S'abonner

Effets secondaires inhabituels des immunothérapies dans le cancer bronchique non à petites cellules : à propos de deux cas - 08/12/17

Doi : 10.1016/j.pneumo.2017.08.012 
G. de Chabot a, , G. Justeau a, F. Pinquié a, A. Nadaj-Pakleza b, E. Hoppé c, J. Hureaux a, T. Urban a
a Service de pneumologie, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 
b Service de neurologie, CHU Angers, centre de référence des maladies neuromusculaires Aquitaine-Occitanie-Caraïbes, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 
c Service de rhumatologie, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’immunothérapie anti-PD1 est à l’origine d’effets indésirables dysimmunitaires dont les plus fréquents sont les endocrinopathies, les colites, voire les pneumopathies. D’autres effets plus rares sont rapportés dans la littérature. Le nivolumab est une immunothérapie anti-PD1, utilisée en deuxième ligne dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC). Nous rapportons deux cas de toxicités rares survenues sous nivolumab, chez des patients sans antécédent de dysimmunité. Un patient de 79 ans suivi pour un carcinome peu différencié à grandes cellules a présenté après la deuxième cure une faiblesse musculaire révélant une myosite avec une élévation de grade IV des CPK, associées à une myasthénie. Le diagnostic de myosite a été confirmé par une biopsie musculaire. Une patiente de 82 ans, suivie pour un adénocarcinome bronchique avec mutation de l’EGFR, a présenté sous nivolumab des arthralgies des épaules et une altération de l’état général. Les investigations ont permis le diagnostic de lupus érythémateux systémique. Pour ces deux patients l’immunothérapie a été interrompue et une corticothérapie systémique a été introduite permettant une régression des symptômes. La survenue de symptômes de dysimmunité doit attirer l’attention du clinicien, conduisant à l’arrêt du traitement et à une corticothérapie. La reprise du traitement après résolution doit être discutée collégialement en l’absence d’alternative thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Programmed death receptor 1 (PD1) checkpoint inhibitors are known for immune mediated toxicities such as colitis, endocrinopathies and pneumonitis. However, other rare adverse effects are reported in the literature. Nivolumab is an anti-PD1 immunotherapy used in the second line of non-small cell lung cancer (NSCLC). We report two cases of rare toxicities occurring under nivolumab in patients without a history of dysimmunity. A 79-year-old patient with a large-cell carcinoma showed a muscle weakness after the second course, revealing myositis with a CPK grade IV elevation as well as symptoms of myasthenia. The diagnosis of myositis was confirmed by a muscle biopsy. An 82-year-old patient followed for bronchial adenocarcinoma with EGFR mutation, presented with nivolumab shoulder and hip pain with extreme fatigue. After further investigations, the diagnosis of systemic erythematosus lupus was retained. Investigations led to the diagnosis of systemic lupus erythematosus. For both patients treatment was interrupted and systemic corticosteroid therapy was initiated permitting resolution of symptoms. The occurrence of symptoms of dysimmunity should attract the attention of the clinician, leading to discontinuation of anti-PD1 therapy and corticosteroid therapy. Retreatment after symptoms resolution must be collegially discussed if no alternative therapeutic is available.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Carcinome bronchique non à petites cellules, PD1, Immunothérapie, Effets indésirables des médicaments, Myasthénie, Myosite, Lupus érythémateux systémique

Keywords : Non-small cell lung carcinoma, PD1, Immunotherapy, Drug-related side effects and adverse reactions, Myasthenia Gravis, Myositis, Systemic lupus erythematosus


Plan


© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 326-330 - décembre 2017 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Allergie alimentaire multiple chez un enfant de 8 ans par sensibilisation passive au cannabis
  • M. Drouet, A.S. Moreau, A. Hoppe

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.