie basse sont plus souvent des multipares, sans pathologie de la grossesse, avec un travail spontané et un accouchement normal, sans déchirure périnéale grave, avec une grossesse unique, et un enfant > 2 500 g sans risque infectieux. En cas de césarienne, il s’agit le plus souvent de multipares avec une grossesse unique, sans pathologie de la grossesse, avec une césarienne avant travail à terme, sous péridurale, sans hémorragie de la délivrance, et un enfant > 2 500 g sans risque infectieux. Actuellement, 40 % des femmes primipares accouchant par voie basse et 25 % par césarienne, 55 % des multipares accouchant par voie basse et 30 % par césarienne pourraient bénéficier d’une sortie précoce.

Conclusion. La réduction du séjour hospitalier dans le post-partum est inéluctable mais il convient de repérer les femmes les plus à mêmes d’en bénéficier.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 300 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • HYPERCLARTÉ NUCALE ET HYGROMA CERVICAL AU 1er TRIMESTRE DE LA GROSSESSE : DIAGNOSTIC PRÉNATAL ET DEVENIR NÉONATAL
  • Ducarme Guillaume, Graesslin Olivier, Ceccaldi Pierre-Francois, Alanio Elisabeth, Gaillard Dominique, Gabriel René
| Article suivant Article suivant
  • ACTIVITÉ PÉDIATRIQUE AU BLOC OBSTÉTRICAL DANS UNE MATERNITÉ DE NIVEAU III : ÉTUDE PROSPECTIVE SUR UN AN
  • Pollet Séverine, Fonteyne Gérard, Depret Sandrine, Dubos Jean-Pierre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.