Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

ÉRYTHRODERMIE NÉONATALE SÉVÈRE : PENSER À LA RÉALISATION D’UN BILAN IMMUNITAIRE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503653 

Taghian Moheb [1],

Thierry Patrick [1],

Coupe Bruno [1],

Girardin Pascal [1 et 2],

Haghiri Naghmeh [1],

Puzenat Eve [2],

Rohrlich Pierre [3],

Ouachee-Chardin Marie [4]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Érythrodermie néonatale sévère. Penser à la réalisation d’un bilan immunitaire. Parmi les nombreuses affections dermatologiques qui peuvent se manifester par un tableau d’érythrodermie sévère en période néonatale, on peut évoquer : 1) Les ichtyoses héréditaires : l’érythrodermie ichtyosiforme congénitale sèche (EICS) aut.récessive, l’érythrodermie ichtyosiforme congénitale bulleuse (EICB) aut.dominante. 2) Les épidermolyses bulleuses héréditaires : simples, jonctionnelles, dystrophiques. 3) La dermatite atopique sévère. 4) Le psoriasis érythrodermique. 5) Les dermatoses infectieuses à candida, à staphylocoques (épidermolyse staphylococcique aiguë). 6) Le syndrome de Netherton : érythrodermie avec des squames fines, des lésions eczématiformes, prurit intense,…

Nous rapportons un cas d’érythrodermie néonatale impressionnante révélatrice d’un DICS de type Omenn. Il s’agit d’un 2e enfant d’un jeune couple non consanguin (1er enfant, 22 mois, bien portant) issu d’une grossesse sans particularité, né par voie basse à 32 SA, eutrophique.

L’état cutané initial est impressionnant : érythrodermie diffuse, macérations dans les plis, plaques verdâtres sur le tronc et cuir chevelu, cheveux rares partant avec les plaques, sourcil absent.

L’enfant bénéficie d’une antibiothérapie initiale (5 jours) et des soins locaux. L’état cutané évolue vers une éruption vésiculo-pustuleuse diffuse puis une xérose, une pachydermie avec des lésions eczématiformes. Les différents bilans infectieux et inflammatoires reviennent négatifs. Les biopsies de peau de J2 et J18 montrent un infiltrat inflammatoire du derme constitué de lymphocytes, d’histiocytes parfois pigmentés, de macrophages et aussi d’éosinophiles. Absence de lésion bulleuse.

Parallèlement, il existe une leucopénie relative avec une neutropénie, une lymphopénie et une hyperéosinophilie de 11 % (1 319/mm3) à J1 à 63 % (5 311/mm3) à J25. La radiographie pulmonaire est jugée normale, ainsi que l’échographie abdominale. L’enfant garde un bon état général, une bonne croissance. Le bilan immunitaire réalisé à J37 (puis J46, CHU Necker à Paris) montre une hypogammaglobulinémie, une hyper IgE, une lymphopénie B et T touchant les CD4 et CD8. Les lymphocytes circulants sont essentiellement des cellules NK et sont autologues XY éliminant une GVH materno-fœtale. Il s’agit d’un DICS de type Omenn : B-T-NK +. confirmé par la présence de 2 mutations hétérozygotes dans le gène RAG1.

Des mesures préventives (Ig IV, Bactrim, Mycostatine) sont prises en attendant le transfert à J58 au CHU Necker à Paris où l’enfant bénéficie à J80 d’une allogreffe de moelle osseuse (du frère aîné HLA identique) sans conditionnement avec un excellent résultat (recul de 15 mois).

Conclusion. En cas d’érythrodermie néonatale sévère persistante avec induration cutanée, alopécie, …, un bilan immunitaire (hémogramme, dosage pondéral des immunoglobulines et étude des sous populations lymphocytaires) doit être envisagé à la recherche d’un déficit dont le diagnostic précoce (avant les infections répétées, la diarrhée chronique, l’HSM, les polyadénopathies, le retard de croissance, …) permet une prise en charge adéquate (allogreffe de moelle osseuse ou des cellules souches hématopoïétiques ou du sang du cordon) ainsi qu’un meilleur pronostic.


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 311-312 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • INTÉRÊT DE LA MESURE DES LACTATES AU SCALP FŒTAL AU COURS DU TRAVAIL : ÉTUDE COMPARATIVE AVEC LE PH AU SCALP
  • Ramanah Rajeev, Martin Alain, Riethmuller Didier, Maillet Robert, Schaal Jean-Patrick
| Article suivant Article suivant
  • DIABÈTE GESTATIONNEL ET DEVENIR GLYCÉMIQUE DANS LE POST-PARTUM
  • Yameogo Téné-Marceline, Nadeau Cédric, Torremocha Florence, Hadjadj Samy, Pierre Fabrice, Magnin Guillaume, Marechaud Richard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.