Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’ANTIBIOTHÉRAPIE EN SALLE DE NAISSANCE : COMPARAISON DES RÉSULTATS DE DEUX MATERNITÉS DU RÉSEAU BOURGOGNE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503641 

Maurel Elise [1],

Margarot-Montagne Anne [2],

Reynaud Isabelle [2],

Françoise Michel [1],

Fournier Louis [1],

Sagot Paul [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs. Comparer l’incidence de la prescription d’antibiotiques en salle de travail entre deux établissements appartenant au même réseau mais de niveaux différents

  • Maternité du Bocage, CHU de Dijon (21), maternité de niveau III ;
  • Maternité du centre hospitalier W. Morey, CHR de Chalon-sur-Saône (71), maternité de niveau IIB.

Matériel et méthodes. Il s’agit d’une étude rétrospective qui s’étend du 1er janvier au 31 mars 2004. Nous divisons les motifs de prescription en deux catégories : antibioprophylaxie pour prévenir un risque infectieux potentiel (rupture des membranes supérieure à 12 heures, techniques d’évaluation du bien-être fœtal, portage de strepto B, accouchement prématuré avant 37 SA, césarienne en urgence, délivrance artificielle- révision utérine, autres motifs), et, antibiothérapie dans un but curatif lorsqu’il existe des signes patents d’infection (fièvre maternelle en cours de travail, chorioamniotite, autres motifs). Nous incluons toutes les patientes ayant reçu des antibiotiques durant le travail quelque soit le mode d’accouchement : voie basse spontanée ou instrumentale, césarienne en urgence ou programmée.

Résultats. Il existe une différence significative entre les deux populations concernant la prescription d’antibiotiques : 49 % des accouchements à Dijon ont reçu des antibiotiques versus 31,7 % à Chalon. Concernant les antibioprophylaxies administrées avant accouchement, on observe une augmentation du taux de prescription à Dijon (43,14 % des accouchements versus 19,5 % à Chalon) d’une part, et, d’autre part une répartition différente des indications entre les deux établissements : non-utilisation de techniques invasives de surveillance à Chalon (oxymétrie, amioinfusion, lactates au scalp, tocométrie interne), plus grand nombre de traitement préventif du streptocoque B à Chalon, plus grand nombre de prescriptions pour rupture des membranes supérieures à 12 heures à Dijon. Le taux d’antibioprophylaxies maternelles post-natales (césariennes programmées et DA-RU) est multiplié par un facteur 2 à Chalon, avec un ratio césariennes en urgence/césariennes programmée inversé entre les deux maternités. La prescription d’antibiotiques à but curatif est plus importante à Dijon (13 % des antibiothérapies à Dijon contre 3,8 % à Chalon). Ces différences s’expliquent par une disparité de pratiques obstétricales (inexistence des techniques d’exploration fœtale à Chalon, prescription d’antibioprophylaxie pour portage de Streptocoque B plus restrictive à Dijon, interprétation plus libre du protocole à Chalon concernant la rupture des membranes supérieure à 12 heures et l’accouchement avant 37 SA) et de recrutement. Ces deux facteurs de disparité étant liés l’un à l’autre.

Conclusion. Cette étude souligne l’importance d’une adhésion et d’une évaluation régionale régulières des pratiques périnatales au sein d’un même réseau.


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 306-307 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’ANTIBIOTHÉRAPIE EN SALLE DE NAISSANCE : CONSÉQUENCES DE LA MISE EN PLACE DU PROTOCOLE CONFORME AUX DONNÉES DE L’ANAES AU SEIN DE LA MATERNITÉ DE NIVEAU III DU RÉSEAU PÉRINATAL DE BOURGOGNE
  • Margarot-Montagne Anne, Maurel Elise, Reynaud Isabelle, Sagot Paul
| Article suivant Article suivant
  • OBSERVATION DE CAS D’INCOMPATIBILITÉS FŒTO-MATERNELLES ANTI-D SÉVÈRES, NÉCESSITANT UNE PRISE EN CHARGE PAR EXSANGUINO-TRANSFUSION IN UTERO
  • Kohl Tiphaine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.