Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge de la mort in utero : quel bilan proposer ? - 10/03/08

Doi : JGYN-10-2006-35-6-0368-2315-101019-200604158 

I.E. Martinek,

Y. Vial,

P. Hohlfeld

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs. Évaluer l’intérêt des examens para-cliniques prescrits dans les morts du fœtus in utero pour aboutir à l’établissement d’un nouvel algorithme de prise en charge du bilan des morts in utero.

Matériel et méthodes. Analyse rétrospective d’une série de 106 morts in utero recensées entre septembre 1989 et décembre 1998 dans le département de gynécologie-obstétrique du CHUV (maternité de type 3) à Lausanne. Nous avons défini la mort in utero à partir de la date limite de viabilité fœtale. Seules les grossesses de 24 semaines ou plus ont été inclues dans cette série. Nous avons exclu les morts in utero survenues en cours d’interruption thérapeutique de grossesse ainsi que les cas présentant un dossier incomplet. La classification étiologique utilisée est celle décrite par Fretts. L’analyse a porté sur les différents examens demandés, ainsi que sur l’évaluation de leur pertinence dans l’établissement du diagnostic étiologique de chaque cas. La recherche de facteurs de risque significatifs a également été prise en considération. Nous avons comparé notre prise en charge aux données de la littérature, afin de proposer un nouvel algorithme.

Résultats. L’étiologie de la mort fœtale a pu être définie dans 90 % des cas. Les causes principales en étaient les retards de croissance in utero (19,8 %), les anomalies congénitales et chromosomiques fœtales (18,9 %), les infections (15,1 %), le décollement placentaire (7,5 %), la pré-éclampsie (5,6 %), le diabète maternel (3,8 %). Le 18,9 % restant se répartissant par petits nombres entre diverses autres causes. Dans 10,4 % des cas, nous n’avons pas trouvé d’explication à la mort in utero. Les examens les plus profitables dans le bilan de la mort in utero étaient l’autopsie fœtale, qui était anormale dans 92,7 % des cas examinés, l’anatomo-pathologie placentaire, anormale dans 93 % des cas et le babygramme (radiographie du squelette fœtal), pathologique dans 53 % des cas. La sérologie maternelle infectieuse était informative dans 6,6 % des cas.

Conclusion. Nous présentons un protocole de prise en charge du bilan de la mort in utero différencié en fonction des circonstances entourant l’événement, afin de limiter les examens superflus.

Abstract

Management of in utero foetal death: which assessment to undertake?

Objective. To assess the value of para-clinical exams prescribed in case of in utero foetal death, to result in the establishment of a new algorithm of diagnostic tests.

Materials and methods. A retrospective analysis on a series of 106 stillbirths gathered between September 1989 and December 1998 in the obstetrical and gynaecological department of the Lausanne University Hospital which is a tertiary centre. Stillbirth was defined as foetal death occurring as from the date of foetal viability. Thus, only pregnancies from 24 weeks and onwards were included in this series. We excluded all stillbirths occurring during medical termination of pregnancy and cases with incomplete data files. The Fretts’ classification was used. The different exams asked by the physician were screened and we analysed their pertinence to determine the aetiological diagnosis for each case. The search for significant risk factors was also taken into account. We compared our management of in utero foetal death with data from the literature to propose a new algorithm.

Results. The aetiology of in utero foetal death could be attributed in ninety percent of the cases. The principal causes were in utero growth retardation (19.8%) , foetal congenital and chromosomal anomalies (18.9%), infections (15.1%), placental abruption (7.5%), preeclampsia (5.6%), maternal diabetes (3.8%). The remaining 18.9% are divided in to miscellaneous causes. In 10.4% of the cases we could not find any explanation to the death of the foetus. The exams that yielded the most information when done were: foetal autopsy which was abnormal in 92.7%, placental investigation which was abnormal in 93% and the babygramme (X-ray of the foetal skeleton) which was abnormal in 53%. Maternal serology for infections was informative in 6.6% of the cases.

Conclusion. We present here a protocol for the diagnostic management of stillbirth which is differentiated according to the circumstances surrounding the event. This should prove useful to reduce superfluous tests.


Mots clés : Mort fœtale intra-utérine , Étiologies et classification , Investigations de la mort in utero

Keywords: Stillbirth , Aetiology and classification , Investigation of in utero foetal death


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 6

P. 594-606 - octobre 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Grossesse gémellaire et siège premier à terme : peut-on encore accepter un accouchement par les voies naturelles ?
  • A.-S. Bats, V. Marie, L. Sentilhes, D. Cabrol, F. Goffinet
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome de Marfan et grossesse
  • A. Lunel, P. Audra, H. Plauchu, P. Gaucherand

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.