Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières Acheter le livre Acheter au chapitre

La membrane induite chez l’enfant : technique et indications - 16/11/17

Doi : 10.1016/B978-2-294-74982-7.00014-4 
R. Gouron


Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 8
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La technique de la membrane induite est aujourd’hui tout à fait adaptable aux reconstructions osseuses segmentaires chez l’enfant. La technique est relativement superposable à celle de l’adulte. Une entretoise en ciment est interposée et au cours d’un second temps opératoire, survenant 6 semaines après l’interposition de l’entretoise, une greffe corticospongieuse morcelée est installée dans la membrane induite autour du ciment qui aura préalablement été retiré. Une expansion de greffe par allogreffe en copeaux est possible sans dépasser 30% du volume total. La possibilité d’installation d’autogreffe sous forme de baguette osseuse est intéressante au cours des reconstructions de longues pertes de substance et dans le cadre des reconstructions fémorales ou métaphyso-diaphysaires tibiales. La rigueur d’exécution technique (recouvrement des extrémités osseuses par le ciment et qualité de la stabilisation osseuse) sera le garant de l’absence de survenue des complications habituelles que sont les pseudarthroses jonctionnelles, la faillite du matériel de stabilisation ou la résorption de la greffe. Cette technique devient aujourd’hui le gold standard de la reconstruction osseuse en traumatologie et chirurgie osseuse septique. Elle prend toute son importance chez l’enfant dans le cadre des reconstructions en chirurgie tumorale. Le délai de greffe sera repoussé de manière empirique environ 8 semaines après la chimiothérapie. C’est enfin dans le traitement des pseudarthroses congénitales que la technique de la membrane induite vient d’être introduite, semblant alléger le traitement conventionnel souvent long et difficile. Ce n’est que l’évaluation a plus long terme qui confirmera la supériorité de cette technique de reconstruction en pédiatrie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Membrane induite, Reconstruction osseuse, Enfant, Tumeur, Pseudarthrose congénitale


Plan



© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Paralysie obstétricale du plexus brachial : conduite à tenir au cours de la première année
  • A. Abid
| Article suivant Article suivant
  • Spondylolisthésis L5-S1 de l’enfant et de l’adolescent
  • P. Violas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce produit ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.