Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Persistence of combination of evidence-based medical therapy in patients with acute coronary syndromes - 01/11/17

Doi : 10.1016/j.acvd.2008.04.005 
Jacques Amar a, , Jean Ferrières a, Jean-Pierre Cambou a, Elisabeth Amelineau b, Nicolas Danchin c
a Inserm U 558, hôpital Rangueil, CHU de Toulouse, place Baylac TSA 40031, 31059 Toulouse cedex 9, France 
b Laboratoires Bristol-Myers Squibb, France 
c Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France 

Corresponding author. Fax: +33 5 61 32 27 10.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Objective

To analyse long-term adherence persistence of evidence-based medical therapy in ‘real-world’ patients with coronary disease.

Methods

Cardiologists recruited the first three consecutive patients seen in either hospital clinics or private practice in 2006 who had been hospitalized for an acute coronary syndrome (ACS) in 2005 in France. Demographic characteristics, medical history, current treatments and medications at hospital discharge were recorded. The primary outcome was the persistence of the combination therapy comprising a beta-blocker, an antiplatelet, a statin and an angiotensin-converting enzyme (ACE) inhibitor (BASI).

Results

A total of 1700 patients were included in this French observational study. The mean time from hospital discharge to consultation was 14±4 months. At hospital discharge, BASI had been prescribed in 46.2% of patients, 80.2% of whom were still taking the combination at the consultation. Non-persistence was associated with severe noncardiovascular disease, atrial fibrillation and lack of significant coronary artery stenosis. When analysed separately, beta-blockers, antiplatelets, statins and ACE inhibitors had been prescribed at hospital discharge in 82.4, 98.9, 89.2 and 58%, respectively. Persistence over the 14-months period was greater than 86% for each of the drug classes. After hospital discharge, BASI was initiated in 8.5% of patients. Fourteen months after hospitalization for an ACS, 45.6% of patients were taking BASI.

Conclusions

Long-term persistence of BASI remained high after hospital discharge for an ACS, whereas the combination was started in a minority of those not discharged on this treatment. Fourteen months after an ACS, only half of the patients were receiving BASI, mainly due to failure to prescribe an ACE inhibitor at discharge. Our results highlight the importance of hospital prescription of BASI to obtain long-term persistence in ACS.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

But de l’étude

Analyser la persistance sur le long terme des traitements fondés sur les preuves chez les patients ayant présenté un syndrome coronaire aigu.

Méthodes

Il s’agit d’une étude observationnelle conduite en France en 2006 par des cardiologues exerçant en secteur libéral ou hospitalier. Chaque investigateur devait inclure les trois premiers patients reçus en consultation et ayant été hospitalisés en 2005 pour un syndrome coronaire aigu. Les caractéristiques cliniques, les traitements à la sortie de l’hôpital et en cours le jour de la consultation d’inclusion étaient colligés. Le critère principal d’évaluation était la persistance de la combinaison thérapeutique : bêtabloquant, antiagrégant plaquettaire, statine, inhibiteur de l’enzyme de conversion (BASI).

Résultats

1700 patients ont été inclus. La durée moyenne entre la sortie de l’hôpital et l’inclusion était de 14±4 mois. À la sortie de l’hôpital, le traitement BASI était prescrit chez 46,2 % des patients et 80,2 % d’entre eux recevaient encore le traitement BASI lors de l’inclusion. La non persistance du traitement BASI était corrélée avec la présence d’une pathologie sévère non cardiovasculaire, d’une fibrillation auriculaire et l’absence de sténose significative des artères coronaires. Analysés séparément, les bêtabloquants, les antiagrégants plaquettaires, les statines et les inhibiteurs de l’enzyme de conversion étaient respectivement prescrits à la sortie de l’hôpital chez 82,4, 98,9, 89,2 et 58 % des patients. Après la sortie de l’hôpital, le traitement BASI était initié chez 8,5 % des patients.

Conclusion

La persistance du traitement BASI est importante lorsqu’il est prescrit à la sortie de l’hôpital, alors qu’il n’est initié que chez une minorité de patients qui ne le reçoit pas à leur sortie d’hôpital. Quatorze mois après une hospitalisation pour un syndrome coronaire aigu, seulement la moitié des patients reçoit un traitement par BASI, principalement en raison d’un défaut de prescription d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion à leur sortie de l’hôpital.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Secondary prevention, Evidence-based therapy, Acute coronary syndrome, Persistence

Mots clés : Prévention secondaire, Médecine basée sur l’évidence, Syndrome coronaire aigu, Persistance


Plan


© 2008  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 101 - N° 5

P. 301-306 - mai 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Assessing diastolic function in heart failure: A necessity!
  • Yves Juillière
| Article suivant Article suivant
  • N-terminal pro-brain natriuretic peptide – a promising biomarker for the diagnosis of left ventricular hypertrophy in hypertensive women
  • Carine Mouly-Bertin, Alvine Bissery, Hugues Milon, Anastase Dzudie, Muriel Rabilloud, Giampiero Bricca, Madeleine Vincent, Pierre Lantelme

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.