Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge des lésions malpighiennes intra-épithéliales de type CIN2 et CIN3 par vaporisation au laser - 10/03/08

Doi : JGYN-12-2006-35-8-0368-2315-101019-200607522 

E. Saah-Briffaut,

P. Collinet,

R. Saah,

F. Boman,

J.-L. Leroy

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif. Cette étude a été réalisée sur une période de 8 ans afin d’évaluer l’efficacité à long terme de la vaporisation au laser CO2 dans le traitement des lésions cervicales malpighiennes intra-épithéliales de type CIN2 et CIN3.

Matériels et méthodes. Une étude rétrospective de 52 cas de lésions cervicales de type CIN2 et CIN3 traitées en première intention par vaporisation au laser a été réalisée à l’hôpital Jeanne-de-Flandre au CHRU de Lille de 1996 à 2003. Ce traitement a été réalisé sur des lésions uniquement exo-cervicales de haut grade, de petite taille (≪ 2 cm2), après un examen colposcopique complet.

Résultats. Cinquante-deux patientes ont été traitées uniquement par vaporisation au laser en première intention. La moyenne d’âge était de 29,4 ans et 51,9 % étaient nullipares. Lors du premier contrôle cyto-colposcopique, 17 lésions résiduelles (32,7 %) ont été constatées. Parmi les 35 patientes sans lésion résiduelle, 29 ont guéri (absence de récidive), 4 ont présenté une récidive et 2 ont été perdues de vue.

Conclusion. Les données actuelles de la littérature concernant le traitement par vaporisation au laser CO2 autorisent leur application dans certaines lésions exo-cervicales de haut grade après un examen colposcopique complet. Ce type de traitement reste moins agressif qu’un traitement chirurgical. Le taux important de lésions résiduelles notamment en cas de CIN3 peut être du à une destruction incomplète de la lésion, il faut donc rappeler aux patientes que la surveillance fait partie intégrante du traitement. La vaporisation au laser pourrait être limitée aux lésions CIN1 ET CIN2.

Abstract

Treatment of squamous intraepithelial lesion of type CIN2 et CIN3 with laser CO2 vaporization: retrospective study of 52 cases.

Objectives. This study was carried out over an 8-year period in order to evaluate the long-term effectiveness of laser CO2 vaporization in the treatment of squamous intraepithelial lesion of type CIN2 and CIN3.

Materials and methods. A retrospective study of 52 cases of cervical lesions of type CIN2 and CIN3 treated in first intention by laser CO2 vaporization was carried out at the hospital Jeanne-de-Flandre in CHRU of Lille from 1996 to 2003. This treatment was performed on only high-grade exo-cervical lesions, of small size (≪2cm2), after a complete colposcopic examination.

Results. Fifty-two patients were treated by first-intention laser vaporization only. Mean age was 29.4 years and 51.9% were nulliparous. At the first cyto-colposcopic control, there were 17 persistent lesions (32.7%). Among the 35 patients without persistent lesion, 29 achieved cure (absence of recurrence), 4 presented a recurrence and 2 were lost to follow-up.

Conclusion. The current data of the literature concerning the treatment by laser CO2 vaporization authorize application of this method for certain high-grade exocervical lesions after a complete colposcopic examination. This type of treatment remains less aggressive than a surgical treatment. The high rate of residual lesions in particular in the event of CIN3 can be due to an incomplete destruction of the lesion. Patients should thus be advised that monitoring is an integral part of the treatment. Laser vaporization could be limited to CIN1 and CIN2 lesions.


Mots clés : CIN2 et CIN3 , Vaporisation au laser CO2 , Suivi

Keywords: CIN2 and CIN3 , CO2 laser vaporization , Follow-up


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° 8

P. 785-789 - décembre 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Acceptabilité du système intra-utérin au lévonorgestrel Mirena® 52 mg après contraception orale œstroprogestative
  • P. Collinet, M. Nayama, M. Cosson
| Article suivant Article suivant
  • La sophrologie caycédienne : une autre approche du couple infertile
  • O. Heymès, T. Forges, F. Guillet-May, A. Zaccabri, N. Dandachi, P. Monnier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.